Des habitants ne veulent pas de centrale de biogaz sous leurs fenêtres

VaudA Chessel, vingt-neuf recourants demandent à la justice d’annuler le permis de construire.

Le paisible village de Chessel est un peu secoué par un projet contesté.

Le paisible village de Chessel est un peu secoué par un projet contesté. Image: Chantal Dervey/Archives

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Pourtant particulièrement paisible, le petit bourg de Chessel, peuplé de 400 «Turcs», est un peu secoué par un projet qui ne sied pas à toute la communauté. Vingt-neuf d’entre eux ont recouru contre le projet de construction d’une centrale de production de biogaz d’Édouard Cosandey. Cet agriculteur souhaite installer depuis plusieurs années déjà sur l’une de ses parcelles «une petite unité pour valoriser mes engrais de ferme, et ainsi produire de l’électricité réinjectée dans le réseau via Swissgrid. C’est totalement écologique, soutenu par le Canton et dans la droite ligne de l’agriculture de demain.»

Écologique ou pas, le projet stagne depuis des années. Il a toujours été contesté. Après bien des péripéties, deux mises à l’enquête, moult oppositions, un premier recours – rejeté – d’Édouard Cosandey lui-même, Canton et Municipalité ont donné leur aval. Cette dernière a accordé en mars le permis de construire tant attendu, malgré encore une fois une soixantaine d’oppositions, que l’Exécutif a levées. «Le projet est réglementaire. Nous n’avions pas moyen de faire autrement», assure le syndic Jacques Borgeaud, qui ne souhaite pas s’exprimer plus avant sur le fond de l’affaire. À noter que les autorités avaient proposé un échange de terrains pour éloigner le projet, mais Édouard Cosandey s’y est refusé. «C’est dommage car c’eût été plus favorable pour les habitants proches. Il n’y aurait alors pas eu d’oppositions, c’est certain», assure Didier Liechti, recourant.

Les contradicteurs nourrissent de sérieux et nombreux griefs contre cette installation de centrale de biogaz. «Le plus gênant est la proximité des deux futures cuves hautes de 6 mètres avec le quartier de villas de Clos à Galley, sorti de terre il y a quarante ans. À environ 80 mètres des premières habitations. Je verrai l’installation depuis mes fenêtres», note Anne-Lise Courvoisier, qui déclare ne pas être contre le principe des énergies renouvelables.

La possible émanation d’odeurs à venir froisse les opposants. «C’est la principale nuisance pour moi. Ce sera très incommodant pour tous, y compris pour les enfants de l’école toute proche et pour les futurs habitants des projets en construction. La mauvaise ventilation reconnue de la plaine du Rhône à cet endroit n’arrange rien», développe Didier Liechti. «Quand on épand du lisier, c’est le méthane qui sent mauvais.

Or, avec la méthanisation induite par mon installation, les odeurs vont grandement être diminuées», se défend Édouard Cosandey. Les recourants en doutent. «Les nuisances produites par les installations de digestion aérobie de déchets sont bien connues. De nombreux dysfonctionnements et des émissions olfactives insupportables ont pu être constatés à de nombreuses reprises», déclare Pierre Chiffelle, avocat des recourants.

«Risque d’explosion, nuisances sonores, va-et-vient de tracteurs, présence de l’installation dans une zone de protection des eaux et en zone de danger d’inondation nous froissent également», détaille Anne-Lise Courvoisier. Et que dire de l’ampleur du projet? «Plus de 40% du fumier qui sera méthanisé viendra d’une autre exploitation, située à Roche. Le projet de M. Cosandey n’est plus agricole mais carrément industriel», dit encore la recourante. Enfin, le biogaz produit aurait dû à son origine chauffer à distance et en partie de nouvelles habitations en construction au cœur du village, mais le promoteur immobilier y a renoncé. «Le projet de M. Cosandey perd donc de son intérêt, surtout de sa substance», conclut Didier Liechti. (24 heures)

Créé: 03.06.2018, 17h02

Articles en relation

La population de Chessel va beaucoup augmenter

Urbanisme Trois projets immobiliers successifs feront passer la petite commune de 360 habitants à plus de 500. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Des parents et des enfants séparés par le rêve américain, paru le 19 juin
(Image: Bénédicte) Plus...