Passer au contenu principal

L'extrême-gauche donne de l’air à la bibliothèque

Le lieu culturel au succès croissant a obtenu un poste de plus pour 2019. Il étendra ses horaires d’ici l’été.

La bibliothèque est victime de son succès depuis quelques années. Le Conseil communal lui a octroyé un poste en plus au budget, ce qui lui permettra d'élargir bientôt ses horaires.
La bibliothèque est victime de son succès depuis quelques années. Le Conseil communal lui a octroyé un poste en plus au budget, ce qui lui permettra d'élargir bientôt ses horaires.

La Bibliothèque municipale de Vevey a le vent en poupe: 50'000 visiteurs annuels et 185'000 prêts enregistrés en 2018 dans les locaux du quai Perdonnet. «C’est le lieu culturel qui marche le mieux et nous enchaînons les records de fréquentation année après année», explique Yan Buchs, son directeur. Parmi les atouts de l’institution, il cite: un catalogue de publications enrichi, le Café Littéraire voisin ou encore l’Espace Pixel, dédié aux jeux vidéo, et qui boucle une première année de vie sur un bon score (lire l’encadré).

Depuis le 31 janvier, Yan Buchs a une autre raison de se réjouir. Le poste supplémentaire qu’il appelait de ses vœux a été inscrit au budget 2019 ultradéficitaire (7,5 millions) voté dans la douleur par le Conseil communal. Il permettra à la bibliothèque d’élargir ses horaires d’ici à l’été: de 10 h à 18 h du lundi au vendredi, de 10 h à 14 h le samedi. «Avec de telles affluences, ouvrir quatre heures par jour est devenu insuffisant et occasionne un surplus pour les collaborateurs qui les empêche de se consacrer complètement à leur travail de dialogue et de conseil. Le nouvel horaire n’a pas pour but d’attirer davantage de gens, mais d’améliorer le confort des usagers et du personnel.»

Un fidèle allié au Conseil

Ces nouvelles forces vives n’ont toutefois pas passé comme une lettre à la poste lors du dernier Conseil communal, loin s’en faut. Quarante-cinq minutes, c’est le temps de discussion qui a été dédié à ce seul sujet, soit le tiers du débat total sur le budget! Le lieu culturel veveysan a en effet cristallisé les tensions entre la droite – désireuse de geler tout nouveau poste et appelant à tailler dans certaines prestations – et une alliance de circonstance composée de la gauche et de Vevey Libre. Cette dernière a obtenu trois postes malgré les «pas maintenant!» répétés de l’UDC et du PLR: un pour booster le Service des finances, un à l’Énergie pour réduire la consommation de la Ville et un, donc, à la bibliothèque.

Dans ce contexte de prévisions moroses, cette dernière a joué les invités surprise, et ce grâce à un allié de circonstance: Décroissance-Alternatives (DA). C’est déjà le parti d’extrême gauche qui avait poussé (et obtenu) il y a deux ans un crédit supplémentaire de 20 000 fr. pour le renouvellement du catalogue de livres. C’est encore lui qui a fait pencher la balance en fixant ses conditions: «La bibliothèque figure au rang de nos priorités et nous avions clairement mis ce poste, que nous réclamons depuis quatre ans, dans le ballant au moment d’apporter notre soutien à l’alliance en faveur du budget, confirme le conseiller communal Éric Studer. Au vu du succès de la bibliothèque, et dans notre vision d’un service public de base, ce poste est nécessaire.»

Parmi les autres partisans de la bibliothèque, Stéphane Molliat (Vevey Libre) a sorti le budget 2018 et sa calculette. «Le Musée Jenisch, avec 12'000 entrées, touche une participation communale de 150 fr. par usager. Le Musée de l’appareil photographique, 7855 entrées, 130 fr. par visiteur. La bibliothèque, 45'000 usagers, 19 francs! Il faut voir où est la demande et où est le besoin. Ce poste supplémentaire n’est pas une exagération.»

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.