Passer au contenu principal

Un flou juridique dissuade les élus de couper les vivres à Girardin

Prudence ou frilosité? Le Conseil communal n’a pas jugé urgent de trancher la question de la suspension du salaire de l’élu.

Lionel Girardin continuera de recevoir son salaire de Municipal (8800 fr. pour un 60%), en partie payé par la Ville de Vevey. Le Conseil communal a jugé qu'il n'avait pas les éléments suffisants pour décider de suspendre cette rémunération à ce stade.
Lionel Girardin continuera de recevoir son salaire de Municipal (8800 fr. pour un 60%), en partie payé par la Ville de Vevey. Le Conseil communal a jugé qu'il n'avait pas les éléments suffisants pour décider de suspendre cette rémunération à ce stade.
LAURENT CROTTET

La saga sur la rémunération du municipal veveysan Lionel Girardin, en arrêt maladie et suspendu depuis juin puisque sous le coup d’une enquête pénale, a pris des allures de casse-tête ces derniers jours, jusqu’à ce jeudi lors du Conseil communal. Il y a d’abord eu un préavis municipal dans lequel l’Exécutif préconise de geler la rémunération de l’élu. Le préavis est retiré en cours de semaine pour cause de rapports de commission tardifs – provoquant le courroux des partis Décroissance-Alternatives et Vevey Libre – puis remis à l’ordre du jour à la dernière minute. Ce n’est pas tout: l’e-mail d’information sur le sujet n’a pas été envoyé mercredi à tous les élus – dont le nouveau président du Conseil, Martino Rizzello. La faute à un système informatique déficient ce jour-là, a expliqué la syndique Elina Leimgruber, faisant froncer quelques sourcils.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.