Chaplin, vendre le nom sans ternir l’étoile

MerchandisingLes autorisations d’utiliser son image sont accordées avec parcimonie.

L'image du vagabond cartonne. Elle sera aussi dans les airs, grâce à une montgolfière, tant à Chaplin's World du 23 janvier au 7 janvier qu'ensuite au Festival international de ballons de Château-d’Œx. Elle sera l'hôte d'honneur du Night Glow, le spectacle son et lumière du festival.

L'image du vagabond cartonne. Elle sera aussi dans les airs, grâce à une montgolfière, tant à Chaplin's World du 23 janvier au 7 janvier qu'ensuite au Festival international de ballons de Château-d’Œx. Elle sera l'hôte d'honneur du Night Glow, le spectacle son et lumière du festival. Image: Chantal Dervey

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Lundi prochain, jour de Noël, marquera les quarante ans de la disparition de Charlie Chaplin. Quatre décennies après sa mort, l’icône est pourtant toujours bien présente pour de nombreux admirateurs. Chaplin’s World, le musée de Corsier-sur-Vevey qui lui est consacré, s’apprête à passer la barre des 500'000 visiteurs depuis son ouverture, il y a un peu plus d’un an et demi. Sur YouTube, le discours du Dictateur a généré près de 30 millions de vues, estime Chaplin’s World. Ce monologue a d’ailleurs été utilisé notamment par le groupe Coldplay en ouverture d’une tournée mondiale qui vient de se terminer après avoir rempli les stades de la planète.

Malgré cette omniprésence, l’image du vagabond – qui voyagera dès samedi dans les airs sur une montgolfière (lire encadré) – est très bien protégée. En plus d’avoir créé une société pour gérer les droits d’auteur sur ses créations cinématographiques et musicales (Roy Export), Chaplin avait également pris soin de créer une marque commerciale autour de la silhouette de son personnage et de son nom. Sur cet aspect, c’est la société Bubbles Incorporated qui octroie les licences pour tout ce qui relève du merchandising. Kate Guyonvarch, directrice du Bureau Chaplin de Paris, qui gère les sociétés détentrices des droits (tant Roy Export que Bubbles Inc.), constate: «Lorsque j’ai commencé il y a trente-cinq ans, il y avait moins de travail. Maintenant, il y a davantage de demandes que ce à quoi nous pouvons répondre!»

Y a-t-il eu une augmentation suite à l’ouverture du musée dédié au génial créateur? Kate Guyonvarch nuance: «Il y a toujours eu beaucoup de merchandising autour de Charlot. Sont nouvelles, en revanche, des demandes pour commercialiser des objets seulement à Chaplin’s World. Récemment, pour des T-shirts, nous avons refusé, alors que nous aurions peut-être donné notre accord s’il s’agissait de les vendre ailleurs.»

À part le fait que l’esprit de Chaplin doit être présent, les critères d’acceptation ou de refus ne sont pas dévoilés. «Nous sommes trois employés au Bureau Chaplin à Paris. Les choses se font très artisanalement, en s’appuyant sur la famille. C’est elle qui donne ou non son feu vert, explique Kate Guyonvarch. Toutes les décisions importantes sont prises par six des huit enfants de Charlie et Oona Chaplin. Je ne demande pas leur accord lors des nombreuses sollicitations pour des extraits de films, demandés pour être utilisés dans des documentaires ou autres. Mais je les consulte pour tout ce qui sort de l’ordinaire ou lorsque je ne suis pas sûre.»

Des artistes de la Riviera ont obtenu des licences. Franck Bouroullec – installé à Vevey depuis 2005 et auteur entre 2010 et 2011 des fresques Chaplin sur les 43 mètres de haut des tours de Gilamont – signe des T-shirts. Récemment, Astrid Meyer, de la librairie-papeterie La Clef de sol, à Vevey, a obtenu une autorisation. «Nous sommes spécialisés dans les cartes, explique-t-elle. Beaucoup de clients nous en demandaient sur Charlot, mais il y a essentiellement des images en noir-blanc. J’ai eu l’idée de chercher des citations ainsi que des photos inédites. Ce mariage des deux a plu. C’est fabuleux d’avoir obtenu l’autorisation de les commercialiser, alors que tout le monde pensait que c’était impossible. Une première série de 30 cartes a été présentée début novembre et cela part déjà très fort.»

