Passer au contenu principal

La Guintsette, une fenêtre ouverte sur la production locale

Une épicerie durable vantant la production locale a ouvert ses portes mi-juin à la rue du Village.

Elisa Giorgis, une des instigatrices du projet, gère la Guintsette à la rue du Village à Leysin.
Elisa Giorgis, une des instigatrices du projet, gère la Guintsette à la rue du Village à Leysin.
Christophe Boillat

Une épicerie a ouvert ses portes mi-juin à Leysin, à la rue du Village. C’est La Guintsette. En patois ormonan, cela signifie petite fenêtre, comme un croisillon, qui s’ouvre dans une plus grande. On en voit du reste une dans la vitrine de l’échoppe tenue par Elisa Giorgis, une des instigatrices du projet.

«Nous avons choisi la guintsette justement comme symbole d’ouverture et d’alternative aux grands commerces de distribution. Comme une vitrine, aussi, pour la promotion des artisans et producteurs locaux.»

La Guintsette se veut épicerie durable à circuit court, où l’on favorise le bio, le recyclable et les denrées suisses autant que faire se peut. «Nous partons bien entendu des producteurs leysenouds, puis élargissons le cercle au Chablais et à tout le canton. Ce que nous ne trouvons pas ici comme articles de nécessité courante, nous l’achetons ailleurs. Comme un vinaigre bio d’un vigneron neuchâtelois ou du riz tessinois.»

Beaucoup de produits consommables sont vendus en vrac et pesés à la caisse. Venue en voisine, Dominique y a posé poivrons jaunes, oignons et autres denrées. «J’apprécie d’autant plus le concept qu’à la maison, c’est zéro déchets depuis des années. Et on achète en vrac depuis plus de trois ans.» Sur les étals, les pruneaux secs bios côtoient le fenouil au-dessus de fromages, charcuteries ou encore truite fumée des Diablerets. Des crus locaux sont alignés au côté d’un vin de pissenlit et des bières de la Brasserie des Diablerets.

On trouve encore des herbes et tisanes de Vaulion, des confitures du coin, du miel de Saint-Triphon. Un peu plus loin, cotons démaquillants et éponges recyclables, pailles en inox, savons au lait de brebis (d’Elisa), lessive bio, etc. Le projet est participatif puisque chaque producteur qui le désire peut travailler une après-midi par semaine pour valoriser sa production, mais encore établir un lien direct avec le consommateur.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.