La douloureuse fusion du tourisme de la Porte des Alpes

Alpes vaudoisesLe Canton somme l’association destinée à fédérer le tourisme autour de Villars et des Diablerets de régler ses différends avant fin juin 2019. Des subsides sont en jeu.

«Je sais bien que nous n’arriverons pas à l’unanimité entre tous, notre travail va consiste à trouver des majorités», avertit Sergei Aschwanden,  directeur de Porte des Alpes.

«Je sais bien que nous n’arriverons pas à l’unanimité entre tous, notre travail va consiste à trouver des majorités», avertit Sergei Aschwanden, directeur de Porte des Alpes. Image: CHANTAL DERVEY

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L’accouchement d’un Office de tourisme unifié autour de Villars, Gryon, Les Diablerets et Bex se révèle plus long que prévu et les complications survenues au cours du travail commencé en 2014 obligent le Canton à se munir de forceps.

En assemblée mercredi, l’association Porte des Alpes, née du rapprochement des Offices de tourisme locaux, a fait savoir à ses membres que l’heure n’était plus aux dissensions qui l’ont agitée tout au long de l’année dernière. Les départs en cascade, les règlements de comptes et les critiques à cet embryon d’organisation devront appartenir au passé d’ici l’été 2019.

Ce délai a été fixé en début d’année. Une «pression mise par le service de la promotion économique du Canton de Vaud (SPECO)», selon les dirigeants de Porte des Alpes. «Une procédure de suivi tout à fait normale», selon le département en question. Malgré leurs formulations contrastées, cadres de Porte des Alpes et fonctionnaires d’État assurent avoir accordé leurs violons en janvier. «Pour toutes les subventions accordées, nous faisons des points de situation, détaille Jean-Baptiste Leimgruber, adjoint au Service de l’économie. Nous avons constaté ensemble que les objectifs que les dirigeants de Porte des Alpes s’étaient eux-mêmes fixés n’avaient pas été atteints. Nous avons donc discuté d’un délai supplémentaire au 30 juin 2019.»

Réalité complexe
Les turbulences traversées par la destination sont-elles la cause ou la conséquence des difficultés qui retardent sa bonne marche? «Ces regroupements se déroulent partout dans le canton et c’est difficile partout, relativise Jean-Baptiste Leimgruber. La réalité du terrain est complexe et dans les territoires alpins, dont le revenu dépend largement du tourisme, les enjeux sont encore plus importants. Le changement climatique n’a pas le même impact à Lausanne qu’au glacier des Diablerets!»

«Vous ne pouvez pas demander à quelqu’un qui a fonctionné durant vingt, trente ou quarante ans dans le tourisme d’une certaine façon de tout changer en six mois, plaide pour sa part Sergei Aschwanden, directeur de Porte des Alpes. Quand le Canton a indiqué ce délai, les gens ont compris qu’il fallait passer à l’action. Un groupe de travail se penche spécifiquement là-dessus. Je comprends l’État: il a donné de l’argent pour rénover et développer nos infrastructures. Nous devons remplir notre part du contrat.»

Un remboursement?
Sinon? «Nous pourrions être amenés à devoir rembourser l’argent avancé pour monter l’association», avertit Sergei Aschwanden. «Nous avons simplement évoqué la loi sur les subventions cantonales, tempère Jean-Baptiste Leimgruber. Au cas où les objectifs ne seraient finalement pas atteints, cette issue est prévue. Mais nous n’avons pas l’intention d’en arriver là!» Sur les trois tranches de 150'000 francs de subsides, une part a été retenue sur le dernier montant. Une démarche décrite, là encore, comme ordinaire. La somme en question sera versée une fois les attentes réalisées (lire encadré).

À l’heure du pronostic, les deux parties s’accordent sur un langage commun: «Beaucoup d’étapes importantes ont déjà été franchies», salue Jean-Baptiste Leimgruber. Sergei Aschwanden: «La période difficile est passée. Nous allons y arriver, je suis confiant.» (24 heures)

Créé: 02.07.2018, 07h56

Articles en relation

Le «mariage forcé» avec Villars étrillé aux Ormonts

Alpes vaudoises Une commission du Conseil communal d’Ormont-Dessus critique la structure unifiée, mise en place en 2014. Plus...

Sergei Aschwanden confirmé à la tête du tourisme

Riviera Chabais Directeur ad interim, l’ex-judoka est nommé à la tête de l’Association touristique de la Porte des Alpes. Plus...

La valse à la tête du tourisme se poursuit

Alpes vaudoises Arrivée en janvier à la tête de l’axe Bex-Villars-Gryon-Les Diablerets, Fabienne Bruttin a donné sa démission. L’association dément l’existence d’un malaise Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 18 septembre 2018.
(Image: Bénédicte) Plus...