Des feux jugés dangereux sur le chemin de l’école

VeveyBien que légaux, des feux verts en simultané pour les piétons et les voitures constituent une menace, selon des parents.

Un agent est venu à la rencontre des manifestants ce vendredi. La Ville promet en outre une séance de discussion «prochainement».

Un agent est venu à la rencontre des manifestants ce vendredi. La Ville promet en outre une séance de discussion «prochainement». Image: VANESSA CARDOSO

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Pour des feux sans ambiguïté». «Rouge pour moi quand c’est vert pour toi». Munis de pancartes et de flyers, une poignée de parents ont fait abstraction de la pluie et du froid vendredi vers 8 heures, pour faire part de leur crainte sur l’axe rue du Clos - rue de Chenevières, à Vevey. Tous ont en commun un enfant ayant vécu la même mésaventure: une voiture lui a coupé la priorité ou a dû freiner en urgence sur un passage piéton.

Pour eux, la cause est identifiée: le feu est vert conjointement pour les voitures qui tournent à droite (plus un feu orange clignotant) et pour les piétons, parmi lesquels de nombreux enfants fréquentant une des écoles du quartier. Trois carrefours sont dans le viseur: devant le collège du Clos, celui du Panorama et celui de l’avenue de la Prairie. «Cela fait des années qu’on se plaint, ajoute Gabriela Kämpf. Nous avons mis en place un Pedibus et on s’organise entre mamans.»

Pétition et interpellation

Chez les Moura, Perrine est rentrée en pleurs le 19 septembre après s’être retrouvée face à un automobiliste qui ne s’est pas arrêté et qui a manqué de la faucher. La goutte de trop pour ses parents, qui lancent une pétition en faveur de mesures immédiates. Ils récoltent 200 signatures en dix jours, qu’ils font parvenir aux autorités (280 aujourd’hui). «D’une part, les feux ne sont pas assez longs pour permettre de traverser sereinement. Mais surtout il faut réserver le vert aux piétons!» lance Sevilay, la maman.

L’initiative des Moura n’est pas isolée. Delphine, une autre mère, a lancé le mouvement en mai. Sa lettre aux autorités avait permis de réunir des parents le 17 juin pour une rencontre avec un représentant de l’Association Sécurité Riviera (ASR). «Ce double feu vert, c’est une tromperie et c’est dangereux, lance-t-elle. Désormais, j’accompagne mon fils.»

Dans une lettre du 19 juillet, la Municipalité se dit en faveur d’une rallonge sur le temps de traversée et de la mise en place «d’une présence accrue d’agents de police pendant la période scolaire». C’est niet, en revanche, au sujet du retrait du double feu vert, totalement légal et gage d’une meilleure fluidité du trafic, selon l’Exécutif. De son côté, ASR «a déjà mis en place des mesures de nature à améliorer la perception de la situation par les usagers», assure un porte-parole, notamment des potelets, posés fin octobre, pour empêcher les voitures de trop tailler dans certains virages.

Le débat est arrivé jusqu’au Conseil communal le 10 octobre. Yvan Luccarini (Décroissance-Alternatives) y a développé une interpellation soutenue par le PS, les Verts, le PDC et le PLR. Le texte invite la Municipalité à «mettre en œuvre sans délai des mesures de sécurité». Selon la syndique Élina Leimgruber, des pistes sont à l’étude, mais cela demande du temps. Des patrouilleurs scolaires? À voir avec les écoles. Des Pedibus? Du ressort des parents. Réserver le vert aux piétons? Pourquoi pas «à certains endroits stratégiques». Quant à la proposition d’une mention «École» sur le sol, la Direction générale de la mobilité et des routes s’y est opposée pour éviter un trop grand foisonnement d’indications. Étienne Rivier, municipal de la Sécurité, ajoute: «En dehors des horaires scolaires, le trajet des enfants est sous la responsabilité des parents.» Un argument que Marc Moura considère «un peu facile».

Séance de discussion

L’annonce, mercredi, de la tenue de la manifestation semble avoir produit son effet. Acte I, Marc Moura a reçu jeudi un courrier du greffe: «Nous vous informons que vous allez prochainement être conviés à une séance d’information durant laquelle les différents services concernés présenteront les mesures mises en place.» Acte II, un agent de police est venu à la rencontre des parents vendredi. Opération séduction? «L’important, c’est que les choses aillent de l’avant», analyse Yvan Luccarini, venu soutenir l’action.

Créé: 08.11.2019, 18h42

Articles en relation

Ecole gratuite? La notion diffère selon les établissements

Lausanne Des parents lausannois, dont Benoît Gaillard, demandent davantage de clarté quant aux sorties scolaires. Plus...

La douche à l'école? En slip - ou pas du tout

FEMINA Effarés, des parents découvrent une nouvelle tendance: leur enfant garde sa culotte pour se laver après la gym. Ou fait une croix sur l'hygiène dans les cours collectifs. Plus...

La police omniprésente sur le chemin de l’école

Nyon Police Nyon Région invite les parents à laisser la voiture à la maison. L’objectif est de garantir la sécurité des collèges. Plus...

L’école coûte moins cher, à la surprise des parents

Rentrée scolaire La plupart des parents n’ont appris que lundi, avec bonheur, qu’ils n’auront plus à payer les fournitures de leurs enfants. Car l’État a validé la bonne nouvelle sur le tard, cet été. Plus...

Les grandes manœuvres d’Amarelle pour une école vaudoise «égalitaire»

Rentrée scolaire La ministre prône l’égalité des chances à l’école à travers sa politique. Mais aura-t-elle les moyens de ses ambitions? Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.