Depuis un an, la société Taxi Chaplin est inscrite au Registre du commerce, sans demande préalable à la famille. «Je ne savais pas où m’adresser, alors j’ai tout fait dans les règles de l’art, explique le patron, Bruno Perret. Puisque c’est le nom qui représente à mes yeux le mieux la Riviera, j’ai vérifié avec un avocat-notaire si je pouvais l’utiliser. J’ai même regardé avec la protection des marques en Suisse et publié dans la Feuille des avis officiels. Je veux donner une belle image, moderne et de qualité avec ma société de taxi 2.0: les gens peuvent réserver et commander via Internet et il est possible d’obtenir des limousines.» Sera-t-il embêté? «Il ne faut pas tout brider, estime Lionel Meylan, instigateur de Chaplin’s World. S’il y avait des excès, ils seraient vite neutralisés.» Kate Guyonvarch: «En général, ce sont des initiatives sympathiques de gens qui veulent rendre hommage à Chaplin. Les choses se règlent la plupart du temps à l’amiable. Parfois, nous écrivons gentiment, mais il nous est aussi arrivé de prendre des avocats.»

Éviter la «chaplinisation»

Très tôt, puis de façon réitérée, certains ont mis en garde contre une transformation de la région en Disneyland-Chaplin. Dès 2010, Stefano Stoll (actuel directeur d’Images, alors délégué à la Culture de Vevey) disait à 24 heures: «L’image de cet artiste et de cet homme, parmi les plus grands de tous les temps, ne doit pas être galvaudée. Elle doit être mise en valeur avec la plus grande des prudences. Avec intelligence et qualité.»

Déjà en 2009, Kate Guyonvarch insistait dans nos pages sur le «souhait de la famille de ne pas exploiter cette image à outrance». Au sujet de l’hôtel ouvert à la sortie d’autoroute, peu avant le musée, un proche du dossier témoigne: «Il y a eu de nombreuses négociations pour que le nom de Chaplin ne se retrouve pas dans l’intitulé de l’établissement. Il a finalement été nommé Modern Times Hotel.» Kate Guyonvarch conclut: «Charlie Chaplin et sa famille ont vécu très heureux dans la région. Ils n’auraient pas aimé que les gens se disent en voyant son image: «Oh non, pas encore lui!» (24 heures)

Créé: 19.12.2017, 06h42

Commémoration: à Chaplin’s World pour 10 fr

«Nous avons voulu un hommage ni triste ni mélancolique», souligne Jean-Pierre Pigeon, directeur de Chaplin’s World, musée dédié au génial créateur, mort le jour de Noël 1977.

Ainsi, pour commémorer les quarante ans de sa mort, le musée de Corsier-sur-Vevey sera exceptionnellement ouvert le 25 décembre, de 14 h à 18 h, avec un tarif spécial à 10 fr.

C’est ce même prix que les visiteurs paieront dès vendredi et jusqu’au 7 janvier, de 16 h 30 à la fermeture à 18 h, pour découvrir le musée et le parcours d’illuminations mises en place pour l’occasion.

Pendant cette période, il sera aussi possible d’opérer dans le parc du Manoir de Ban un vol stationnaire dans une montgolfière arborant Charlot. Elle s’élèvera à 10 ou 20 mètres (selon les conditions météo) durant une dizaine de minutes, emportant quatre personnes en plus du pilote.

Prix unique: 15 fr. (en sus du billet d’entrée). La montgolfière sera ensuite (le 2 février) hôte du Night Glow, le spectacle son et lumière du Festival international de ballons de Château-d’Œx.

Durant tout le mois, des malles sont également disposées au musée pour les personnes souhaitant apporter une dédicace, un dessin ou une lettre à Chaplin.

Articles en relation

Quarante ans après sa mort, Chaplin attire les foules

Succès Avec déjà plus de 300'000 visiteurs, le musée de Corsier dédié au créateur commémorera les 40 ans de sa disparition. Plus...

Le voyage burlesque de l'attirail de Charlot

Chaplin’s World Des objets iconiques ont été acquis au dernier moment. D’autres achats et des prêts sont envisagés. Plus...

Le musée Chaplin’s World cartonne

Corsier-sur-Vevey Jean-Pierre Pigeon, directeur de l'institution ouverte à Corsier à la mi-avril, tire un bilan très positif des premiers mois d’activité. Interview. Plus...

Un livre présente des documents inédits sur la demeure de Chaplin

Edition «Naissance d'un Paradis», écrit par Pierre Smolik, revient sur la très riche histoire du Manoir de Ban à Corsier-sur-Vevey, dernière demeure de Charlot, devenue Chaplin's Museum. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Paid Post

Le casual dating est-il fait pour vous?
L’idée d’une rencontre purement sexuelle sans aucun engagement peut paraître séduisante, mais une petite mise au point s’impose.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.