Les Effeuilleuses lèvent leurs jupes pour ne pas mourir de chaud

Fête des VigneronsLes figurants ont mieux supporté la forte chaleur que le public. Seuls 25 malaises bénins sont à déplorer.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’image serait incongrue en d’autres circonstances, mais aux grands maux les grands moyens: une Effeuilleuse, jupe retroussée, ventile son entrejambe avec un éventail sous l’arène de la Fête des Vignerons. C’est qu’il y en a des couches, sous cet habit qui rappelle vaguement celui d’une paysanne vaudoise: frous-frous non seulement sous la jupe, mais aussi sur une culotte affriolante aux dimensions d’un short de cycliste.

Le metteur en scène, Daniele Finzi Pasca, avait mis en garde le matin les figurants contre la canicule de ce mardi, dans une vidéo sur les réseaux sociaux: «À 8h30, il fait déjà une certaine chaleur sur scène. Donc le message d’aujourd’hui est surtout de bien s’hydrater. Nous sommes un peu préoccupés pour ceux qui feront leur entrée après midi. Il fait trop chaud, ne buvez pas trop (ndlr: d’alcool), d’accord? […] Faites attention aux enfants, aux personnes âgées, surtout dans les grands groupes où vous êtes nombreux. Soyez prêts à vous entraider.»

Daniele Finzi Pasca était le premier à passer de la parole aux actes. «Je l’ai vu aider dans l’arène», témoignent deux figurantes. Sur Facebook, le photographe Luca Carmagnola relate, photos à l’appui: «Quel homme incroyable […] je me suis rendu compte que non seulement il garde un œil sur son show, mais surtout regarde son public pour voir si tout va bien. Grâce à lui, on a pu s’occuper et évacuer quelques personnes âgées souffrant de la chaleur, il a couvert d’un tissu blanc certains handicapés du premier rang qui cuisaient littéralement, il a aidé une dame (voir la photo ci-dessous) désirant sortir de l’arène… Montrer autant d’empathie envers son public (et ses acteurs), chapeau bas Monsieur, bravo!!!»

Daniele Finzi Pasca, le metteur en scène du spectacle, est venu au secours d'Anny, 97 ans, en lui proposant d'aller se réfugier dans les coulisses. Image: FABIEN GRENON

Sur les 14'191 spectateurs de la représentation de 11h à 14h, l’organisation ne déplore «que 25 légers malaises bénins, dont la moitié de jeunes, rapporte Frédéric Hohl, directeur exécutif. Tout le monde nous a remerciés pour le dispositif: nous offrions de l’eau aux enfants et aux personnes âgées (ndlr: 1350 bouteilles distribuées gratuitement) et nous aspergions le public avec de petites et plus grosses vaporettes.» Un air de sulfatage de vigne.

Bain ou glace au chasselas

Les figurants n’étaient pas en reste. Martial, malgré ses 81 ans, ne se plaignait pas d’assurer la parade diurne (costumé et portant étendard lumineux) de 8h à 16h30 en plein cagnard: «Nous avons reçu de l’eau et des fruits. Nous avons mangé une glace au chasselas, dont le goût de vin n’est pas évident mais qui rafraîchit quand même! Et maintenant nous allons faire une pause massage. Tout ça nous maintient debout!» À son image, chacun trouve son truc: «Certains de mes camarades Cent pour Cent vont se baigner au lac après notre prestation avec les faux chevaux et reviennent tout ragaillardis pour le tableau de la Saint-Martin», raconte Franck, 47 ans. Marie-Claude, comme les autres choristes, doit rester sur scène presque quarante-cinq minutes d’affilée à la fin du spectacle. Tout sourire en agitant son éventail (le geste le plus courant ce mardi dans l’arène), elle constatait dans les loges: «Nous n’aurions pas tenu une heure de plus, mais nous avions pris nos précautions. Avant la dernière partie, nous avons mouillé nos pieds et le bas de nos robes dans les lavabos.» D’autres s’immergeaient dans la fontaine. Mercedes et son fils Alexandre, 6 ans et demi, s’asseyent un moment à l’air en sortant de scène, «parce que je sentais la chaleur sous mes pieds!» s’étonne l’enfant. «Comme dans un conte de Grimm, où les chaussures de la sorcière chauffent pour la faire danser», sourit sa maman. Qui poursuit: «Les régisseurs ont été super. D’habitude, ils nous laissent attendre en bas des escaliers. Là, ils faisaient monter les figurants âgés pour s’asseoir. Et on nous brumisait.»

Certains costumes sont évidemment plus à risque, comme les Cartes. Dedans, Tiphène s’est sentie «comme une papillote dans un four!» Elle fait partie des rares figurants à assumer un double rôle: «Le petit moment pénible est celui où il faut enlever le costume de Carte, dégoulinant, pour enfiler celui d’Effeuilleuse!»

Pour le final, alors que la chaleur de l’écran LED montait du sol comme d’un chauffage à air pulsé, Daniele Finzi Pasca a soufflé aux figurants dans l’oreillette: «Malgré la chaleur, vous avez été géniaux. Et maintenant, il faut partir vite de cette fournaise!»

Créé: 24.07.2019, 06h50

Articles en relation

«On a eu envie de se jeter au lac à Vevey!»

Vidéo Video Les spectateurs de la Fête des Vignerons ont eu chaud. Seuls 25 malaises bénins ont été recensés. Plus...

La canicule s’invite à Vevey, les brumisateurs aussi

Fête des Vignerons Des mesures sont prises à l’extérieur et à l’intérieur de l’arène veveysanne. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.