Passer au contenu principal

À Champéry, le Restaurant 42 additionne et multiplie les contrastes

Reprise par un couple de trentenaires passés par de grandes tables, l'adresse offre une cuisine de classe à des prix sympas.

Antoine Gonnet et Amandine Pivault dans leur 42.
Antoine Gonnet et Amandine Pivault dans leur 42.
CHANTAL DERVEY

Antoine Gonnet et Amandine Pivault aiment brouiller les pistes. Que ce soit sous la forme de trompe-l’œil ou en dissimulant une foule de saveurs et de textures dans une présentation toute simple, chaque plat qui se succède sur la table du 42 réserve son lot de surprises. Les deux trentenaires se sont rencontrés au Chabichou, à Courchevel (deux étoiles Michelin), où Antoine était second de cuisine. Ils sont passés par de nombreuses grandes tables françaises, de Paris à Saint-Tropez, avant de s’installer à Champéry. Un voyage qui se retrouve dans leurs créations, mêlant terroirs local et international.

Le 42 propose exclusivement des formules «menu», renouvelées toutes les quatre à cinq semaines. Nous optons pour la version printanière, composée de cinq plats (90 fr.). La mise en bouche s’avère très réussie (une salade de tomates et mozzarella cachée sous une émulsion au basilic à la belle couleur verte). Le foie gras de canard et les pommes du Valais sont une merveille visuelle et gustative: les petits fruits qu’on nous présente sont en réalité des perles de foie gras en trompe-l’œil, alors que la douceur de la «vraie» pomme est soulignée par un crumble à l’anguille fumée.

C’est la signature d’Antoine Gonnet, qui aime naviguer entre terre et mer et mêler les origines et les textures dans chaque plat. On retrouve tous ses aspects dans la lointaine truite des fjords, accompagnée de très valaisans abricots grillés. Douceur, acidité et fumé du poisson s’équilibrent parfaitement. La pintade du P’tit Duc s’accorde tout aussi idéalement avec l’écrevisse, une tuile à l’encre de seiche et un délicieux ragoût de petits pois. Après ce festival visuel, le dessert semble presque incongru avec sa présentation toute simple: un bol recouvert d’une opaline de sucre. Mais cette mince pellicule cache une multitude de saveurs – génoise au citron vert, crème et brunoise à la fraise, rhubarbe et hibiscus.

Pour accompagner ce voyage culinaire, les patrons proposent des randonnées viticoles de deux ou quatre verres (à 20 et 40 fr.), ainsi qu’une très belle sélection de vins suisses et français.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.