La Guintsette, une fenêtre ouverte sur la production locale

LeysinUne épicerie durable vantant la production locale a ouvert ses portes mi-juin à la rue du Village.

Elisa Giorgis, une des instigatrices du projet, gère la Guintsette à la rue du Village à Leysin.

Elisa Giorgis, une des instigatrices du projet, gère la Guintsette à la rue du Village à Leysin. Image: Christophe Boillat

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une épicerie a ouvert ses portes mi-juin à Leysin, à la rue du Village. C’est La Guintsette. En patois ormonan, cela signifie petite fenêtre, comme un croisillon, qui s’ouvre dans une plus grande. On en voit du reste une dans la vitrine de l’échoppe tenue par Elisa Giorgis, une des instigatrices du projet.

«Nous avons choisi la guintsette justement comme symbole d’ouverture et d’alternative aux grands commerces de distribution. Comme une vitrine, aussi, pour la promotion des artisans et producteurs locaux.»

La Guintsette se veut épicerie durable à circuit court, où l’on favorise le bio, le recyclable et les denrées suisses autant que faire se peut. «Nous partons bien entendu des producteurs leysenouds, puis élargissons le cercle au Chablais et à tout le canton. Ce que nous ne trouvons pas ici comme articles de nécessité courante, nous l’achetons ailleurs. Comme un vinaigre bio d’un vigneron neuchâtelois ou du riz tessinois.»

Beaucoup de produits consommables sont vendus en vrac et pesés à la caisse. Venue en voisine, Dominique y a posé poivrons jaunes, oignons et autres denrées. «J’apprécie d’autant plus le concept qu’à la maison, c’est zéro déchets depuis des années. Et on achète en vrac depuis plus de trois ans.» Sur les étals, les pruneaux secs bios côtoient le fenouil au-dessus de fromages, charcuteries ou encore truite fumée des Diablerets. Des crus locaux sont alignés au côté d’un vin de pissenlit et des bières de la Brasserie des Diablerets.

On trouve encore des herbes et tisanes de Vaulion, des confitures du coin, du miel de Saint-Triphon. Un peu plus loin, cotons démaquillants et éponges recyclables, pailles en inox, savons au lait de brebis (d’Elisa), lessive bio, etc. Le projet est participatif puisque chaque producteur qui le désire peut travailler une après-midi par semaine pour valoriser sa production, mais encore établir un lien direct avec le consommateur.

Créé: 04.08.2019, 21h38

Articles en relation

Les sculptures d’Ailyos racontent les défis climatiques

Alpes vaudoises Vingt-quatre nouvelles œuvres ont pris place à Aigle, Leysin et aux Mosses, pour la 2e édition de l’expo en plein air. Plus...

Leysin veut redonner du lustre à ses centres sportifs

La station étudie la remise à neuf de son offre indoor, attendue de longue date. Plus...

Le médecin cantonal doit-il pouvoir faire différer les renvois forcés?

Asile Des élus de cinq groupes ont déposé une motion suite à l’expulsion d’une famille de Leysin. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.