Passer au contenu principal

Cure de jouvence pour l’église Saint-Clément de Bex

Abîmé, l'intérieur du lieu de culte nécessite un assainissement très important.

L'église Saint-Clément à Bex. Des travaux pour 1,6 million de francs.
L'église Saint-Clément à Bex. Des travaux pour 1,6 million de francs.
Chantal Dervey

L’église catholique Saint-Clément à Bex, dont la première pierre fut posée en 1884, nécessite des travaux très lourds. Les derniers ont été menés il y a 45 ans. À l’époque, le chauffage à air chaud avait été remplacé par un chauffage au sol. Depuis, plus rien. Or, en 2004 et 2005 déjà, une expertise a mis au jour des dégâts conséquents dans ce monument d’importance régionale.

Le sol principalement se dégrade sérieusement. Les parois présentent des moisissures, chaque année plus nombreuses. Elles noircissent les beaux carreaux en pierre de Solnhofen (Bavière). La faute à une humidité conséquente dépassant 80% Les raisons? Une température de surface trop basse, une production de vapeur d’eau non évacuée, une mauvaise conception de la distribution de chauffage. Les fonts baptismaux, non chauffés, accumulent une condensation conséquente. De surcroît, le plafond n’est pas isolé. Toutes les voûtes sont touchées.

De nombreuses séances ont réuni au chevet de Saint-Clément divers spécialistes, des experts, un restaurateur d’art, le Conseil de paroisse, le Canton. Ils ont dressé un inventaire des travaux de rénovation et d’assainissement à entreprendre en priorité. «Ils devraient durer entre 9 et 12 mois et commencer idéalement début 2019», indique Georg Frey, président de la paroisse.

Le lieu de repli pour les services n’est pas encore arrêté pour les quelque 2528 catholiques bellerins, premiers fidèles de la Cité du sel devant les 2281 protestants. À noter que Clément désigne plusieurs saints chrétiens. Le plus connu est Clément de Rome. La première mention d’une église Saint-Clément à Bex date de 1193. Depuis, sont passés la Réforme et le retour du culte catholique à Bex en 1870.

Payés par la Commune

Avant d’attaquer le gros-oeuvre, nombre de trésors de Saint-Clément seront placés sous protection: orgue, vitraux, mosaïques, barrière, mobilier liturgique. Principale mesure, le remplacement du chauffage au sol existant. À la place, un système mixte à basse température au sol et un procédé à air chaud raccordé au chauffage à distance du collège de la Servanne. Le sol sera démonté et creusé sur plus de 60 cm.

Ce n’est pas tout. Un bloc de ventilation et une nouvelle protection contre la foudre doivent être installés, des carreaux en pierre et des fenêtres changés, des portes remplacées, des vitraux réhabilités. Liste de très loin pas exhaustive.

La communauté catholique bellerine n’a pas les moyens de financer les travaux qui se portent à plus de 1,6 million de francs. En vertu de la loi, il appartient à la collectivité publique d’en assumer la charge. la Municipalité a donc dressé un préavis à l’attention du Conseil communal qui statuera prochainement sur l’octroi de ce crédit.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.