Une école «dans les nuages» des hauts plateaux d’Éthiopie

MontreuxÉric Collet est tombé sous le charme du village de Sona où l’éducation est si cruciale pour éviter un exode rural.

A Sona, sur les hauts plateaux du nord de l'Ethiopie, quelque 800 enfants pourraient bénéficier d'une école flambant neuve. La fondation Children in the Cloud y travaille.

A Sona, sur les hauts plateaux du nord de l'Ethiopie, quelque 800 enfants pourraient bénéficier d'une école flambant neuve. La fondation Children in the Cloud y travaille.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Éric Collet s’attendait à revenir enchanté de son trek de fin 2015 dans le massif du Simien. Il est rentré carrément bouleversé par le quotidien de ces cultivateurs de céréales des hauts plateaux du nord de l’Éthiopie. Le village de Sona, situé à 3500 m d’altitude et loin de la civilisation, a tout particulièrement fait vibrer sa corde sensible. «Ces 8000 habitants sont dispersés en plusieurs hameaux unis par une chose: l’école, explique le résident de Chailly-sur-Montreux. Nous avons discuté de plusieurs soutiens avec les autorités et les aînés ont tranché: le plus important, c’est de refaire ce bâtiment, si crucial pour transmettre leur savoir agricole et éviter un exode rural.»

C’est la raison d’être de la fondation Children in the Cloud (enfants dans les nuages), inscrite à Montreux en 2016 et lancée avec le cinéaste français Hervé Doulat, rencontré lors de son périple, ainsi que leurs épouses. Depuis deux mois, la structure tient son antenne dans la capitale, Addis-Abeba, après de longs tracas administratifs. «Nous pouvons désormais passer à la phase concrète», se réjouit cet ancien employé de Nestlé durant quarante ans et aujourd’hui à la retraite.

Le budget nécessaire est de 300'000 dollars (285'000 fr.). Les deux tiers sont acquis, dont une contribution de la fondation genevoise Gertrude Hirzel. «On parle de construire deux bâtiments pour 400 élèves, un autre pour l’administration, une librairie, un dispensaire et des sanitaires.» Du matériel scolaire avait été acheminé en 2016 déjà, «la moitié des élèves n’ayant pas de quoi écrire».

À noter qu’Hervé Doulat et Éric Collet ont réalisé le documentaire Les enfants du toit du monde, projeté au dernier Festival du film alpin des Diablerets. Il le sera à nouveau le 9 juin à 15 h à la galerie La Grange à Jouxtens (Jouxtens) dans le cadre d’une exposition de peintures et sculptures de Christine Collet, dont la moitié des bénéfices ira à la fondation.


Children in the Cloud, infos et dons: childreninthecloud.org. (24 heures)

Créé: 21.03.2018, 08h59

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

«Les agriculteurs sous pression et les vaches orphelines», paru le 26 mai 2018
(Image: Valott) Plus...