Dernière chance d’emporter un morceau de la Fête des Vignerons

Vente publiqueAvant le grand public ce week-end, les figurants se sont pressés vendredi pour acheter des souvenirs chargés d’émotions.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Je suis venu chercher davantage qu’un simple souvenir: un objet qui ait vécu sur scène.» Christophe est ainsi reparti avec un tabouret de piano, lui qui a vécu la Fête des Vignerons en famille, avec sa femme et ses deux enfants, dans la troupe de la Saint-Martin. À son image, la très grande majorité des figurants, ce vendredi à Aigle, étaient venus emporter avec eux un supplément d’âme de la manifestation qui les a tellement touchés, lors de la vente publique qui se déroulera encore tout le week-end (inscriptions sur le site de la FéVi).

Claire, aussi de la Saint-Martin, a notamment acheté une rose factice de son tableau. Elle lance à sa petite fille, qui l’accompagnait sur scène: «C’est pour toi Lena!» Sourire enjoué de l’enfant, assise sur un banc de la Noce, «que nous installerons sur le balcon». Ces assises blanches sont parties comme des petits pains (à 20 francs). Les très nombreux ceps factices avaient également grand succès. «Je ne sais pas encore où je vais le mettre, mais à ce prix-là (ndlr: 10 francs), je ne risque pas grand-chose», sourit Sonia. «Un joli clin d’œil déco dans le jardin», selon Stéphanie. «J’y planterai une vigne ou mes tomates», dit Chantal, maître tailleur, rôle qui évoluait en taï-chi autour de cet objet.

«Les éléments que nous achetons sont autant de petits autels précieux que chacun dressera à la Fête. Ces talismans nous permettront de tenir bon pendant vingt ans»

D’autres pièces, beaucoup plus chères, n’ont pas découragé les fans. Ainsi deux hommes armés du même trésor: un petit cheval des Cent pour Cent (500 francs). Ils ne dévoileront pas leurs prénoms pour ne pas gâcher la surprise qu’ils s’apprêtent à faire. «Pour l’offrir à un couple pour son mariage, l’occasion ou jamais de faire un beau cadeau!» souffle l’un. «Pour une cliente qui a adoré le spectacle, lâche l’autre, Confrère de la Confrérie des Vignerons. Les éléments que nous achetons sont autant de petits autels précieux que chacun dressera à la manifestation. C’est quasi liturgique! Ces talismans nous permettront de tenir bon pendant vingt ans, car c’est tellement triste quand la Fête se termine! Quand on sait que des gens se sont presque battus pour voler en ville des banderoles de la Fête en toile de chantier, on comprend aisément qu’une vente comme celle de ce week-end ait du succès.»

«J’en ai tellement rêvé»

En prévente, 140 des 204 poneys ont été achetés par ceux qui les ont portés sur scène. Les trois quarts restants étaient déjà vendus vendredi en fin d’après-midi. Des poissons attendaient acquéreurs. Nina, 28 ans, a emporté le sien, surnommé «Petite Arvine»: «Pour l’instant, j’ai convaincu mes parents de le garder chez eux. Mais je rêve de le voir décorer le café que j’espère ouvrir dans quelques années.» Restaient beaucoup d’ailes de tissus (dites «Loïe Fuller»), à 3200 francs Fanny, Sophie et Nada les ont emportées à un prix préférentiel de 500 francs pour celles qui les avaient endossées. «Ces ailes sont liées à toutes les émotions que nous avons vécues, à l’éblouissement des visages du public. Je ne me voyais pas les laisser», explique Sophie. Même ferveur chez les femmes ayant trouvé une pièce de costumes d’effeuilleuses. «La seule jupe blanche était à ma taille! J’en ai tellement rêvé, cela vaut bien 500 francs!» exulte Nicole, qui était figurante dans la Noce.

D’autres cherchaient des objets directement utiles. Le producteur Emmanuel Gétaz voulait un poisson et la capite «comme décors des dernières scènes à tourner pour la fiction réalisée pendant la Fête par Dominique Othenin-Girard». Martin, pour des caves coopératives, «des porte-habits ou des poubelles». D’autres des lampes ou des chaises pliables à 5 francs M. et Mme Tout-le-Monde trouveront encore ce week-end des verres, de magnifiques xylophones en bois ou d’autres pièces du spectacle.

Créé: 28.09.2019, 08h28

Articles en relation

«Je n’ai pas l’impression que la Confrérie soit en péril à ce stade»

Bilan Les comptes de la Fête des Vignerons seront rouge vif. Les 16 millions de perte sur les spectacles de jour ont pesé très lourd. Interview de François Margot. Plus...

Et si la Fête ne revenait pas dans 25 ans?

Fête des Vignerons Julien Vuilleumier, de l’Office fédéral de la culture, éclaire l’inscription de la tradition vaudoise au Patrimoine de l’Unesco. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.