Passer au contenu principal

Chernex s’éclaire d’une nouvelle lanterne allumée avec générosité

L'ancien Buffet de Gare, ex-Petit Train bleu, vit une nouvelle aventure à l'aune de la sincérité.

Le chef de cuisine Dominique Sonney (en blanc) est entouré par son équipe dans cette Lanterne refaite.
Le chef de cuisine Dominique Sonney (en blanc) est entouré par son équipe dans cette Lanterne refaite.
CHANTAL DERVEY

Pour oublier un train – bleu – qui avait fini par sortir des rails du désir de séduire, le coup de peinture était nécessaire. D'autant plus après la désertion d’un restaurant, qui plus est un peu sur les hauteurs de Montreux, qui n’est pas toujours facile à faire oublier. Les nouveaux tenanciers de La Lanterne, au lointain passé de buffet de la gare de Chernex, l’ont bien compris, prenant comme enseigne le sobriquet des habitants du village.

En plus de solutions sympas – menu du jour à 18 fr. 50, proposition de la semaine à 26 fr, menu surprise le soir (59 ou 72 fr.), hamburger pur bœuf pour les enfants (15 fr.) – sur leur carte appelée à changer régulièrement, on retrouve tous les arguments d’une envie de sincérité en cuisine, pour un chef qui a fait ses classes chez Gérard Rabaey. Dans son panier, les achats faits au plus près de l’assiette, chez les producteurs ou détaillants locaux. Et dans ses plats, le choix de la couleur qui éclaire et de textures qui se mêlent comme autant de promesses d’un bon moment. La seule qui ne sera pas tenue se résume aux rœsti d’accompagnement, un peu trop moelleux pour ceux qui les préfèrent croquants.

Pour le bouillon vert aux herbes et queues d’écrevisse (14 fr. 50), choisi parmi les six entrées, la surprise ne s’arrête pas à la couleur, elle éclate en bouche, inédite, titillant aussi les méninges qui cherchent à mettre un nom sur les saveurs. La saladine d’hiver et paillasse de saumon (15 fr. 50) a aussi un secret, sa sauce, mais c’est plutôt de ses atours croustillants et onctueux qu’elle joue.

Les plats joliment garnis de légumes se réfèrent davantage au registre de la cuisine généreuse, comme ce boudin et son indispensable compote aux pommes (22 fr.) ou ce rack de porc aux cassis et baies roses (32 fr.). Le médaillon de lotte est pané de pavots, qui le font sortir du registre classique (39 fr.).

Enfin, pour l’extinction des feux, des goûts sûrs avec le parfait glacé William et la compotée de poires (9 fr. 50) ou le café gourmand des trois lanternes (7 fr. 50).

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.