Corbeyrier veut geler toute construction sur ses terres

Aménagement du territoireForcée de redimensionner sa zone à bâtir pour satisfaire aux exigences de la LAT, la Commune met à l’enquête une zone réservée couvrant l’entier de sa superficie.

Une fois en vigueur, le règlement gèlera toute construction nouvelle sur le territoire communal, au moins pour cinq ans.

Une fois en vigueur, le règlement gèlera toute construction nouvelle sur le territoire communal, au moins pour cinq ans. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

On ne verra pas de nouvelles constructions pousser à Corbeyrier dans les cinq années à venir. Forcée de redimensionner sa zone à bâtir à la suite de l’acceptation par le souverain de la nouvelle loi sur l’aménagement du territoire (LAT), la Commune a mis à l’enquête une zone réservée couvrant l’entier de son territoire.

Si le plan et son règlement en consultation publique entrent en vigueur, toute construction nouvelle sera proscrite pour cinq ans, voire huit, en cas de prolongation. Le règlement autorise toutefois l’agrandissement de bâtiments existants. «Cette démarche nous permet de travailler sereinement à la révision de notre plan général d’affectation, qui prendra plusieurs années», explique le syndic Robert Nicolier.

Plus de 80 communes vaudoises ont déjà placé en zone réservée une partie de leur territoire (statistiques fin 2017), indique le Service du développement territorial. Le gel des constructions sur l’entier d’une commune reste toutefois relativement rare. «C’est une procédure qui a le mérite de clarifier la situation pour tout le monde, notamment pour notre administration. Et qui place tous les propriétaires sur un pied d’égalité, poursuit le chef de l’exécutif robaleu. D’ailleurs, depuis le début de la mise à l’enquête (Ndlr: le 19 mai), nous avons eu peu de réactions hostiles.»

Comme à Gilly

Il y a quelques mois, Gilly avait adopté la même stratégie, qui avait été «plutôt bien perçue, relève le syndic Denis Dumartheray. Il faut dire que notre commune a vécu un fort développement au niveau de la construction, ce qui a généré des nuisances pour la population. Avec cette croissance, il restait assez peu de terrains constructibles.»

Pionnière en la matière, Montpreveyres a eu plus de mal à faire avaler la pilule. «Nous avons eu 28 oppositions, sur une cinquantaine de propriétaires concernés, rappelle le syndic Jacques Chappuis. Mais, pour nous, c’était la procédure la plus logique: notre commune est constituée d’un village et deux hameaux. Si nous avions gelé les constructions uniquement dans les hameaux, ça n’aurait probablement pas été bien compris.»

Une configuration semblable à celle de Corbeyrier, éclatée entre plusieurs hameaux. La Commune des hauts d’Aigle aura fort à faire pour satisfaire aux exigences de la LAT: elle devra réduire sa zone à bâtir de 76 000 à 10 000 m2, sur un territoire de 22 km2. «Nous comptons 450 habitants. Notre zone à bâtir actuelle aurait permis d’en accueillir jusqu’à 1000. Un maximum que nous n’aurions de toute manière pas atteint, pour des questions d’infrastructures. Mais la LAT limite notre développement à 500 habitants au maximum.»

(24 heures)

Créé: 01.06.2018, 07h42

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 13 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...