Champéry accueillera les compétitions de curling

Lausanne 2020Après la défection de Morges, le choix de la station valaisanne a été validé par le Comité exécutif Lausanne 2020 et le Comité international olympique (CIO).

Le Palladium de Champéry a accueilli de nombreuses compétition internationales ces dernières années.

Le Palladium de Champéry a accueilli de nombreuses compétition internationales ces dernières années. Image: PHILIPPE MAEDER

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«C’est un excellent choix, auquel j’ai d’ailleurs été associé, qui s’inscrit autant dans notre volonté de ne pas créer de nouvelles infrastructures que sur le plan de la gestion financière», explique Philippe Leuba, conseiller d’État. Après la défection de Morges, il y a un mois, c’est donc bien le Palladium de Champéry (VS) qui accueillera les compétitions de curling des Jeux olympiques de la jeunesse (JOJ) en janvier 2020. La décision a été prise mardi par le Comité exécutif Lausanne 2020 et la commission de coordination du Comité international olympique (CIO) en collaboration avec la Fédération internationale de curling (WCF). «C’est une excellente solution, pour laquelle nous avons dû obtenir l’adhésion de nos partenaires, après l’étude de plusieurs options, dont de nombreuses patinoires, d’Ouchy à Genève. Champéry est au bénéfice d’un excellent savoir-faire et d’une forte expérience dans des événements de ce genre.»

Ce choix s’est d’ailleurs vite imposé comme une évidence, le Palladium étant un centre reconnu de la famille du curling international. C’est là que se sont déroulés les Championnats d’Europe hommes et femmes 2010, 2014 et 2015 ainsi que les Championnats du monde de curling mixte, en octobre dernier. Le comité d’organisation de Lausanne 2020 avait donc là une solution immédiatement opérationnelle à proposer au CIO. La commune valaisanne se trouve en outre à la même distance du village olympique lausannois que Villars, où se dérouleront les disciplines de ski cross et de snowboard cross.

Pour Luc Fellay, président de Champéry, la nouvelle est historique: «Notre village et notre Palladium constituent désormais un site olympique!» De l’autre côté du Rhône, Jean-Marc Udriot, syndic de Leysin et président de la Communauté d’intérêt touristique des Alpes vaudoises (CITAV), voit aussi cette attribution d’un bon œil: «C’est une bonne nouvelle pour tout le Chablais!» Délégué économique d’Aigle Région, Christian Minacci lui emboîte le pas: «Vu l’expérience de Champéry en matière de curling, c’est une décision logique. Et qui s’inscrit dans notre volonté de promouvoir l’intercantonalité de notre région.»

«Ce choix démontre non seulement que l’intercantonalité du Chablais est une réalité, mais il donne aussi un coup de fouet à notre projet Chablais Sport qui vise à mettre en avant nos nombreuses infrastructures sportives, à Aigle (Centre mondial du cyclisme), Leysin, Villars ou encore à Champéry», ajoute Georges Mariétan, secrétaire général de Chablais Région.

Conclusion de Philippe Leuba: «Dans un projet olympique, l’esprit de clocher n’a de toute façon pas sa place. Il est nécessaire de s’élever au-dessus des frontières.»

(24 heures)

Créé: 06.03.2018, 20h59

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.