La «Demoiselle» est contrainte au repos forcé au Bouveret

NavigationAvec deux moteurs en rade et un mât brisé, le bateau de Villeneuve part en quête de fonds depuis ses déboires de mercredi.

Endommagée par la tempête de mercredi dernier, la «Demoiselle» a pu être remorquée, non sans mal, à l'embouchure du Rhône. Ses deux moteurs sont hors service et la rupture d'une antenne ne permet pas de hisser les voiles.

Endommagée par la tempête de mercredi dernier, la «Demoiselle» a pu être remorquée, non sans mal, à l'embouchure du Rhône. Ses deux moteurs sont hors service et la rupture d'une antenne ne permet pas de hisser les voiles. Image: Chantal Dervey

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Ce qui est frustrant, c’est que l’hiver a été particulièrement exigeant pour les bénévoles de la Demoiselle, avec passablement de travaux. Quelque 100'000 francs ont été injectés. Et là, à la première sortie, crac! alors que nous sortions tout juste d’une révision. C’est dur pour le moral. Il faudra du courage pour repartir.»

Du courage, il en a encore, Christian Reymond, le père du voilier plus communément désigné sous l’appellation de Barque des Enfants, en référence aux camps scolaires qu’il accueille. Le sort a pourtant joué un vilain tour au deux-mâts mercredi dernier («24 heures» du 26 avril). Privée coup sur coup de ses deux moteurs et ballottée par des vents soudains de 80 km/h, cette réplique d’une voile latine de 1828, construite au prix de 2,2 millions de francs de travaux sur quinze ans, dès 1997, a manqué de s’échouer.

Une intervention conjointe du Sauvetage du Bouveret et d’un pousseur de la société d’extraction de matériaux du lac Sagrave SA a permis un sauvetage in extremis et un remorquage laborieux dans l’embouchure du Rhône, où le navire panse aujour­d’hui ses plaies, au Bouveret.

«Nous étions huit à bord, dans l’attente de récupérer un camp d’enfants à Aquaparc», explique Pascal Michel, le patron (pilote) de la Demoiselle, mercredi dernier. «Les causes des pannes restent pour l’heure inconnues. Des bactéries dans le fuel? Une valve défectueuse? Il va falloir réparer, mais les moteurs sont bons. Pour le reste, il y a un peu de casse, mais rien sur les structures.»

Une des antennes, ces mâts obliques caractéristiques des voiles latines en oreilles, s’est brisée en trois morceaux, dont l’un repose sur le pont et un autre dans l’eau. «Il faudra le repêcher, précise Christian Reymond, pour voir si on peut récupérer la ferraille qui permet de hisser les voiles. Ça coûte des sous!»

Pour le reste, un apoustis (balcon latéral) et le canot ont été endommagés lors de l’intervention des secours. D’autres pièces ont lâché çà et là. «Des structures en chêne ont cédé, c’est dire les forces auxquelles a été soumis le bateau», ajoute Christian Reymond.

«Au minimum 30'000 francs»

Pour Françoise Cuendet, elle aussi patronne du voilier, «la priorité est de réparer les moteurs et de rentrer à notre port d’attache de Villeneuve pour effectuer les autres travaux».

À ce stade, Christian Reymond estime la note entre 30'000 et 50'000 francs. Pour Madeleine Burnier, présidente de l’association, la course contre la montre est engagée. «Nous espérons pouvoir naviguer de nouveau d’ici fin mai, explique l’ancienne municipale de Vevey. Nous avons dû renoncer aux six sorties prévues le mois prochain, soit un manque à gagner d’environ 10'000 francs. La Savoie pourra heureusement les honorer. J’ai déjà commencé à prendre des contacts avec les entreprises.

Financièrement, nous nous réjouissions d’avoir de petites réserves; désormais, elles n’en sont plus, nous sommes à sec de chez sec.» D’où un appel aux bonnes âmes pour un coup de main moral, financier, voire sur le chantier. «Nous sommes toujours preneurs de compétences de charpentiers, serruriers, électriciens», précise Madeleine Burnier.

La Fête des Vignerons pourrait être l’occasion de remplir quelque peu les caisses de l’association de 350 membres. «Nous prévoyons deux sorties quotidiennes et nous espérons faire le plein», précise la présidente.

Créé: 01.05.2019, 06h54

La «Demoiselle»

Pour faire un don:
CCP 30-395783-7 ou
IBAN CH03 0900 0000 3030 5783 7

www.lademoiselle.ch

Articles en relation

«La Demoiselle» sauvée in extremis du naufrage

Les Grangettes Le voilier, de sortie pour un camp scolaire ce mercredi, s’est retrouvé sans moteurs et pris dans des conditions météo très difficiles. Son remorquage s’est du reste révélé épique. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.