Le goût des belles choses de David Doret

ExpositionLe Musée historique de Vevey expose jusqu’au 28 février la collection du célèbre marbrier.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La nouvelle exposition temporaire du Musée historique de Vevey, «Le goût des belles choses», met en scène l’importante collection archéologique de David Doret (1821-1904). Cette exposition a été montée par la conservatrice Françoise Lambert et son adjointe, Fanny Abbott, en collaboration étroite avec l’Université de Lausanne (UNIL), qui y a fait travailler certains de ses étudiants.

La collection de David Doret, quasi exposée dans son entier à l’exception de quelques éléments sans grande valeur architecturale, est propriété du musée. Léguée par les neveux de Doret, elle a été montrée en 1915, puis en 1991. «David Doret a collecté plus de 200 pièces à l’occasion de deux grands voyages, dont un, en 1893, en Palestine, en Egypte, en Grèce et en Italie», indique Françoise Lambert.

Doret a entrepris ses périples avec sa seconde épouse, Eugénie, descendante de Frédéric-César de La Harpe. Sa collection est constituée notamment de vases grecs et italiotes, de statuettes funéraires égyptiennes (ouchebtis), mais aussi de fragments ramassés au rocher de l’Acropole ou à l’Erechthéion (Athènes), ainsi que d’autres pièces au mont des Oliviers, à Jérusalem. Des panneaux didactiques expliquent tous les objets répertoriés par pays. Dans une vitrine, quelques faux achetés à tort ou à raison par le Veveysan.

Dernier représentant d’une célèbre famille de marbriers – qui a notamment sculpté les maîtres-autels de l’abbaye de Saint-Maurice –, le collectionneur d’objets antiques n’était pas seulement un artisan. «Mais plus encore un homme cultivé doté d’une éducation solide», poursuit la conservatrice. Il a notamment suivi des études artistiques à Rome, à Florence et à Carrare. «Son savoir en matière d’architecture et d’histoire de l’art est recherché. Il est notamment sollicité sur plusieurs chantiers vaudois de la fin du XIXe siècle: cathédrale de Lausanne, château de Chillon, mosaïques romaines d’Orbe, monument funéraire de François de La Sarraz», précise Françoise Lambert.

Collectionneur, sculpteur, entrepreneur, expert, David Doret était aussi un philanthrope. On lui doit principalement la création de l’Infirmerie de Vevey, qui deviendra le Samaritain, mais aussi la construction de maisons pour ouvriers.

A noter que David et Eugénie résident durant leur union à Vevey, à la Villa de l’Arabie, près de la marbrerie familiale. Ils arborisent leur grand parc avec des conifères qui font toujours le bonheur des Veveysans. L’ensemble a également été offert à la Ville. Le parc a naturellement été renommé jardin Doret. Sur une partie des vestiges de la villa, on a érigé le Centre d’enseignement professionnel de Vevey, plus communément appelé Centre Doret.

Créé: 03.06.2015, 15h04

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 18 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...