GastroVaud attaque la Municipalité de Vevey sur les WC

RivieraL’organisme enjoint ses membres veveysans à ne pas accepter d’ouvrir leurs toilettes au public.

Vevey a décidé de fermer plus du tiers de ses WC insalubres, ce qui fâche GastroVaud car la Ville envisage de faire appel aux restaurateurs pour proposer un concept de «toilettes accueillantes»: en échange d'une contrepartie (de 150 fr. à Renens), les établissements publics posent un macaron, signe qu'ils acceptent que des personnes utilisent leurs toilettes sans forcément consommer sur place.

Vevey a décidé de fermer plus du tiers de ses WC insalubres, ce qui fâche GastroVaud car la Ville envisage de faire appel aux restaurateurs pour proposer un concept de «toilettes accueillantes»: en échange d'une contrepartie (de 150 fr. à Renens), les établissements publics posent un macaron, signe qu'ils acceptent que des personnes utilisent leurs toilettes sans forcément consommer sur place. Image: Chantal Dervey

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«La vessie enchasselassée des visiteurs n’aura-t-elle pour seul salut que des restaurants transformés en pissotières, pour cause d’avarice municipale?» Cette phrase donne le ton d’un courrier envoyé le mois dernier par GastroVaud à la Municipalité de Vevey. Raison du courroux de l’Association vaudoise des cafetiers, restaurateurs et hôteliers: la décision veveysanne de fermer plus du tiers des WC publics de la Ville, et ce à moins d’un an de la prochaine Fête des Vignerons, couplée à la mise en place d’un système de macarons. Ces derniers pourraient signaler les établissements publics qui acceptent que des personnes utilisent leurs toilettes sans forcément consommer sur place. Un modèle déjà en vigueur à Renens.

Cet aspect fâche GastroVaud, qui y voit «la pure et simple privatisation d’une tâche publique et le report des charges financières et des basses besognes sur les restaurateurs».

Le courrier – signé de Gilles Meystre, président de GastroVaud, et de Rui Pereira, président de la section Riviera – n’hésite pas à user d’ironie grinçante: «La branche ne peut accepter que les autorités se déchargent exclusivement sur les cafés-restaurants, alors que de nombreuses autres infrastructures ouvertes au public pourraient théoriquement se révéler elles aussi «accueillantes»: Hôtel de Ville, administration publique, grandes surfaces, etc.»

Indemnité

«Et pourquoi l’administration ne montrerait pas l’exemple?» raille encore Gilles Meystre. Pour qui Renens et Vevey ne peuvent en aucun cas être comparées: «À Renens, le restaurateur est indemnisé à hauteur de 150 fr. par an, soit 42 centimes par jour. Peut-être que certains estiment que ça ne coûte rien d’ouvrir ses toilettes et que ça rapporte cette somme, mais c’est un faux calcul, car le salaire minimum d’une personne effectuant les nettoyages est de près de 20 fr. de l’heure. Même en admettant que cela n’engendrerait pas beaucoup de saleté supplémentaire à Renens, imaginez, à Vevey, les nuisances que cela apportera avec les centaines de milliers de visiteurs de la Fête des Vignerons! C’est mesquin de la part de la Municipalité, autant que de faire payer à la Confrérie les amendes qu’ils ne pourront encaisser durant la manifestation.» De ce fait, GastroVaud a également écrit à ses 53 membres veveysans pour les inviter à ne pas entrer en matière.

«Bilan positif»

À Renens, 32 établissements avaient démarré l’aventure de ces toilettes accueillantes en automne 2016. Ils ne sont plus que 25. Le signe que le concept ne convainc pas? «Au contraire, nous avons fait un bilan positif il y a quelques mois, où tout le monde est très satisfait, répond la municipale en charge, Patricia Zurcher. Je n’ai pas entendu de déçus: cela leur fait de la pub, car des clients découvrent un établissement sympa dans lequel ils vont peut-être revenir.» «Sur les 8 qui ont arrêté, seuls 2 n’étaient plus intéressés. Tous les 6 autres ont changé de propriétaire ou fermé», précise Alain Peneveyre, chef du Service de la gestion urbaine et du développement durable.

Sur les trois établissements renanais interrogés par «24 heures», tous se disent satisfaits. «Les clients demandent gentiment d’utiliser les toilettes et nous n’avons constaté ni salissures supplémentaires ni abus», constate-t-on du côté du Sky. Adélaïde, responsable de deux établissements, nuance: «À la rue de l’Avenir, nous avons été d’accord de participer aux toilettes accueillantes. Mais pas à la place du Marché: là nous avons déjà dû refuser l’entrée aux clients des galeries commerciales. Il n’y avait plus de papier, c’était sale et nos clients devaient attendre car les WC étaient toujours occupés.» Pour pallier ces soucis, GastroVaud propose d’instaurer des lieux de commodités payants, sur le modèle de ce qui se fait à Zurich. «Nous ne sommes pas entrés en matière sur cette idée», répond Jérôme Christen, municipal veveysan des Espaces publics.

WC rouvert?

L’élu trouve «légitime» que GastroVaud se préoccupe, mais «trouve dommage qu’ils réagissent avant de savoir: nous sommes en phase exploratoire. Les 150 fr. de Renens ne seront pas forcément ce que nous proposerons. Ce n’est pas une privatisation mais une négociation, dans une optique gagnant-gagnant: les restaurateurs seront libres d’accepter ou de refuser.»

Jérôme Christen annonce par ailleurs qu’un des WC publics fermé pourrait rouvrir: «Nous tenons compte de la Fête des Vignerons car nous allons rénover des toilettes d’ici-là et celles que nous avons supprimées sont excentrées. Sauf une, en face de la tour Saint-Jean, que nous envisageons de remettre en service.»

Créé: 09.10.2018, 09h10

Articles en relation

Vevey tire la chasse sur plus d’un tiers de ses WC publics

Sanitaire Un an avant la Fête des Vignerons, la Ville préfère fermer des lieux d’aisances insalubres. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.