Passer au contenu principal

Les forestiers pansent les plaies de l’orage

Le 18 août, dix minutes de vents à 130 km/h ont suffi à causer de lourds dégâts dans la région de Noville. Il faudra des mois pour remettre le secteur en état.

La tempête qui s'est abattue sur le Chablais le 18 août 2017 a occasionné de gros dégâts. Le garde forestier Pierre-Antoine Coquoz supervise les travaux de bûcheronnage.
La tempête qui s'est abattue sur le Chablais le 18 août 2017 a occasionné de gros dégâts. Le garde forestier Pierre-Antoine Coquoz supervise les travaux de bûcheronnage.
Florian Cella
La tempête qui s'est abattue sur le Chablais le 18 août 2017 a occasionné de gros dégâts. Le garde forestier Pierre-Antoine Coquoz supervise les travaux de bûcheronnage.
La tempête qui s'est abattue sur le Chablais le 18 août 2017 a occasionné de gros dégâts. Le garde forestier Pierre-Antoine Coquoz supervise les travaux de bûcheronnage.
Florian Cella
La tempête qui s'est abattue sur le Chablais le 18 août 2017 a occasionné de gros dégâts. Le garde forestier Pierre-Antoine Coquoz supervise les travaux de bûcheronnage.
La tempête qui s'est abattue sur le Chablais le 18 août 2017 a occasionné de gros dégâts. Le garde forestier Pierre-Antoine Coquoz supervise les travaux de bûcheronnage.
Florian Cella
1 / 14

Des arbres déracinés, alignés par dizaines au pied de la digue du Rhône. Plus loin en forêt, des peupliers brisés à mi-hauteur comme de simples fétus de paille. Les vents violents qui ont soufflé sur le Chablais en fin de journée, le vendredi 18 août, ont laissé une impressionnante cicatrice dans les forêts situées entre Noville et Chessel. Depuis l’ouragan du 18 juillet 2005 et ses vents à 160 km/h, Pierre-Antoine Coquoz n’avait rien vu de tel. «La tempête a duré une dizaine de minutes, mais des rafales à 130 km/h ont été enregistrées», décrit le garde forestier en charge de la basse plaine du Rhône, au sein du groupement forestier des Agittes.

Dans des forêts composées à 80% de peupliers âgés et affaiblis, les dégâts ont été nombreux. Au total, les bûcherons forestiers estiment que 1000 m3 de bois ont été abattus durant ces 10 minutes. «En 2005, le volume atteignait 15 000 m3», précise Pierre-Antoine Coquoz. Un événement sans commune mesure, donc, mais qui pose des problèmes de sécurité.

En levant le nez, on peut apercevoir des troncs appuyés de manière précaire contre d’autres arbres, des branches brisées en équilibre instable. Depuis le 19 août, le groupement forestier s’emploie à remettre le secteur en état. Face à l’ampleur de la tâche, il a même fallu faire appel à des entreprises privées. «La première phase a consisté à dégager les routes, le port du Vieux Rhône, puis à nettoyer les lisières des forêts, là où les arbres sont tombés sur des parcelles agricoles.»

Prudence en forêt

Aux abords du golf de Chessel, un tas de bois de plusieurs mètres de haut témoigne du volume que l’équipe a déblayé du parcours. Plus loin, plusieurs sentiers équestres sont encore encombrés… Mais du crottin atteste du passage récent d’un cavalier. «On voit que les gens reviennent rapidement se balader en forêt. Mais le danger y est encore réel», avertit le garde forestier. Les travaux dureront vraisemblablement jusqu’à la fin de l’hiver. «Les dégâts sont vastes et les budgets pas extensibles», observe Pierre-Antoine Coquoz.

Le bois extrait sera, pour la majeure partie, transformé en plaquettes qui serviront à alimenter le chauffage à distance du Haut-Lac à Villeneuve. Mais une part des troncs restera sur place. «Il serait trop coûteux de les extraire.» L’avantage est aussi écologique: «De tels événements créent des milieux pionniers. Dans certaines conditions, les racines pleines de limon des peupliers déracinés pourront par exemple intéresser le martin-pêcheur qui trouvera à y nicher.» A la nature de faire son œuvre: «On ne replantera pas des arbres pour réparer les dégâts. Au contraire, il est plus intéressant de laisser les choses suivre leur cours et permettre aux espèces typiques de ces forêts alluviales – le chêne pédonculé, l’aulne ou le saule – de reprendre naturellement le dessus.»

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.