Le hallebardier du pape se bat sur plusieurs fronts

Fêtes des VigneronsAlexandre Furrer-Pilliod, de Blonay, a manqué des répétitions des Cent-Suisses. Mais il s’exerce assidûment à Rome. Surtout en cette période.

Alexandre Furrer est garde pontifical (à gauche au premier plan) et Cent-Suisses, les deux seules gardes suisses encore existantes.

Alexandre Furrer est garde pontifical (à gauche au premier plan) et Cent-Suisses, les deux seules gardes suisses encore existantes. Image: VATICAN MEDIA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’est sans doute le plus fervent hallebardier du monde. En cette année 2019, l’homme porte l’arme même durant ses jours de congé. Membre du corps des Cent-Suisses de la Fête des Vignerons de Vevey, le Blonaysan Alexandre Furrer-Pilliod, 31 ans, est également garde pontifical à Rome depuis 2016. «Je n’ai pu effectuer que trois répétitions à ce jour», souffle-t-il. Mais le soldat du pape, premier-lieutenant dans l’armée suisse, est rompu à la marche au pas. Au Vatican, souvent, les matins à l’aube, il a droit à une école de section. Et ses connaissances dans le maniement de la hallebarde sont pointues. «Nous avons appliqué ses conseils dans notre formel (ndlr: procédure de marche), notamment pour rendre le port de nos propres hallebardes plus ergonomique, moins douloureux, explique Stéphane Krebs, commandant des Cent-Suisses. Car nous n’avons pas que des jeunes dans la troupe. Mais les gardes pontificaux, avec leur expérience, ont une précision dans le geste que nous ne pourrons pas atteindre.»

«Nous pratiquons des figures que l’on ne peut en effet pas attendre d’une troupe d’honneur, acquiesce Alexandre Furrer-Pilliod. Après un garde-à-vous, par exemple, nous devons lancer la hallebarde et la rattraper en vol à la bonne hauteur, avant de nous déplacer. Reste que chez les Cent-Suisses comme chez nous, chaque mouvement doit être précis pour assurer un effet de corps.»

Une histoire commune

Le Blonaysan réalise un rêve en servant également les Cent-Suisses, où il retrouve son frère Clément. Le hallebardier professionnel a déjà été figurant à la Fête des Vignerons de 1999 dans le rôle d’un enfant-cep. Et, surtout, il a toujours admiré son grand-oncle, un valeureux Cent-Suisses à la belle barbe et montant avec élégance son cheval. «En réalité, il y a peu de différence entre les deux corps, sourit Alexandre Furrer-Pilliod. Tous deux paradent devant le public dans une ambiance de saine camaraderie, de surcroît. C’est génial de pouvoir passer de l’un à l’autre. D’une hallebarde à l’autre.» D’ailleurs, les deux troupes sont les dernières gardes suisses encore existantes, même si l’une a une fonction militaire et l’autre honorifique. «Toutes deux, avec leurs uniformes de style Renaissance, s’inspirent d’une histoire commune: l’âge d’or des mercenaires suisses», ajoute le garde pontifical.

Lors de cette période de Pâques, la plus importante fête chrétienne, le hallebardier vaudois connaît un gros coup de feu: «La Semaine sainte est la plus chargée de l’année pour nous. Les visiteurs ont afflué vers Rome. Tous les gardes suisses ont été mobilisés. Ces journées sont plus éprouvantes car nous devons davantage interagir avec les passants aux entrées du Vatican. Et éviter que quelqu’un ne vienne troubler une homélie du pape. Douze gardes ont, en outre, été affectés au piquet d’honneur le jour de Pâques, comme je l’ai été à Noël lors de la bénédiction papale.» Chargés de la protection du pape, les gardes suisses doivent encore veiller sur sa résidence, assurer le service d’ordre et parfois accompagner le Saint-Père lors de ses déplacements. En raison du renforcement de la sécurité, la garde suisse a passé de 110 à 135 hallebardiers l’an passé.

Le jour le plus important

Ces jours, les hallebardiers du Vatican ont encore un autre fer au feu: la préparation des festivités du 6 mai commémorant l’action héroïque de leurs prédécesseurs en 1527, où 147 gardes suisses périrent en combattant les soldats de Charles Quint pour défendre le tombeau de saint Pierre, alors que 42 autres protégèrent la fuite du pape Clément VII. «C’est le jour le plus important de la vie d’un garde pontifical, où nous nous remémorons le serment fait lors de notre assermentation de sacrifier notre vie si nécessaire pour défendre le pape», rappelle Alexandre Furrer-Pilliod.

Pour l’heure, toutefois, ce dernier ressent une autre forme de pression: lors de cette commémoration, il jouera du fifre en duo devant quelques centaines de personnes, un concert qu’il prépare assidûment. Au Vatican, il est par ailleurs aussi organiste lors des messes de la garde pontificale.

C’est dire qu’Alexandre Furrer-Pilliod se réjouit de l’été qui se profile. Pour les trois semaines de la Fête des Vignerons, il a obtenu un congé exceptionnel: «Mon commandant a jugé que mes activités à Vevey ne seront pas trop différentes de celles que j’ai à Rome.» Sur la Riviera, comme dans la Cité éternelle, il restera en effet au cœur de l’événement.


Notre dossier spécial consacré à la Fête des Vignerons (24 heures)

Créé: 23.04.2019, 16h15

Articles en relation

Les Cent-Suisses touchent leurs hallebardes

Fête des Vignerons Les hommes du corps ont reçu leurs armes lundi. Elles sont splendides, mais pas faciles à manier. Or, bientôt, ils marcheront en musique. Et toujours au pas. Plus...

Les Cent-Suisses marchent comme un seul homme

Fête des Vignerons La célèbre cohorte montre déjà un bel esprit de corps. Rigueur et bonne humeur règnent sur les répétitions. Bientôt, il faudra marcher en musique, hallebardes en sus. Et toujours au pas. Plus...

Véronique Deppen sera l'une des Cent-Suissesses

Fête des Vignerons La Veveysanne s'est trouvé un rôle taillé sur mesure. Portrait. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.