Passer au contenu principal

«Avant de les fusiller, les nazis ont mis du temps»

De son balcon au bord du Léman, à Clarens, lorsqu’il voit Saint-Gingolph en face, Pierre Habersaat (96 ans) ne parvient pas à oublier les tragiques événements du 23 juillet 1944.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.