Gonflé de rencontres, le Festival de ballons plane depuis 40 ans

Château-d’ŒxEn 1979, quelques amis faisaient de la station la capitale du ballon à air chaud. Récit de cette formidable aventure.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

À l’image d’un vol en montgolfière, le Festival international de ballons sait d’où il est parti mais ignore encore où il atterrira. Au lieu de brûler son gaz et de lâcher du lest, la manifestation, qui vit dès samedi et jusqu’au 4 février sa 40e édition, s’enrichit en chemin de rencontres et d’anecdotes qui suffiraient à remplir de nombreux tomes.

Alors moniteur de ski aux États-Unis, Charles-André Ramseier découvre ces étranges engins à Albuquerque, en plein désert du Nouveau-Mexique, en 1976. À l’époque, les vols alpins sont rares dans la petite sphère de l’aérostation. «Je me suis dit qu’il fallait qu’on tente ça à Château-d’Œx», raconte le syndic, qui était alors directeur de l’Office du tourisme de la station. Cette dernière a déjà le nez tourné vers le ciel: «Depuis 1976, nous organisions la Coupe d’Europe alpine de parachutisme.»

Les vaches sont inquiètes

Une rencontre improbable va transformer cette envie en réalité. En 1978, l’aérostier allemand Hans Büker se trouve provisoirement bloqué en Gruyère, lors d’un voyage qui le mène d’Espagne en Allemagne. Il se présente à l’Office du tourisme de Château-d’Œx; Charles-André Ramseier le reçoit. Le courant passe, les idées fusent. L’Allemand effectue des vols tests avant d’emmener les premiers passagers dans le ciel damounais, à bord de sa nacelle.

En quatre mois, l’idée d’un festival de ballons est semée et germe, grâce à une petite bande de copains, dont bon nombre obtiendront leur licence de pilote cette année-là. En février 1979, douze équipages venus de cinq pays décollent de la station vaudoise. La presse réagit, notamment le Daily Mail (1,7 million d’exemplaires) qui consacre sa une à l’événement. Le bétail aussi. «Des agriculteurs m’ont raconté que le bruit des brûleurs était nouveau à l’époque et faisait réagir les vaches, comme le train à son arrivée en 1904», sourit Charles-André Ramseier.

Médecin à Rossinière, Marc Wahli découvre également avec surprise ces merveilleux fous volants. «J’étais au lit quand j’ai entendu un chambard pas possible. Quand j’ai ouvert ma fenêtre, je suis tombé nez à nez avec un pilote qui essayait d’extirper son ballon des branches d’un arbre.» L’aérostier en question est un Italien, Piero Poratti, «un monsieur avec beaucoup de prestance, dans sa combinaison toute blanche, se souvient Jean-François Mollien, un des pionniers de l’aérostatique en Suisse. La première année, il a réussi l’exploit de poser son ballon sur le plus gros tas de fumier de Rossinière!»

Fanfare en perdition

En quelques éditions, la manifestation prend de la hauteur. Les rencontres se multiplient. Les idées également. Les organisateurs font voler la Fanfare de Rossinière. L’aventure se termine par un atterrissage acrobatique. «Les musiciens ont décollé et se sont posés en jouant!» s’amuse Marc Wahli.

Le Night Glow naît en 1991, sous l’impulsion de Laurent Exchaquet, un des fondateurs du festival. L’homme, qui met en scène ce spectacle son et lumière pour la dernière fois cette année, voit grand: pour donner vie à ses tableaux nocturnes, il les dessine sur la colline où sont installées les nacelles durant le spectacle. De vastes fresques annuelles de 250 m par 250. Au fil des ans, les acteurs se font toujours plus nombreux – parachutistes, parapentistes, dirigeables, moniteurs de ski… «Avec toujours la difficulté de coordonner tout ce monde. Mais on a vécu des moments magiques!» se remémore le «chef d’orchestre» du Nigh­t Glow.

«La 9e édition du festival reste la plus réussie», selon Charles-André Ramseier, avec 110 ballons au décollage et neuf jours de beau sur neuf: «Les contrôleurs aériens ne savaient plus où donner de la tête. On nous a demandé de réduire la voilure et de limiter à 80 ballons.» L’édition suivante sera la plus catastrophique: un jour et deux heures de vol.

Parfois ballotté par la météo, le festival maintient le cap. La pluie donne même des idées aux organisateurs: après une édition battue par la pluie, Marc Wahli crée une exposition – à l’abri – qui deviendra une attraction annuelle, puis la journée des enfants et toute une foule d’activités en marge de l’événement.

Avec des records de fréquentation à 50 000 visiteurs, la manifestation fait désormais partie des rendez-vous incontournables en terre vaudoise. Et dans le monde entier: grands bourlingueurs, les quatre amis ont eu l’occasion de voler dans de nombreux pays. «Partout où je me rends, le nom de Château-d’Œx est associé à celui de l’aérostatique», confirme Charles-André Ramseier. «Le festival de Château-d’Œx est le plus grand rendez-vous en montagne du genre. Tous les pilotes rêvent d’y voler un jour», ajoute fièrement Marc Wahli. (24 heures)

Créé: 27.01.2018, 08h41

Informations

40e Festival international de ballons,
du 27 janvier au 4 février.

www.chateau-doex.ch

Articles en relation

La gadoue complique la vie du festival des ballons

Château-d’Œx Les champs dévolus au stationnement lors de la manifestation de ballons sont détrempés. Les organisateurs planchent sur un plan B. Plus...

Affluence record au Festival des Ballons de Château-d'Œx

Château-d'Oex La 39e édition de la manifestation s’est achevée dimanche. Elle a accueilli plus de 37'000 personnes en neuf jours. Plus...

Le Night Glow a fait son retour à Château-d’Œx

Evénement Après quatre ans d'éclipse, le spectacle son et lumière du Festival international de ballons a brillé de mille feux vendredi soir. Plus...

Paid Post

Le casual dating est-il fait pour vous?
L’idée d’une rencontre purement sexuelle sans aucun engagement peut paraître séduisante, mais une petite mise au point s’impose.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 14 novembre 2018
(Image: Bénédicte) Plus...