Les Diablerets dans l’œil de ses derniers paysans

DocumentaireAu Festival du film alpin, jeudi, un documentaire poétique sublime le destin de ceux qui cultivent encore la montagne, envers et contre tout.

La parole humble des paysans de montagne résonne avec force dans Alta, le film du Lausannois Lionel Charlet, en compétition au Festival international du film des Diablerets

La parole humble des paysans de montagne résonne avec force dans Alta, le film du Lausannois Lionel Charlet, en compétition au Festival international du film des Diablerets Image: Lionel Charlet

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L’écran montre un visage marqué de profonds sillons. Dans une lumière froide comme l’hiver, ils rappellent le flot argenté d’un torrent de montagne, courant dans son univers minéral. Avec Alta, le cinéaste lausannois Lionel Charlet esquisse un double portrait. Celui de la nature, belle et empreinte de mystère, du massif des Diablerets. Et celui, très pudique, des hommes et des femmes qui habitent encore ces hauteurs pour y pratiquer le métier de paysan. Les deux sont intimement liés.

Œuvre d’art plus que documentaire, le film a été présenté lundi au Festival international du film des Diablerets. Il est à voir encore une fois ce jeudi dans un après-midi de projections (trois films) et de débat consacrés à la vie des paysans de montagne.

Comme le montre subtilement Alta, cette existence est marquée par la rudesse, mais elle est portée avec une force égale par l’émerveillement. C’est aussi un mode de vie qui s’accroche, malgré le confort de modernité qui détourne la jeune génération du métier, et en dépit du prix du lait qui étrangle les producteurs. «C’est une vie rude, mais je ne la regrette pas. C’était mon idéal», énonce un vieux paysan dont la parole, simple et humble, habite une grande partie du film. «J’ai voulu montrer l’homme dans la montagne, mais pas comme conquérant», détaille quant à lui Lionel Charlet.

Le réalisateur sera présent ce jeudi pour une discussion sur la condition fragile de ces montagnards qui préservent encore un savoir-faire ancien. Il sera accompagné de Pierre-André Schütz, aumônier engagé auprès des agriculteurs en détresse dans le canton de Vaud, ainsi que d’Eric Collet, réalisateur de Children in the Cloud, consacré aux paysans de montagne éthiopiens. (24 heures)

Créé: 09.08.2017, 21h50

Articles en relation

Le Festival du film alpin se rapproche des pôles

Les Diablerets Le FIFAD a mis à l’honneur l’aventure scientifique avec des images et récits issus de l’expédition en Antarctique du Swiss Polar Institute. Plus...

La Patrouille des Glaciers loin des super-héros

Les Diablerets En ouverture du Festival du film alpin, Encordés casse les clichés de la mythique course de montagne avec des personnages tout en fragilité. Plus...

Le Festival du film alpin met la focale sur l’humain

Diablerets Le FIFAD dévoile son programme et les 35 films en compétition pour sa 48e édition, du 5 au 12 août prochains. Plus...

Les paysans de montagne au FIFAD

Projection et débat jeudi dès 13 h à la Maison des Congrès autour de trois films, dont Alta. Infos: www.fifad.ch

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Dès la mi-septembre, le parking «longue durée» de la place Bellerive, à Lausanne, prisé des familles, ainsi que le P+R d'Ouchy seront payants les dimanches. Plus de mille places sont concernées. Paru le 22 août.
(Image: Bénédicte) Plus...