Dans un climat délétère, le PLR de Vevey exige le retour au calme

Crise politiqueLa Municipalité n’est pas parvenue à régler ses tensions internes. Le parti tente l’électrochoc avec une liste de questions sèches.

Ambiance difficile à la Maison de Commune de Vevey. Le groupe PLR du Conseil communal a tapé du poing sur la table jeudi et exigé une réponse d'une seule voix aux cinq Municipaux sur une liste de questions.

Ambiance difficile à la Maison de Commune de Vevey. Le groupe PLR du Conseil communal a tapé du poing sur la table jeudi et exigé une réponse d'une seule voix aux cinq Municipaux sur une liste de questions. Image: Chantal Dervey

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Comme Bastien Schobinger (UDC), plusieurs conseillers communaux de divers partis considèrent que la crise politique qui secoue la Municipalité de Vevey depuis des mois doit rester une affaire interne: «À eux de se débrouiller, ce n’est pas du ressort du Conseil communal.» Du moins tant que le bon fonctionnement de la Commune n’en pâtit pas, ce qui semble être le constat de tous les élus interrogés, à droite comme à gauche.

«La Municipalité doit cesser ce spectacle pathétique»

Le PLR a toutefois fait part de son agacement lors de la séance du Conseil communal de jeudi. Christophe Ming a exhorté la Municipalité à cesser ce «spectacle pathétique, enfantin, affligeant et d’une arrogance sans nom». L’élu PLR revenait sur les tensions qui sévissent entre, d’un côté, les deux municipaux Vevey Libre Michel Agnant et Jérôme Christen, et, de l’autre, la syndique Verte Elina Leimgruber, le PLR Étienne Rivier et le socialiste Lionel Girardin. Le mal est d’ordre politique – notamment dans les épineux dicastères du Logement et de la Culture –, mais aussi personnel. «Le mal est très profond», confie un observateur avisé.

Christophe Ming a appelé l’Exécutif à regagner la confiance des Veveysans: «Celle accordée démocratiquement lors des dernières élections. Nous devons pouvoir compter sur une Municipalité forte. Nous n’avons pas les moyens qu’un tel climat s’installe.»

Démissions envisagées?
Le texte énumère une liste de questions sèches liées aux éventuels dégâts d’image et au bon fonctionnement de la Ville. La dernière sonne comme un avertissement: «Des démissions sont-elles envisagées ou nécessaires pour le futur bon fonctionnement de votre collège municipal?» La syndique s’est refusée à répondre sur le vif et a recouru à son droit de le faire par écrit. Partant de là, l’interpellateur a exigé «une réponse signée par chaque membre du collège exécutif».

Parler d’une seule voix? La symphonie sera difficile à jouer si l’on en juge par le climat délétère et la stratégie de communication différenciée qui sévit depuis le début de cette affaire dans les deux camps. Les deux communiqués «municipaux» validés et signés par le seul bloc majoritaire – celui du 7 novembre sur l’externalisation de la gestion du parc locatif et celui du 19 décembre annonçant le processus de médiation – l’ont montré. De même que la conférence de presse des deux Vevey Libre du 20 décembre. La situation est telle que le Conseil d’État a été appelé en arbitre à l’automne. Celui-ci a finalement proposé une médiation, confiée à la préfète de Lausanne, Clarisse Schumacher Petoud.

Dialogue rompu
Mais quelle médiation? Le processus est au point mort après que les deux élus Vevey Libre, convaincus de la partialité de la préfète (qui avait validé le communiqué du 19 décembre), ont refusé d’être entendus.

Le contact peut-il être rétabli? Du côté de la médiatrice et du Conseil d’État, c’est silence radio: «C’est à la Municipalité de répondre à cette question, si elle le souhaite», selon Marco Danesi, porte-parole de Béatrice Métraux, conseillère d’État, cheffe du Département des institutions et de la sécurité.

Séance au potentiel explosif
La séance de jeudi, somme toute tranquille du point de vue de l’ordre du jour, n’a pas laissé poindre des signes de détente. Dans les rangs de la Municipalité, les fronts sont marqués et les visages crispés. La soirée aurait même pu virer à l’aigre avec une série de prises de parole, finalement restées au stade des intentions.

Le municipal Étienne Rivier avait prévu, au nom du trio majoritaire, une présentation en chiffres du parc locatif veveysan, dossier qui avait fait imploser l’Exécutif en novembre. Finalement, le chef des Finances a annoncé réserver ses arguments pour la réponse à l’interpellation de son propre parti. Manœuvre? Non, selon le groupe PLR. Sa présentation voulait «rétablir la vérité», ce sont ses termes, après les nombreux commentaires parus sur Facebook et l’enquête de 24 heures du 27 janvier. Cette dernière contestait notamment les calculs ayant amené les trois municipaux à faire opter pour une externalisation de la gestion des biens locatifs. Ce faisant, le trio était revenu sur un accord de début de législature conclu avec Michel Agnant.

Intervention avortée
Selon nos sources, Elina Leimgruber avait, elle aussi, envisagé une prise de parole jeudi. Après discussion avec le bloc Vevey Libre, qui avait déjà préparé une réplique, les choses en sont restées là.

Dans ce contexte, l’exercice d’une réponse à l’unisson s’avérera délicat. Le rendez-vous est pris pour le vérifier le 15 mars, date du prochain Conseil communal.. (24 heures)

Créé: 02.02.2018, 19h04

Articles en relation

La médiation à Vevey n’est pas encore enterrée

Crise politique Les partis fustigent la décision de Michel Agnant et Jérôme Christen de se retirer du processus. Les deux centristes se disent toutefois ouverts à la reprise d’un dialogue. Plus...

«Michel Agnant est juste la cible idéale»

Vevey L’atypique élu de Vevey Libre cristallise les tensions qui secouent la Municipalité. Il livre sa version. La médiation par la préfète a du plomb dans l’aile. Plus...

Chronique d’un conflit annoncé à la Muni de Vevey

Vevey La situation était viciée dès le départ. Et les trois élus Verts-PS-PLR se sont mis en délicatesse avec la loi sur les marchés publics Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Affaire Girardin: Vevey en crise, paru le 19 mai
(Image: Valott) Plus...