Chardonne remet à l'ordre le municipal des Constructions de Veytaux

UrbanismeUn chantier a été arrêté par les autorités: le permis de construire n’est pas respecté par un architecte, par ailleurs élu.

La parcelle concernée se situe au chemin de la Cherminche 5. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Un chantier a été mis à l’arrêt immédiat par les autorités de Chardonne, a révélé Le Matin Dimanche. «Dans le cadre du suivi des travaux, nous nous sommes rendu compte que le permis de construire n’était pas respecté», explique à 24 heures Fabrice Neyroud, syndic du village. Problème: l’architecte responsable de l’érection de ce bâtiment de quatre logements est… municipal des Constructions à Veytaux. «Cela nous est égal qu’il s’agisse d’un collègue municipal d’une des villes de la Riviera, souligne Fabrice Neyroud. Nous avons appliqué les mêmes règles que pour n’importe qui d’autre.»

Les faits reprochés: «Alors que presque l’entier du coefficient d’utilisation du sol est déjà utilisé, il y a une volonté de rendre habitables encore davantage de mètres carrés que prévu, en transformant en zone d’habitation deux buanderies.» Bizarrerie: ces dernières se situent aux rez supérieur et inférieur, avec balcon et vue sur le lac.

«Une histoire ubuesque»
Contacté, Jean-Marc Emery parle d’«une histoire ubuesque: une voisine enquiquine et contraint la Municipalité de Chardonne à des discussions. C’est aberrant. Je déposerai une mise à l’enquête complémentaire, pour des places de parking déplacées de 30 ou 40 cm, ainsi que pour l’aménagement d’un talus paysager. J’ai 65 ans et pas mal de réalisations à mon actif: il arrive régulièrement de devoir apporter des modifications en cours de travaux.»

Quid des deux pièces considérées comme des buanderies dans la mise à l’enquête? Pourquoi ne pas les avoir mis au nord et en sous-sol? Ne s’agit-il pas d’un gâchis d’utiliser ainsi des espaces avec balcon et «une vue sur le lac extraordinaire», comme la qualifie lui-même Jean-Marc Emery? «Certes, mais le projet n’est pas farfelu: nous avons obtenu un permis de construire pour cela. Finalement, j’ai juste voulu lier ces pièces chacune à un appartement, pour donner un plus à ces deux acheteurs.» Jean-Marc Emery défend ainsi son cheval de bataille: «J’aimerais faire valoir auprès du Canton que le surplus d’isolation nécessaire au respect de la norme Minergie fait perdre de l’espace dans le calcul de l’indice d’utilisation du sol. J’aimerais que cette perte soit compensée, c’est tout. Il n’y a là ni magouille ni rien.» Les modifications de l’architecte feront l’objet d’une mise à l’enquête complémentaire.

«Mes chantiers à Veytaux sont contrôlés par la Commission d’urbanisme»

Au niveau de sa Commune de Veytaux, où il a des projets en cours, la fonction d’architecte du municipal ne pose-t-elle pas problème? La loi prévoit une récusation pour éviter les conflits d’intérêt quand une décision touche directement un élu. «Jean-Marc Emery se récuse lorsqu’il y a des discussions qui le concernent», répond la syndique, Christine Chevalley, qui se dit «navrée de la situation» déballée dans les médias. Jean-Marc Emery souligne: «Je sors de la pièce et tous mes chantiers sont contrôlés par la Commission d’urbanisme. Nous avons mis en place des garde-fous. Cela me sidère que l’on puisse mettre en doute mon honnêteté: c’est plutôt ma fonction de municipal qui prétérite ma vie professionnelle.» (24 heures)

Créé: 30.10.2017, 22h14

Articles en relation

Bras de fer autour d’un projet de cinq immeubles

Chardonne Un collectif de riverains s’insurge contre ce qu’il appelle un «bétonnage» et la Commune exclut tout permis de construire, mais Retraites Populaires persiste. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.