Après l’hiver inespéré, la Braye doute de son avenir

Chateau-d'OexLe domaine skiable damounais a pu rouvrir in extremis en décembre. Mais sa survie reste hypothétique.

Il faudra environ un million pour permettre la prolongation de la concession accordée par l'Office fédéral des transports au téléphérique de la Braye.

Il faudra environ un million pour permettre la prolongation de la concession accordée par l'Office fédéral des transports au téléphérique de la Braye. Image: Jean-Christophe Bott

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les mois et les émotions se succèdent sans se ressembler à Château-d’Œx. En un peu moins d’une année, la station a vécu l’espoir, la désillusion, l’espoir à nouveau, la joie… Dimanche, la saison 2017-2018 s’est achevée sur une fréquentation record. Mais la perspective d’un hiver supplémentaire est toujours incertaine.

Retour en arrière. Le 11 avril dernier, après trois hivers maussades lourds de conséquences pour les finances, Télé-Château-d’Œx (TCO) participait, avec 24 autres stations, au lancement du Magic Pass. Le lendemain, pourtant, le couperet tombait: la Commune annulait sa subvention annuelle à TCO. En octobre, le conseil d’administration de la société annonçait malgré tout la réouverture du domaine de La Braye, après avoir récolté 300'000 francs auprès de 30 parrains pour compenser l’aide communale.

Les excellentes conditions de cet hiver leur ont donné raison. «On a vécu une saison avec une fréquentation proche de celles des années 1980, confirme Pierre-François Mottier, vice-président du conseil d’administration de TCO. On a pu ouvrir à Noël, on a bénéficié d’un enneigement magnifique… Et surtout profité du succès de notre Yetipass ( ndlr: forfait de saison local à 100 fr.). Nous visions 2000 ventes; nous avons dépassé les 3000.»

«On a bien travaillé»

Le Magic Pass a également tenu ses promesses. «Nous avons vu de nombreux nouveaux visages sur nos pistes, se réjouit le président de TCO, Charles-Abram Favrod-Coune. Et attiré beaucoup de promeneurs, venus admirer la vue ou manger une fondue au Restaurant de La Braye, qui a très bien travaillé.» Le pari n’était pas gagné: «La fermeture annoncée a constitué un handicap; le contrat avec Gstaad sur l’abonnement de saison a été dénoncé, nous n’avons pas pu faire de publicité, pas bénéficié des préventes de notre abonnement de saison…», énumère-t-il.

La saison n’en est pas moins réussie. Au village, les acteurs du tourisme confirment. «On a très bien travaillé avec les locataires de chalets de vacances – Français, Belges, Néerlandais, Anglais –, note Dominique Henchoz, du magasin Planète Sports. L’annonce de la fermeture aurait pu pousser certains à aller voir ailleurs, mais les bonnes conditions les ont incités à revenir.»

Cette saison de la dernière chance a surtout montré à quel point le domaine skiable est capital pour l’économie locale. «Ne sachant pas si nos pistes seraient ouvertes, un tour-opérateur anglais et client habitué a décidé de partir sur Nendaz, illustre Dominique Henchoz. J’ai perdu 180 clients qui auraient payé 100 francs pour la location de skis. 18'000 fr., ce n’est pas énorme. Mais les restaurants, les remontées mécaniques, l’École suisse de ski (ESS) ont aussi perdu ces clients. À l’échelle de la station, cela fait vite un gros montant.»

Un million à trouver

Pour son premier hiver à la tête de l’ESS Château-d’Œx, Mauro Testa a réalisé l’importance de La Braye. «On travaille avec Gstaad et notre Jardin des neiges. Mais ce domaine représente le tiers de notre chiffre d’affaires. On enregistre surtout de nombreuses demandes pour des cours de 60 à 90 minutes. Que nous ne pouvons pas honorer si nous devons nous éloigner du village.»

Tous appellent donc à une réouverture l’an prochain. Mais celle-ci reste très hypothétique. «Je pense que cet hiver va nous permettre d’atteindre l’équilibre financier, estime Pierre-François Mottier. La réserve de 300'000 fr. constituée comme garantie de déficit devrait pouvoir être restituée à nos parrains. Mais la concession pour le téléphérique arrive à échéance. Pour la prolonger, l’investissement atteindra le million. Et le matériel nécessaire doit être commandé en mai. Le délai est court.» TCO passera-t-il par une nouvelle levée de fonds? «C’est une piste que nous évoquons, répond le vice-président. Mais pour obtenir le soutien d’investisseurs et de sponsors, nous devons présenter un projet ficelé. Réclamer 1 million pour ouvrir un an sans savoir de quoi sera fait l’avenir serait un peu léger.»

Le projet Edelweiss Paradise, soit la reconversion quatre saisons du domaine skiable, reste pourtant d’actualité, insiste Charles-Abram Favrod-Coune. «Il a été redimensionné et tout ne sera pas réalisé immédiatement. Mais notre volonté est bien de rouvrir l’hiver prochain.» (24 heures)

Créé: 21.03.2018, 15h43

Articles en relation

La Braye n’a pas poussé son chant du cygne

Château-d’Œx Le domaine skiable rouvrira, au moins pour l’hiver à venir. Télé-Château-d’Œx a réuni les 300 000 fr. nécessaires auprès de parrains privés. Plus...

Des irréductibles jouent l’ultime chance de la Braye

Château-d'Oex Certains veulent encore croire à la réhabilitation du domaine skiable et quêtent 100% de fonds privés. Plus...

Amputée de la Braye, Château-d’Œx accuse le coup

Tourisme Inéluctable, la décision de fermer le domaine skiable sera lourde d’incidences pour la station. Dans les commerces, on s’organise pour franchir ce douloureux cap. Plus...

Pour renaître, la Braye se rêve «Edelweiss Paradise»

Château-d'Oex Les remontées mécaniques se créent une identité pour capter les voyageurs du futur Transgoldenpass. Il en va de leur survie. Plus...

Paid Post

Le casual dating est-il fait pour vous?
L’idée d’une rencontre purement sexuelle sans aucun engagement peut paraître séduisante, mais une petite mise au point s’impose.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 14 novembre 2018
(Image: Bénédicte) Plus...