Passer au contenu principal

L'emblématique Croix Blanche restera fermée

Stéphane et Sonia Tock quittent l'auberge qu'ils avaient reprise en 2016.

Aucune annonce n’indique que le restaurant de la Croix Blanche est à remettre.
Aucune annonce n’indique que le restaurant de la Croix Blanche est à remettre.
Chantal Dervey

Betty Boop a trouvé un nouveau foyer, moyennant 450 francs. Le joli jukebox aux couleurs acidulées a aussi trouvé preneur, pour 200 francs, tout comme les plaques vintage vantant les mérites d’une huile texane ou les vieilles Chevrolet. Des petits morceaux d’histoire dont Sonia et Stéphane Tock se sont départis ces dernières semaines sur les réseaux sociaux.

Début avril, le couple a décidé de quitter la Croix Blanche, emblématique restaurant aiglon qu’il avait repris en 2016. Stéphane Tock ne s’exprime pas sur les raisons de ce départ. «Mais la crise actuelle n’a pas aidé et nous a poussés à nous décider.» L’ancien cuisinier du Royal Plaza de Montreux et gérant du Relais de Vuargny entre Aigle et Le Sépey fait part d’une certaine tristesse. «Nous avons mis beaucoup d’énergie, beaucoup travaillé pour retrouver une clientèle. À notre arrivée, ce restaurant était fermé depuis six ans.»

Les gérants se sont adaptés au lieu pour y établir un restaurant contemporain, décrit Stéphane Tock. L’ancien bar à glace était devenu le coin des burgers, avec son décor évoquant les «diners» américains. Construit dans la seconde moitié du XVIIe siècle, le «logis de la Croix Blanche» était devenu auberge un siècle plus tard. Le bâtiment est aujourd’hui inscrit en note 3 à l’inventaire cantonal.

Sa propriétaire n’a pas pu être jointe pour s’exprimer sur le départ de ses locataires et sur un éventuel repreneur. La gérance aiglonne GerHome n’a pas donné suite à nos sollicitations pour connaître l’avenir de l’enseigne. Elle confirme toutefois qu’une procédure est en cours entre les deux parties. Sur son site, où trois appartements du même immeuble sont à louer, aucune annonce n’indique que le restaurant est à remettre.

Pour l’heure, les époux Tock n’ont aucun plan précis. «Il faut déjà que la situation générale se débloque. Mais on va essayer de rebondir dans la région.» Les deux Français y sont attachés, depuis leur arrivée il y a 20 ans. Stéphane Tock a d’ailleurs largement œuvré pour animer la vie du chef-lieu, organisant avec le comité de Move Event la traditionnelle fan zone lors des grandes compétitions de foot et en créant en 2018 une Oktoberfest aiglonne.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.