Doutes autour de la vente de l’ancien Audiorama

RivieraUn élu craint que le bâtiment dont la Commune de Montreux est en passe de se défaire ne soit déjà remis en vente. L’acquéreur dément.

Le bâtiment qui a accueilli l’Audiorama jusqu’à sa fermeture en 2009 sera vendu 800'000 francs à la société Palatin SA.

Le bâtiment qui a accueilli l’Audiorama jusqu’à sa fermeture en 2009 sera vendu 800'000 francs à la société Palatin SA. Image: Chantal Dervey - Archives

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le bâtiment communal que les conseillers communaux ont décidé de vendre en septembre dernier serait-il déjà en passe de changer de mains?

Lors de la dernière séance du Conseil communal, mi-décembre, Alexandre Staeger, l’un des hérauts de Montreux Libre, a rendu public ce qu’il considère être «une plaquette de vente du bâtiment abritant anciennement l’Audiorama». Le document que s’est procuré «24 heures» évoque l’éventuel potentiel de l’antique bâtiment communal, monument historique. Pour rappel, la Commune de Montreux va se dessaisir de ce bâtiment vétuste et délabré situé à Territet, qui a accueilli le Musée national suisse de l’audiovisuel jusqu’à sa fermeture en 2009 et le départ de sa collection pour Soleure. Les autorités ont déjà choisi l’acquéreur, décision validée par une large majorité du Conseil communal début septembre.

Le bâtiment de l’ex-Audiorama – qui abrite une perle, la salle Sissi, typique Belle Époque – sera en effet vendu à la société Palatin SA, avec siège à Pully. Montant de la transaction: 800'000 francs. Or, Alexandre Staeger, du comité de l’Association pour la protection des sites montreusiens, demande à la Municipalité si elle a eu vent de l’existence de cette fameuse «plaquette de vente»; mieux, si c’est elle qui a chargé Athena Immobilier Sàrl à Luins – laquelle a rédigé le document – de trouver un acquéreur pour sa propriété.

L’élu centriste interroge également l’Exécutif pour savoir si ce dernier serait au courant d’une quelconque intention de la société Palatin SA de vendre le bâtiment… avant de l’avoir acquis. S’ensuit toute une série de questions connexes à laquelle le municipal Pierre Rochat a répondu par la négative.

«Les choses avancent bien. L’acte de vente est en préparation. L’affaire sera conclue début 2020»

Ce qui est sûr, c’est que le bâtiment classé est toujours, renseignements pris, propriété de la Commune. Il ne sera pas acheté par l’État qui a renoncé à son droit de préemption sur tout autre acquéreur. «Les choses avancent néanmoins plutôt bien, confiait Pierre Rochat, juste avant Noël. Nous avons rediscuté très récemment avec Monsieur Thierry Boutin, administrateur de Palatin. L’acte de vente est en préparation. L’affaire sera conclue début 2020.»

À noter que la Commune se prémunira avec l’ajout au contrat d’un droit de réméré. Ce terme juridique signifie que le vendeur se réserve la possibilité unilatérale de récupérer le bien vendu si l’acquéreur venait à ne pas tenir ses engagements. De plus, la Ville sera au bénéfice d’une servitude assurant l’utilisation publique de la salle Sissi.

«Document confidentiel»

Quid alors de la désormais fameuse «plaquette de vente» que la Municipalité a découverte par l’entremise d’Alexandre Staeger? «Il ne s’agit pas d’une plaquette de vente à proprement parler mais d’un document privé, et même confidentiel, que Monsieur Boutin m’a demandé d’établir à l’intention de futurs partenaires actifs dans le domaine de la santé, et potentiellement intéressés par son projet», s’insurge Edyta Graf, de l’agence Athena Immobilier. Selon elle, ledit document «a été propagé par des tiers qui auraient souhaité acheter le bâtiment mais qui n’ont pas été choisis par la Municipalité».

Le dossier vante «un splendide immeuble sujet à toute sorte d’aménagement, alliant charme d’antan et infrastructure robuste», mais encore son emplacement. Et décline les possibilités d’accueil: «hôtel, restaurant, clinique, spa, boutiques, salles de soins, centres culturels, écoles, etc.» Thierry Boutin, qui insiste aussi sur le côté privé de la plaquette et qui fustige un combat politique, ne dément pas: «Nous avons en effet beaucoup d’ambition à rendre à ce bâtiment son lustre d’antan, mais aussi au quartier de Territet quelque peu désert. Nous ne cherchons aucunement à vendre, mais à trouver des locataires et opérateurs, également à créer de l’emploi.»

L’administrateur de Palatin indique que sa société, également intéressée par le rachat de l’Alcazar, propriété privée située très près de l’ex-Audiorama, est en contact avancé avec plusieurs partenaires suisses. Aussi avec le Canton dans le cadre de discussions autour de la réhabilitation de ce monument d’importance nationale, sachant que le bâtiment doit être conservé dans les règles de l’art, sans qu’aucune intervention de quelque nature que ce soit n’ait lieu sans validation préalable. «Ça avance aussi bien de ce côté-là», ajoute le président de Palatin, qui «ne souhaite pas articuler de chiffre quant aux travaux de réhabilitation. C’est largement prématuré.»

Créé: 01.01.2020, 09h46

Articles en relation

Le Grand Hôtel de Territet promis à une nouvelle Belle Époque

Riviera-Chablais Montreux veut vendre l’édifice qui a abrité l’Audiorama. Une société de Pully entend le réaffecter en hôtel ouvert aux événements publics. Plus...

L'acheteur de l'ancien Audiorama fait débat

Montreux Le Conseil communal a largement validé l’offre à 800’000 fr. du candidat retenu par la Municipalité. Sa condamnation pour délit d’initié en 2008 a toutefois alimenté les discussions. Plus...

Montreux veut vendre l’hôtel qui a abrité l’Audiorama et Sissi

Patrimoine La Ville ne peut pas mettre le bâtiment en location, sans de gros frais, vu son état. Elle lance un appel d’offres, avec une option d’usage de la Salle Sissi. Plus...

Un Montreusien rêve d’un Musée de l’hôtellerie

Territet Le Musée suisse de l’hôtellerie et du tourisme pourrait ouvrir en 2018 en lieu et place de l’Audiorama. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.