Hauteville sera bientôt monument historique

PatrimoineLe château et ses parcelles environnantes couvrent 30 hectares sur les communes de Saint-Légier, Blonay et La Tour-de-Peilz.

Le château, épicentre bâti de l’imposant domaine d’Hauteville, a été construit au XVIIIe siècle.

Le château, épicentre bâti de l’imposant domaine d’Hauteville, a été construit au XVIIIe siècle. Image: Marius Affolter - Archives

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Département des finances et des relations extérieures du canton de Vaud soumet actuellement le projet de décision de classement de l’ensemble du domaine du château d’Hauteville en monument historique. Une démarche rare dans cette ampleur. La consultation publique court jusqu’au 9 septembre inclus à Saint-Légier-La Chiésaz, Blonay et La Tour-de-Peilz, la vaste propriété – pas moins de 30 hectares – s’étendant sur ces trois communes. «C’était une préoccupation de la Commune, largement partagée par l’État», confie Alain Bovay, syndic de Saint-Légier.

«L’idée est de reconnaître la valeur de l’ensemble afin de pouvoir accompagner au mieux les futures transformations», explique Maurice Lovisa, conservateur cantonal des monuments et sites. «Relevons que le Canton est très satisfait qu’un repreneur soit intéressé par l’ensemble de ce domaine, ce qui permettra de conserver toute sa cohérence», ajoute le conseiller d’État Pascal Broulis.

Restaurations nécessaires

Pour rappel, le château, construit au XVIIIe siècle, et ses dépendances sont encore aujourd’hui propriété de la famille Grand d’Hauteville, qui les détient depuis plus de deux siècles. Le domaine a été promis-vendu à une université américaine fin 2018, apparemment pour un peu moins de 50 millions de francs. Elle devrait s’y installer après deux ans de travaux pour plusieurs dizaines de millions de francs: l’état de la toiture, notamment, est qualifié par des experts de «particulièrement inquiétant». L’acte de vente a été signé sous réserve de l’obtention d’un permis de construire pour restaurations. Une autre enquête publique devrait donc avoir lieu. «Probablement cet automne», dit le syndic Alain Bovay.

«C’est un espace immense et considérable qui va être entièrement conservé»

Le classement cantonal, c’est avant tout des mesures de protection et de conservation visant à préserver l’intégrité et l’esthétique du précieux domaine, pour autant qu’elles ne soient pas combattues durant l’enquête publique. Selon l’édile de Saint-Légier, «la Commune et celle de Blonay ont déjà donné leur accord». Ce pourrait être le cas aussi chez les voisins boélands: «Sous réserve de la décision municipale qui sera prise ce lundi, je pense à titre personnel que la Commune ne s’y opposera pas», déclare le syndic, Alain Grangier. Le futur propriétaire du domaine non plus, selon nos informations.

Poumon vert de la Riviera

«C’est un espace immense et considérable, un vrai poumon vert pour toute la région de la Riviera et les générations futures, qui va être conservé», se réjouit le syndic des «Tyalos». «Le château d’Hauteville a reçu la note 1 au recensement architectural du canton. L’ensemble est à l’inventaire depuis le 6 novembre 1974 et figure sur la liste A de la protection des biens culturels du 23 mars 1988», précise Maurice Lovisa.

Les trois parcelles situées sur le territoire communal blonaysan sont surtout occupées par de la forêt. Celles de La Tour-de-Peilz, également au nombre de trois, sont notamment constituées de vignes. «Elles se trouvent en contrebas du château. Les Grand d’Hauteville les avaient achetées pour prémunir l’endroit contre toute construction et ainsi ne pas masquer la vue sur le lac», explique encore Alain Bovay. «L’ensemble a conservé une grande cohérence – le château et le parc forment un ensemble. L’étendue vise à protéger cet aspect», poursuit Maurice Lovisa.

Feront donc également l’objet des plus hautes mesures de protection et de conservation diverses habitations, couverts, jardins, fontaines, garages, bûcher, serres, glacières, etc. Sans oublier évidemment la magnifique rotonde, surnommée «temple d’amour», qui surplombe la propriété. Des arbres majestueux, jugés en bon état, sont déjà protégés. Comme un érable sycomore de près de 20 m de haut, des platanes communs (15 à 18 m), un peuplier grisard (23 m), deux séquoias géants (18 et 23 m) ou encore un if commun (18 m).

Créé: 11.08.2019, 19h00

Articles en relation

Pour être sauvée, une villa centenaire doit être déplacée

Patrimoine A Nyon, une maison pourrait être ripée de quelques mètres. Mais les Monuments et sites font la moue. Plus...

A Vevey, le château de l’Aile est officiellement à vendre

Patrimoine Un prix erroné de 35 millions a été divulgué sur internet, aussitôt retiré Plus...

3042 signatures pour l'Auberge de Sauvabelin

Lausanne Promis à la démolition, le bâtiment a vu les défenseurs du patrimoine voler à son secours. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.