«Nous devons digérer la Lex Weber et la LAT»

InterviewLes grands projets se multiplient à Ollon mais tardent parfois à se concrétiser. Le point avec le syndic, Jean-Luc Chollet

Jean-Luc Chollet reçu les présidents de partis boyards il y a une quinzaine de jours.

Jean-Luc Chollet reçu les présidents de partis boyards il y a une quinzaine de jours. Image: Chantal Dervey

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Mais que fait la Municipalité? C’est, en substance, la question posée par plusieurs élus à leur Exécutif ( lire ci-dessous). Alors qu’Ollon fait face à des défis colossaux, les blocages se multiplient. L’agrandissement du Collège de Perrossalle tarde à se concrétiser. Si la construction d’un centre wellness à Villars va de l’avant, la station attend toujours la refonte de sa rue Centrale, celle du Palace ainsi que celle de l’Hôtel du Parc. Eclairage.

– La commune d’Ollon vit-elle une période charnière?
Clairement. La Lex Weber et la révision de la LAT mettent des bâtons dans les roues des Communes. Nous devons digérer ces nouvelles contraintes et trouver des solutions pour nous adapter.

-Dans ce contexte, quelle importance donnez-vous au renforcement de l’offre touristique?
Le ski rencontre toujours moins de succès. Les gros dimanches d’affluence sur les pistes semblent derrière nous. Au fond, heureusement que notre projet de parking près de la télécabine du Roc d’Orsay a pris du retard: au vu de cette évolution, la première version, à 25 millions de francs, aurait été surdimensionnée.

-Les projets touristiques semblent se heurter à des oppositions systématiques
On est dans la civilisation du «not in my backyard»: vous pouvez construire, mais le plus loin possible. Nous avions un projet de parc d’animations entre la route du col de la Croix et le Palace, mais il a récolté une volée d’oppositions. Nous revenons avec un projet plus ambitieux, mais géographiquement plus éloigné. Une luge sur rail et des sentiers raquettes et VTT sont prévus à Chaux-Ronde. Là-bas, seuls les chamois pourraient faire opposition. C’est pénible de voir ces dossiers qui n’avancent pas, mais cela fait partie de la politique publique.

-Les blocages sont-ils uniquement dus à des privés?
Tout dépend des cas. On constate que l’Etat est aussi plus à cheval sur les règlements. Nous avons un secteur à Ollon classé en zone villas. Le plan d’affectation autorisait la construction sur des parcelles de 2000 m2. Cela nous a semblé un gaspillage de terrain. Nous avons voulu le densifier et réduire les parcelles à 1000 m2. Le changement paraissait simple, mais l’Etat nous a demandé une étude détaillée pour le justifier.

-Des élus ont exigéun point de situation. Y voyez-vous une volonté de «surveiller» la Municipalité?
Le ton de l’intervention de Nicolas Croci-Torti ( ndlr: président du PLR) au Conseil communal m’a déplu: il donnait l’impression que nous sommes des rigolos. On nous reproche de ne pas suivre notre plan d’investissement; nous n’y arrivons pas forcément. L’agrandissement du collège y figure depuis dix ans. Mais ce dossier traîne: nous avons obtenu l’expropriation du propriétaire des terrains nécessaires. Il s’y est opposé et a eu gain de cause. Il nous a fallu justifier la nécessité de ce chantier auprès du Canton et reprendre la procédure de zéro. (24 heures)

Créé: 20.11.2014, 18h16

Pointage demandé par les partis

Le mois dernier, les présidents des partis élus au Conseil communal d’Ollon ont sollicité un entretien avec leur Municipalité afin d’obtenir un point de situation sur
les dossiers en cours. «Notre objectif n’était pas de mettre la pression sur
notre exécutif, tient à souligner Nicolas Croci-Torti, président
du PLR. Mais la Commune a de nombreux projets dans le pipeline et nous étions sans nouvelles de plusieurs d’entre eux.» La rencontre, qui a eu lieu au début du mois de novembre, a permis aux édiles de donner des éclaircissements sur une quarantaine de chantiers: Chablais Agglo, rénovation de l’Hôtel du Parc et de la rue Centrale, à Villars, ou encore agrandissement du Collège de Perrosalle, à Ollon.

«La rencontre s’est déroulée dans un bon état d’esprit et nous avons obtenu les réponses que nous attendions», se réjouit Nicolas Croci-Torti. Un avis partagé par Pascal Jourdain, à la tête du Parti socialiste boyard: «Le syndic a joué cartes sur table et nous sommes satisfaits de cette présentation.»

«On a parfois l’impression que certains d’entre eux traînent, mais, vu leur ampleur, c’est inévitable», note le président de l’UDC locale, Philippe Pastor. Ce dernier n’exclut pas que de nouvelles rencontres de ce type soient organisées à l’avenir: «Notre intention n’est pas de surveiller nos municipaux, note l’élu. Mais ce pointage était nécessaire et il pourrait être intéressant de le renouveler.»

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 20 septembre 2018.
(Image: Bénédicte) Plus...