Densification en douceur prévue à La Tour-de-Peilz

UrbanismeLa Municipalité a présenté le futur visage de la Ville, 13 500 habitants d’ici à 2036

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Nous avons organisé deux séances d’information et n’avons eu que huit personnes à chaque fois. Le sujet n’intéresse pas trop les citoyens, hormis ceux qui sont directement touchés sur leurs parcelles.» Voici le constat du syndic de La Tour-de-Peilz, Alain Grangier, sur la refonte du PGA (plan général d’affectation) de la ville. Tour d’horizon de points néanmoins susceptibles de concerner l’ensemble des habitants.

Cliquez sur l'illustration pour l'agrandir

Une garderie en sursis?

La garderie Croqu’Lune fait le bonheur des parents. Elle est sise dans une ancienne maison de maître à véranda, entourée d’un vaste jardin. Les moutons viennent brouter devant l’entrée. Un cadre idyllique, à dix minutes à pied de la gare. Or la parcelle – propriété de la Commune – n’est pas colloquée en zone d’utilité publique mais à forte densité.

Cela signifie-t-il la mort de Croqu’Lune à moyen terme au profit de logements? «Il n’y a pas de projet pour l’heure, affirme Alain Grangier. La motion «Valorisons nos parcelles communales» porte sur le terrain jouxtant le cimetière. C’est là qu’est la priorité à développer du logement, via une coopérative d’habitation.»

Place des Terreaux

La place des Terreaux héberge le cirque ou les carrousels. Son grand espace engazonné voit gambader nombre de chiens, tandis qu’une petite portion, en terre battue, accueille les jeux de balle. Un habitant s’est inquiété du fait qu’elle soit dans le PGA colloquée en zone d’utilité publique, et non de verdure. «Cela offre une certaine souplesse par rapport aux besoins futurs, sans que cela empêche le maintien de cet espace vert», dit l’Exécutif. Pourtant urbaine, La Tour-de-Peilz bénéficie de 20% à 25% du territoire en zones «vertes» (agricoles, viticoles, forêts, etc.).

Sentier des rives du lac

Le bord du lac proche de la piscine de la Maladaire (elle est sur territoire de Montreux) est confirmé dans son usage actuel de camping. Et le sentier des rives du lac, attendu depuis la votation de 2010 et qui doit relier cet endroit au port? «Il n’est pas concerné par le PGA, puisque nous l’avons proposé à 100% sur le domaine public. Pour l’heure, nous rencontrons les propriétaires un par un pour trouver des solutions», annonce Alain Grangier.

Pas d’explosion ni de tours

Le PGA actuel date de 1972 (modifié en 1982 et 1984). «Par rapport à ce patchwork où des zones d’habitation à faible ou moyenne densité étaient enclavées dans des zones à forte densité, nous avons uniformisé au nord des voies ferrées et vers l’est», explique Alain Grangier. Exemple: le quartier entourant l’école Cadet-Rousselle passe en forte densité. Va-t-on vers la destruction des petites maisons? Pas de danger de voir fleurir des tours, même si la seule de la ville n’est qu’à 150 m: dans cette zone, les hauteurs maximums des futures constructions seront limitées à 12,5 m, soit trois ou quatre niveaux, pour un indice d’utilisation du sol de 0,8 (l’IUS étant le ratio entre le nombre de mètres carrés de plancher constructible sur la surface de la parcelle). En plein centre, les plus grands bâtiments culmineront à 15,5 m maximum pour un IUS de 1, alors qu’on en trouve de 3 ou 4 au centre de Vevey.

Yvan Audemars, chef du Service de l’urbanisme, rappelle: «Ce n’est pas un choix politique de la Commune: la demande de densifier les centres émane de la loi sur l’aménagement du territoire et du plan directeur cantonal.»

Une densification qualifiée de «progressive»: les parcelles encore vierges de construction (seulement 32, pour 80'000 m2 de planchers) et les endroits où il sera possible de bâtir davantage n’amèneront que 1700 habitants supplémentaires, pour porter la population à environ 13'500 habitants d’ici à 2036 (11'779 actuellement). Théoriquement, selon le plan directeur cantonal qui fixe le nombre de nouveaux habitants pour l’agglomération, La Tour-de-Peilz pourrait à cet horizon compter 15'000 habitants, soit plus du quart de plus qu’actuellement. «Nous n’avons pour l’heure pas ces réserves constructibles, explique Yvan Audemars. Mais de futurs plans partiels d’affectation pourraient demander à densifier davantage en certains endroits.» Le Conseil communal dira prochainement s’il accepte de lever cinq oppositions restantes à ce PGA. (24 heures)

Créé: 22.03.2018, 08h02

Articles en relation

Deux millions pour étudier le futur collège de La Tour-de-Peilz

Urbanisme Le Conseil communal a accordé le crédit d’étude pour l'établissement scolaire Courbet. Plus...

Les piétons investissent le nouveau centre-ville de La Tour-de-Peilz

Riviera Le réaménagement de la place des Anciens-Fossé et de ses alentours s'achève. Le résultat semble plaire aux habitants de la cité. Plus...

Pour son skatepark, La Tour a fait appel à des consultants à roulettes

Sport urbain Derrière le projet boéland des Marronniers accepté mercredi au Conseil communal se cache un groupe de passionnés: La Méclette. Présentation. Plus...

Près de 650 logements pourraient sortir de terre sur les parcelles de Nestlé

Riviera A La Tour-de-Peilz et à Vevey, la société a promis des terrains aux mêmes promoteurs. Enquête Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.