Des commerçants relancent l’idée d’un parking sous la place du Marché

VeveyLe projet, maintes fois évoqué et recalé, est exclu par les autorités. Mais des enseignes repartent au front.

Luc Beldi, Véronique Buchs et Olivier Ruchet (de g. à dr.) ne veulent pas enterrer l’idée d’un parking souterrain.

Luc Beldi, Véronique Buchs et Olivier Ruchet (de g. à dr.) ne veulent pas enterrer l’idée d’un parking souterrain. Image: Philippe Maeder

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une séance en juin et puis s’en va. Comme trois de ses homologues commerçants, tirés au sort par la Ville pour discuter du futur réaménagement de la place du Marché à l’horizon 2020, Véronique Buchs n’honorera pas les deux tables rondes de novembre et de janvier. «Tout était déjà décidé lors de la première, il n’y avait aucune discussion sur le fond, s’agace la coiffeuse de la rue des Deux-Marchés. On nous demandait seulement où placer le mobilier urbain et les arbres. Il s’agit d’une procédure alibi!»

Le clash n’a rien d’étonnant quand on connaît les attentes des démissionnaires: «Un parking souterrain avec un financement privé-public et un aménagement de surface s’inspirant de ce qui a été réalisé à Lausanne (Navigation), à Montreux (Marché) et à La Tour-de-Peilz (Remparts)», expliquent en chœur Jacqueline Badoud (Pharmacie du Marché), Luc Beldi (L’Air du Temps), Véronique Buchs et le boucher Olivier Ruchet. Ce dernier envisage même un parking «d’une capacité de 800 à 1000 places».

«Passer à autre chose»

L’option n’est toutefois plus d’actualité pour les autorités. La Municipalité a même posé un cadre de départ clair: passer de 450 places de parc à 200 pour rendre de l’espace public aux Veveysans et réaffecter les places supprimées entre le futur parking prévu derrière la gare, Entre-deux-Villes et divers autres parkings existants.

«Si ces personnes y voient une procédure alibi, c’est qu’elles ont mal lu le cahier des charges, la donne était claire, attaque le municipal de l’Urbanisme, Jérôme Christen. Il n’y a aujourd’hui aucun consensus politique pour un parking souterrain. La décision du Conseil communal de 2009 d’écarter l’idée a été confirmée à une large majorité par son vote du 15 décembre 2016 qui entérinait la proposition municipale d’y renoncer.»

Le scénario en sous-sol a déchaîné les passions à plusieurs reprises depuis les années 1990, sans jamais passer la rampe. Le dernier projet – 280 places, plus 60 en surface – a été refusé par le Conseil communal en 2009. Coût de réalisation, irréversibilité de la construction, impact des équipements de surfaces, manque de vision globale en matière de stationnement et de mobilité: les critiques avaient été nombreuses. «Les autorités ont depuis acté qu’il fallait passer à autre chose, tant d’un point de vue politique qu’urbanistique», ajoute Julien Cainne, chef de la Direction de l’urbanisme.

La fronde s’organise

Les fers de lance des commerçants n’en démordent pas et veulent se montrer offensifs. «Nos clients nous reprochent de ne pas nous battre assez pour ces places de parc», ajoute Véronique Buchs. Un groupe de travail se serait constitué et compterait une douzaine de personnes. «Après la modification des sens de circulation et les augmentations de tarifs de parcage, là c’est trop! ajoute Luc Beldi. Nous enregistrons moins de fréquentation et la place du Marché se vide. L’essentiel de notre clientèle est extérieure à Vevey et on ne vient pas faire ses courses en train depuis Blonay. Nous avons besoin de ces places.»

Ce discours a trouvé un très large écho auprès de la Société industrielle et commerciale de Vevey (SIC) et de l’Association des commerçants de Vevey (ACV). Pour Yvan Leupin, président de la première, «il est scandaleux que les milieux économiques n’aient pas été suffisamment associés à la démarche». Une «stratégie» est en cours de préparation, «mais il est trop tôt pour en parler», coupe Laurent Addor, président de l’ACV.

Créé: 26.09.2017, 21h28

Un mode de concertation sujet à critique

Dès l’annonce, en juin, de la mise en place d’une démarche de concertation de la population sur le sujet sensible de la place du Marché, les critiques ont fusé. Avec six commerçants et six habitants intégrés aux trois tables rondes de juin, de novembre et de janvier, l’effort avait été qualifié par certains de léger: «Il faut rappeler la journée du 2 juillet, qui avait permis à tout un chacun de s’exprimer sur une place du Marché vidée de ses voitures, nuance Jérôme Christen. Et noter que deux commerçants font partie du jury – sur les sept non professionnels qui le composent – qui déterminera le projet gagnant en janvier. Nous nous appuyons aussi sur l’étude Albatros de 2008 ( ndlr: 3705 habitants et 252 commerçants avaient été sondés sur la place du Marché). Compte tenu de tout cela, je trouve la concertation très large.» Ce n’est pas l’avis des commerçants, qui jugent absurde que les habitants des communes environnantes ne soient pas sondés, alors qu’ils comptent parmi les principaux utilisateurs du parking et clients des commerces proches de la place. «Nous avons pris le parti de nous concentrer sur des riverains de la place, qui la voient au quotidien, reprend Jérôme Christen. Mais nous avons tout de même entendu la critique et décidé d’intégrer deux membres de la CORAT (la commission intercommunale chargée des questions d’aménagement): Dominique Martin, syndic de Blonay, et Alain Grangier, syndic de La Tour-de-Peilz.»

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.