Un élu conteste la supervision de la Muni par le préfet

VeveyAlain Gonthier (Décroissance-Alternatives) interroge la légalité de la présence de l'émissaire de l'Etat aux séances de l'Exécutif.

En début de Conseil communal, le président Christophe Ming a demandé à la Municipalité recomposée de se serrer symboliquement la main en guise de nouveau départ. De g. à dr.: Elina Leimbgruber, Etienne Rivier, Michel Agnant et Jérôme Christen.

En début de Conseil communal, le président Christophe Ming a demandé à la Municipalité recomposée de se serrer symboliquement la main en guise de nouveau départ. De g. à dr.: Elina Leimbgruber, Etienne Rivier, Michel Agnant et Jérôme Christen. Image: Chantal Dervey

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'image du retour aux affaires de Michel Agnant et Jérôme Christen ce jeudi soir au Conseil communal aurait pu en rester à cette poignée de main symbolique et crispée de début de séance avec Elina Leimgruber, syndique Verte, et le PLR Etienne Rivier. La petite mise en scène orchestrée par le facétieux président Christophe Ming devait imager le nouveau départ de cette Municipalité recomposée après la réintégration des deux élus Vevey Libre. Pour rappel, ces derniers avaient été suspendus en décembre par le Conseil d'Etat - sur demande de la syndique et d'Etienne Rivier - au vu de l'enquête pénale dont ils faisaient l'objet pour violation de secret de fonction. Jusqu'à lundi et la décision de la Cour de droit administratif et public (CDAP) en faveur d'une réintégration immédiate.

Jeudi soir donc, il s'en est fallu de quelques minutes pour que l'on en reste là sur le sujet de la nouvelle et délicate cohabitation. Mais c'était sans compter sur une intervention en fin de soirée d'Alain Gonthier (Décroissance-Alternatives) pour rallumer la mèche. Dans le viseur de ce dernier, la présence du préfet à la séance organisée mercredi pour convenir de la répartition des dicastères au sein du quatuor. Une intervention, selon lui, «politiquement malvenue».

Le Conseil d'Etat ayant été désavoué par la décision de la CDAP, est-il bien légitime que son représentant soit appelé à superviser des séances de travail de l'Exécutif, a en substance demandé l'élu de la gauche de la gauche? Et plus encore: «Est-ce bien légal? A ma connaissance, non!» Et si tel n'était pas le cas, les décisions de ces séances pourraient-elles être invalidées, à commencer par la répartition des dicastères? Outre son intervention orale de jeudi, le Conseiller communal a interpellé par courrier la Municipalité et la préfecture sur la question, avec copie au Conseil d'Etat et Béatrice Métraux, ministre de tutelle dans ce dossier.

«La meilleure façon de repartir sur de bonnes bases»

Elina Leimgruber a rappelé que l'année 2019 avait été «chaotique» et que la présence du préfet lui avait semblé «la meilleure façon d'accueillir nos deux collègues pour poser un cadre et repartir sur de bonnes bases». Qui plus est, a-t-elle rappelé, le récent audit mené sur les rapports de travail difficiles au sein de l'administration communale suggère une supervision de l'Etat. «Je tiens à rappeler aussi que le préfet nous a tous assermentés et qu'en tant qu'autorité de surveillance il lui incombe une fois par an de superviser nos procès-verbaux.» Sur le plan légal, la syndique a encore invoqué l'article 20 de la Loi sur les préfets selon lequel il est dans leurs attributions d'offrir leurs bons offices.

«Seulement en cas de différend, a rétorqué Alain Gonthier en citant le même article. Or, selon un communiqué municipal, la séance de mercredi s'est déroulée en toute sérénité. Alors pourquoi la présence de la préfète est-elle annoncée pour la séance de Municipalité de la rentrée (ndlr, le 28 octobre)?» Et Elina Leimgruber, quelque peu agacée, de répliquer: «La séance de mercredi a été convoquée par le secrétaire municipal et le préfet a été invité sans qu'aucun membre autour de la table ne s'en soit offusqué, ni même lorsqu'il a été question que sa collègue revienne dans deux semaines».

Créé: 11.10.2019, 01h26

Articles en relation

Des retrouvailles en douceur sous supervision du préfet

Vevey La Municipalité recomposée a procédé à la redistribution des dicastères «dans un climat serein». La séance de lundi sera encore encadrée, puis seulement sur demande. Plus...

Le retour choc des deux exilés de la Muni de Vevey

Vevey Le Tribunal cantonal désavoue le Conseil d’État en annulant la suspension des deux élus de Vevey Libre avec effet immédiat. Plus...

Agnant et Christen renvoyés au tribunal

Vevey Le procureur classe une partie des griefs visant les deux municipaux, mais retient malgré tout la violation du secret de fonction. Plus...

Agnant et Christen font recours contre leur suspension prolongée

Affaire Girardin Le Conseil d’État ayant décidé de les maintenir à l’écart de leurs postes à Vevey, les deux municipaux saisissent le tribunal. Plus...

La suspension des deux municipaux sera certainement prolongée

Vevey Le procureur étant en vacances jusqu’à début juillet, on voit mal le Conseil d’État ne pas laisser le duo Agnant-Christen à l’écart de l’Exécutif. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.