Sans sa Ferblanterie, Images doit être relogé

VeveyLe Festival doit quitter ses bureaux au plus tard en mai. Stoppé, le projet dans les locaux de Nestlé était pourtant applaudi de toutes parts.

Les 800 m2 de la Ferblanterie ont été utilisés par le Festival Images en 2016 (comme ci-dessus la partie en sous-sol), puis pour deux expositions temporaires.

Les 800 m2 de la Ferblanterie ont été utilisés par le Festival Images en 2016 (comme ci-dessus la partie en sous-sol), puis pour deux expositions temporaires. Image: DELPHINE SCHACHER

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Ce lieu est dingue!» Les sourires ornaient tous les visages, au vernissage de l’expo de Christian Lutz, «Insert Coins», fin 2016. En sous-sol, sur 400 m2, ses photos rétroéclairées sur l’envers de Vegas étaient suspendues parmi des pylônes en béton rappelant une friche industrielle. L’impression d’être dans une portion du Palais de Tokyo, à Paris.

Sauf que cette scène ne s’est pas déroulée dans ce grand Centre d’art contemporain, mais à Vevey, à la Ferblanterie. Ces 800 m2 – derrière la gare à côté du nest – font couler beaucoup d’encre, parce que Nestlé vient d’y stopper un projet développé avec la Fondation Images. La Ferblanterie aurait été importante pour Vevey et pour le rayonnement du canton. Elle aurait abrité l’équipe d’Images, bientôt sans locaux.

«Un mini-MoMA»

«Je refuse d’entendre que le projet est mort. Pour moi, il est seulement en stand-by.» Directeur de Montreux-Vevey Tourisme, Christoph Sturny fait partie des initiés au courant du concept développé pour la Ferblanterie. Il ne tarit pas d’éloges: «Cela aurait pu être un mini-MoMA, une adresse appelée à devenir européenne. Un projet d’une telle qualité était l’opportunité, avec O majuscule.»

L’intérêt de Christoph Sturny est d’autant plus grand que les milieux touristiques de la Riviera réclament de façon réitérée un lieu où faire vivre le Festival Images à l’année, un endroit moins confidentiel que les actuels 70 m2 à la gare. «Avec la Ferblanterie, le label «Vevey ville d’images» aurait pu s’incarner 365 jours par an et être, pour Vevey, ce que le Montreux Jazz Café représente pour le festival montreusien.»

La Ferblanterie aurait aussi symbolisé le virage postindustriel de la ville: «Ce lieu est l’un des derniers vestiges de l’ère industrielle veveysanne. Depuis la crise des années 90, Vevey est devenue ville de culture, en adéquation avec son label. Aménager une ancienne fabrique Nestlé en espace d’exposition pour Images a donc une véritable légitimité historique et symbolique», analyse Marie Neumann, déléguée à la Culture.

Interactions Vevey-Lausanne

La Ferblanterie aurait été un élément-clé d’un «pôle d’exposition» auquel beaucoup rêvent à Vevey, directement lié au pôle muséal en construction à Lausanne, Plateforme 10. «Les visiteurs auraient pu facilement circuler d’une gare à l’autre, favorisant ainsi la découverte de la Ferblanterie et du nest, mais aussi, à deux pas, du Musée Jenisch, du Cabinet cantonal des estampes et du Musée suisse de l’appareil photo», constate Marie Neumann.

«Le Festival Images est un acteur culturel important pour le Canton, raison pour laquelle nous nous sommes engagés à soutenir – aux côtés de la Ville – la Fondation Images sur quatre ans, affirme Nicole Minder, cheffe du Service culturel du Canton. Son rayonnement plus que régional contribue, aux côtés de l’Élysée, à positionner la région lémanique comme pôle photographique romand, pendant de Winterthour outre-Sarine.» Nicole Minder ne met pas la charrue avant les bœufs: «Des partenariats existent déjà entre les musées qui prendront place à Plateforme 10 et d’autres institutions. Ces liens vont continuer à se développer. Mais notre priorité cantonale est d’abord de construire l’écrin pour accueillir les collections. Les questions des collaborations se poseront en temps opportun.»

Le nest aussi gagnant

Grâce à la Ferblanterie, le nouveau quartier derrière la gare aurait pu s’animer. «Images possède une renommée indiscutable, nationale et même internationale, alors que la notoriété du nest reste encore confidentielle, constate Michel Agnant, municipal de la Culture. Plutôt que de stopper le projet de la Ferblanterie, Nestlé aurait pu profiter d’amener davantage de monde au nest, une synergie qui aurait été bénéfique aux deux entités.»

Avenir d’Images en danger?

À l’étroit dans son espace d’expo et de bureaux, la Fondation Images doit les quitter au plus tard en mai, rénovation de la gare CFF oblige. À la rue à trois mois du festival, comment l’équipe montera-t-elle la prochaine édition? «Nous allons les reloger en urgence, promet Michel Agnant. L’arrêt du projet Ferblanterie bouleverse la perspective, mais ne remet pas en question la pérennité d’Images.» Les CFF pourraient les reloger à l’été 2019.

La programmation d’Images 2018 sera-t-elle moins intéressante? «Malgré le temps passé sur le projet Ferblanterie et les annulations que nous avons dû opérer, nous allons proposer un menu savoureux et extravagant, promet Stefano Stoll, directeur d’Images. Nous gardons espoir que la Ferblanterie puisse voir le jour dans de bonnes conditions, en collaboration avec Nestlé.»

Créé: 13.02.2018, 21h30

Avenir incertain du lieu

En 2013 était annoncé que Le Cadratin et le Théâtre des Trois-Quarts s’installeraient à La Ferblanterie. Avorté, faute de fonds.
En août 2016, Nestlé rachetait ce lieu où la société avait fabriqué (de 1888 à 1948) des boîtes métalliques pour sa farine lactée. Dès le mois suivant, Images y installait une expo. Les sourires étaient alors de rigueur: pour la première fois, Images avait utilisé la façade du siège mondial de Nestlé et le directeur général d’alors, Paul Bulcke, discourait pour le vernissage du festival.
Fruits de mois de travail, les plans pour La Ferblanterie ont été déposés en novembre, le désamiantage est terminé, mais Nestlé a annoncé début janvier n’être «pas en mesure, en ce moment, de poursuivre le projet». Quand alors? «Nous nous laissons le temps de réfléchir à la future affectation», répond Nestlé.

Articles en relation

Nestlé réduit son soutien à la culture veveysanne

Art La multinationale renonce à un projet avec le Festival Images et rabote son soutien au Musée Jenisch. Le fait que la Ville bloque ses projets immobiliers n’y serait pas pour rien. Plus...

Christian Lutz en plein Las Vegas parano

Interview Le photographe présente la face cachée de «la ville du péché» dans un nouveau lieu d’Images à Vevey. Plus...

Un nouveau pôle culturel ouvrira à Vevey en 2016

Rénovation Institutions veveysannes, le Cadratin et le Théâtre des Trois-Quarts s’installeront dans l’ancienne ferblanterie Nestlé. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 21 septembre 2018.
(Image: Valott) Plus...