Les comptes positifs qui risquent de faire grincer des dents

FinancesL’an dernier, La Tour-de-Peilz a engrangé 6,8 millions de bénéfices au lieu des 3 millions de pertes prévues. Un résultat étonnant au vu du climat de coupes budgétaires.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«C’est un résultat certes très favorable, mais quand même inattendu!» Pour sa première présentation des comptes de La Tour-de-Peilz à la presse, Jean-Pierre Schwab, nouveau municipal des Finances, a révélé une bonne nouvelle: au lieu des 3 millions de francs de pertes prévus au budget, c’est finalement un bénéfice de 6,8 millions, qui clôt l’exercice 2016, sur un total de charges de plus de 59 millions.

Trois explications principales à ce revirement. D’une part, le Canton a reversé plus de 2,8 millions pour la péréquation et la facture sociale, «parce que nous avions payé en 2015 trop d’acomptes, basés sur le rendement des impôts 2013, qui était une bonne année fiscale». D’autre part, les rentrées d’impôts ont été supérieures de 4,7 millions à celles estimées.

Enfin, des dépenses n’ont pas été effectuées, pour 1,2 million; cela concerne essentiellement des travaux d’entretien des immeubles, routes et territoire non réalisés. «Nous avons mis la pédale douce les deux derniers mois de l’année, mais nous ne savions pas à ce moment-là que les recettes d’impôts allaient augmenter à ce point-là», constate Jean-Pierre Schwab.

La dette nette par habitant – 1219 francs – est «extrêmement basse. Nous serions notés AA et donc il nous est plus facile d’obtenir des crédits», sourit Jean-Pierre Schwab. La marge d’autofinancement, elle, s’élève à 7,8 millions alors qu’elle était attendue comme négative (à – 2,5 millions).

Fin du «système Grognuz»?

La «bonne surprise» au moment des comptes finit par devenir récurrente à La Tour-de-Peilz. Cette fois, cette «amélioration budgétaire» se monte à 9,8 millions. C’est la quatrième fois depuis 2008 que l’écart entre le budget et les comptes tourne autour de 10 millions, sur des comptes entre 50 et 60 millions, soit une différence de 16% au moins. Enorme, même si l’égalité ne peut évidemment pas être parfaite entre une projection a priori et la réalité avérée. «

C’est vrai, c’est trop et cela me dérange», reconnaît Jean-Pierre Schwab. Cependant, avec le syndic Alain Grangier, ils insistent: «Nous venons de prendre nos fonctions à l’Exécutif l’an dernier, nous ne sommes donc pas responsables de l’élaboration du budget 2016.» S’achemine-t-on vers la fin de ce que d’aucuns élus nomment le «système Grognuz»? Pour rappel, avant d’être appelé à la Cour des comptes en 2014, Frédéric Grognuz avait dirigé pendant seize ans les Finances de la Ville avec une réputation de «grand radin», comme il le reconnaissait lui-même dans nos colonnes.

«Table rase du passé, répond Alain Grangier. Ce qui importe est qu’avec un nouveau chef de Service, un nouveau municipal des Finances professionnel de la banque et moi-même, qui ai aussi étudié ces questions-là, nous allons procéder autrement.» Et Jean-Pierre Schwab d’ajouter: «Deux correctifs ont déjà été apportés pour ne pas sous-évaluer les impôts: tenir compte d’une augmentation annuelle de 4% (2% pour l’accroissement de la population et 2% pour la progression des revenus) et ajouter 500'000 francs de recettes aléatoires.»

Ces dernières représentent les gains impossibles à déterminer à l’avance (taxes perçues sur les ventes effectuées dans la commune ou impôts sur les successions et donations). A La Tour-de-Peilz, elles ont été par le passé systématiquement budgétées à 1,6 million. Or à une exception près, les recettes aléatoires ont toujours été beaucoup plus élevées depuis 2009, s’établissant à 3,4 millions en moyenne.

Cette prudence et les comptes 2016 positifs risquent d’être mal perçus en cette période de coupes budgétaires. Pour rappel, la Municipalité avait sollicité une augmentation de 6 points d’impôts (dont 2 pour le ménage courant), refusée en votation populaire. Dès lors, les élus ont coupé environ 1 million de dépenses sur le budget 2017, pour arriver à un déficit d’environ 900'000 francs (pour 60,8 millions de charges). (24 heures)

Créé: 19.05.2017, 13h35

Commentaire

Les Boélands attendent d’être convaincus

Trois nouvelles ont secoué les Boélands récemment. Leur Conseil a dépensé 48'000 fr. pour un accès électronique à la déchetterie. Un investissement sans doute à bon escient, pour optimiser les coûts du lieu.

Mais dans le même temps, on leur annonçait que le Service du municipal Olivier Wälchli retirait 1700 francs à un groupe d’aveugles, invoquant la nécessité de «coupes budgétaires». Pour ce même motif, les parents apprenaient par lettre que leurs enfants fréquentant l’école ne seraient plus gardés pendant la permanence estivale prévue de trois semaines, pas plus qu’en février, montant à deux mois et demi les jours sans aucune garde pour ces élèves. Economie estivale réalisée: 10'000 francs.

Le bénéfice 2016 de 6,8 millions risque donc de faire grincer des dents. Le syndic, Alain Grangier, promet que l’aide aux aveugles et l’accueil de jour pourront être réévalués. Il n’empêche que la prudence extrême des années Grognuz produit ses effets. Certes, la dette a fondu comme neige au soleil. Mais les investissements n’ont pas été réalisés, des élus de tous partis confondus s’en désolent.

Pour faire face aux défis à venir (dont la construction d’un collège et la rénovation du château), l’Exécutif a tenté d’augmenter les impôts de 6 points. Réfusé en votation populaire.

Cette nouvelle Municipalité doit s’atteler à convaincre la population d’une augmentation d’impôts qualifiée d’inéluctable. Elle dispose de six mois pour préparer son prochain budget, sans exagérer le principe de prudence et sans prendre en otage ni les parents ni les employés du réseau d’accueil de jour ni les aveugles.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

La caisse maladie demande aux thérapeutes de revoir leurs tarifs à la baisse «pour correspondre aux conditions du marché». Si tel n'est pas le cas, leurs prestations ne seront pas remboursées. Paru le 23 août.
Plus...