Passer au contenu principal

Après une cure de jouvence, l’Étoile rayonne à nouveau sur Noville

Les Roch ont refait leur établissement à neuf mais le talent du cuisinier n'a pas changé.

Caroline et Benoît Roch sous leur nouvelle véranda.
Caroline et Benoît Roch sous leur nouvelle véranda.
CHANTAL DERVEY

C’est le printemps. Impossible de s’y tromper, que ce soit en profitant du soleil sous la véranda ou en découvrant la carte que Benoît et Caroline Roch ont inventée en ce mois d’avril: asperges et morilles sont reines et l’ail des ours trône bien en vue à leur cour. Après une cure de jouvence de six semaines, l’emblématique bistrot de Noville a rouvert, offrant deux ambiances différentes: lumineuse et internationale sous une véranda piquetée de cactus, plus feutrée dans la partie «bistro chic». La cuisine de la famille Roch – depuis 1998 Benoît et Caroline représentent la troisième génération installée aux fourneaux – tient toujours ses promesses.

Après un peu d’attente, on peut profiter d’un premier aperçu de la créativité des Roch: un sympathique mini-gratin d’asperge. Un amuse-bouche bienvenu puisqu’il faut ensuite presque une heure pour apercevoir notre entrée et autant pour se régaler de notre plat principal. Mieux vaut s’armer de patience, comme le souligne l’équipe sur son site internet: l’Étoile n’est pas filante...

L’attente vaut le coup. Fiers de leur label «fait maison», les Roch proposent des plats magnifiques et généreux. On se sent comme à la maison en dégustant cette montgolfière aux morilles, sot-l’y-laisse et asperges (22 fr.). La salade de dent-de-lion et sa vinaigrette aux dattes (20 fr.) est également succulente avec ses garnitures classiques.

En plat principal, le filet de bœuf Limousin des pâturages de Blonay au cabernet (55 fr.), avec un petit flan à l’ail des ours, est cuit comme il faut mais ne sort pas vraiment du commun. L’épaule d’agneau de lait des Pyrénées confite à basse température (48 fr.) est par contre à recommander: elle fond littéralement en bouche. Joliment dressées, ces paupiettes s’accompagnent d’une fricassée de haricots coco (comprenez un cassoulet). À peine cuits, les légumes printaniers – on retrouve encore et toujours de l’asperge verte, mais aussi de l’oignon botte et du navet – sont parfaitement croquants et goûteux!

Le temps nous a manqué pour les jolis desserts, faits maison.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.