Une châtaigneraie pour renouer avec son passé

Saint-Gingolph (VS)Un grand projet de réhabilitation de 20 hectares de châtaigneraie va s’étaler sur dix ans.

Des châtaigniers gingolais dans le secteur de la Grande Forêt.

Des châtaigniers gingolais dans le secteur de la Grande Forêt. Image: Chantal Dervey

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ça va «castagner» sec cette décennie à Saint-Gingolph. Foin de bagarre ou de querelle autour d’une passerelle ou d’un jardin d’enfants, mais un sujet porteur et rassembleur: la réhabilitation d’environ 20 hectares de châtaigneraie, certains existants, d’autres à développer. Soit la superficie de 28 terrains de football!

Imaginée sur une durée de neuf ans à partir de cette année, cette restauration permettrait à la châtaigneraie gingolaise, forte de 2000 arbres, de redevenir la plus importante du Valais, devant celle de Fully et ses 17 hectares.

«Une partie a d’ores et déjà été réhabilitée depuis plusieurs années par de grands propriétaires privés», informe Philippe Bénet, président de la bourgeoisie du village chablaisien.

Aussi à Bex, Ollon et Aigle

Dans le canton de Vaud, où un projet de revitalisation est en vigueur depuis 2008, «de grandes châtaigneraies, autrefois nourricières, puis dévolues grâce à leur bois très résistant à la construction ou aux échalas de vigne, subsistent de nos jours», explique Nicolas Fournier, ingénieur forestier cantonal pour le Bas-Valais.

On les trouve principalement dans le Chablais, à Bex, Ollon et Aigle. Sur la Riviera, un domaine est en phase de réhabilitation entre Villeneuve et Montreux, via Veytaux. C’est aussi le cas sur La Côte, avec une châtaigneraie d’environ 30 hectares, pour moitié dans les forêts communales de Vinzel, pour moitié dans celles de Gilly.

Dans la région de Saint-Gingolph, ce patrimoine, qui date des Romains est totalement historique, emblématique, même identitaire, puisqu’il y a deux cents ans, on dénombrait 20 000 arbres qui constituaient l’une des plus grandes châtaigneraies d’Europe. «Il s’agit donc bien ici de la revitalisation paysagère et écologique du patrimoine castanéicole de notre village. C’est notre héritage et nous devons le transmettre aux générations futures», a lancé mardi soir Micheline Grept. La municipale chargée de l’Aménagement et de l’Environnement présentait ce projet à une quarantaine de petits propriétaires privés concernés (sur 58 au total). Car les 2000 spécimens visés sur les 20 hectares ne se trouvent pas uniquement sur des parcelles communales, de la bourgeoisie ou cantonales.

Collection nationale

Avant d’expliquer aux propriétaires quel sera leur rôle s’ils sont impliqués ou non, Micheline Grept a résumé les objectifs du projet: «Réhabilitation et sauvegarde des arbres existants, plantation de nouveaux arbres, mise en valeur du savoir-faire et de la culture autour de la châtaigne, communication et éducation via la création d’un sentier didactique.» Elle annonce aussi un dessein très ambitieux: la constitution d’une collection nationale de tous les types de châtaignes présentes en Suisse.

Les porteurs du projet proposent à chaque propriétaire qui souhaite participer divers scénarios. Soit il entretient lui-même sa parcelle, soit il la confie à la Commune ou la Bourgeoisie, soit il la vend à l’une ou l’autre de ces deux entités. Une convention doit être signée entre les parties.

«Le budget global est de 2,1 millions de francs sur neuf ans, dont 200 000 francs déjà acquis. Il devrait être complété par le Fonds suisse du paysage, l’Office fédéral de l’agriculture, le Canton et la Loterie Romande», détaille le municipal Marco Steib, responsable des Constructions.

Emblématique, la châtaigne a sa propre fête depuis 1989 à Saint-Gingolph. Elle se déroule en octobre et constitue le plus grand rendez-vous annuel entre les communautés suisse et française du village transfrontalier.

Créé: 06.05.2019, 11h03

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.