Passer au contenu principal

«Je le connais moi Monsieur Michel Mayor»

Témoignages dans la ville d'Aigle où à grandi le Prix Nobel.

Un collège porte le nom de Michel Mayor à Aigle. Il a été inauguré en 2012 en présence du savant. À l’intérieur, une fresque rappelle son domaine de recherche.
Un collège porte le nom de Michel Mayor à Aigle. Il a été inauguré en 2012 en présence du savant. À l’intérieur, une fresque rappelle son domaine de recherche.
Chantal Dervey

«Je le connais moi Monsieur, Michel Mayor», répond timidement Maïwenn, 7 ans, ce mardi à la sortie du collège… Michel Mayor à Aigle. «Il est astrophysicien et a découvert des planètes. C’est notre maîtresse qui nous l’a dit au début de l’année», poursuit l’écolière de 4e primaire qui a demandé et obtenu au dernier Noël un… télescope.

«C’est une fierté pour les Aiglons et une joie pour nous que nos petits enfants soient scolarisés dans l’école qui porte son nom», se réjouissent deux grands-mères à la sortie des cours. «J’ai expliqué à mon fils Eliott, 8 ans, scolarisé à «Michel Mayor» qui il était et pourquoi il a obtenu cette incroyable distinction», dit Alexandre Favre, président du Conseil communal.

Papa, commissaire de police

Né à Lausanne, Michel Mayor a grandi à Aigle où son père a été muté comme commissaire de police. Il y a suivi l’école obligatoire. «Son professeur de sciences a d’ailleurs contribué à l’orienter dans le choix de ses futures études à l’Université de Lausanne où il a choisi la physique théorique», indique le syndic Frédéric Borloz.

Des histoires de syndics

Ancien syndic d'Aigle, Marc-Henry Soutter se souvient l'avoir bien connu. «J'ai été en classe en partie avec lui au collège. Nous avons aussi été durant au moins dix ans dans une patrouille d'éclaireurs, la troupe de Plantour. Puis, je l'ai revu bien plus tard à Aigle lorsque la Ville a décidé de l'honorer.»

En 2010, la Municipalité a donné son nom au nouveau bâtiment scolaire. «En 2012, Michel Mayor fut notre orateur invité à la Fête du 1er août. Devant les Aiglons rassemblés, il n’a pas manqué de rappeler le rôle exploratoire de la recherche fondamentale, notamment en astronomie», poursuit l’édile.

Michel Mayor connaissait aussi bien un autre ancien syndic d'Aigle, aujourd'hui décédé: son beau-père Alfred Pirolet

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.