L’hôtel Mirador sort du giron Kempinski

Mont-PèlerinLe 5 étoiles n’a pas renouvelé son partenariat avec le groupe hôtelier. La direction s’explique.

L'hôtel Mirador, au Mont-Pèlerin, reprend son indépendance: il n'a pas renouvelé son partenariat avec le groupe Kempinski.

L'hôtel Mirador, au Mont-Pèlerin, reprend son indépendance: il n'a pas renouvelé son partenariat avec le groupe Kempinski. Image: Edouard Curchod/archive

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Dès ce 1er janvier, on ne parlera plus de réserver une chambre au Mirador Kempinski du Mont-Pèlerin, mais au Mirador Resort & Spa. Le propriétaire allemand du 5 étoiles, Hartmut Lademacher, a en effet pris la décision de ne pas renouveler le partenariat avec le groupe hôtelier de luxe européen en 2016.

«Après plus de 10 années d’opérations gérées par le groupe Kempinski, le Mirador Resort & Spa, rebaptisé ainsi dès le 1er janvier prochain (ndlr, 2016), a décidé de retrouver son indépendance et gérer ses opérations de manière autonome», fait savoir l’établissement dans un communiqué.

Cette décision s’appuie principalement sur un constat: «M. Lademacher comptait sur ce partenariat de management pour accroître la clientèle internationale de l’hôtel qui, historiquement, s’appuie sur une clientèle suisse (ndlr, 50% du nombre de visiteurs total, les principaux clients étrangers venant d’Allemagne, France, Allemagne, Etats-Unis et Russie). Or, il apparaît que cet objectif n’a pas été atteint», explique Charlotte Renaud Boutilly, épouse du directeur général Jean-Marc Boutilly, et elle-même responsable du secteur spa et wellness. Le couple a repris l’hôtel en 2012.

Petit hôtel, grosses contraintes

A cela s’ajoutent des «contraintes financières», soit des frais fixes plus un pourcentage sur le revenu de l’hôtel à verser au groupe Kempinski (des chiffres sur lesquels le Mirador ne veut pas donner de détail), ainsi que des standards uniformes pour tous les hôtels du groupe. «Les mêmes exigences sont appliquées à des établissements de 400 chambres et au nôtre de 61 chambres, ce qui est lourd et sans véritables retombées», reprend-elle.

Charlotte Renaud Boutilly ne nie pas les avantages du nom Kempinski, comme des économies d’échelle, avec une seule centrale d’achat, ou un bénéfice d’image. «Mais après mûre réflexion, nous sommes arrivés à la conclusion que ce partenariat ne valait pas la peine pour un hôtel comme le nôtre, le plus petit du portefeuille Kempinksi. Le groupe a entendu nos arguments.»

Une nouvelle page s’ouvre pour l’établissement situé sur territoire de la commune de Chardonne, avec une plus grande marge de manœuvre dans les choix d’aménagement, même si des travaux ne sont pas d’actualité. Mais cette liberté doit-elle faire craindre un retour de manivelle lié à la perte du nom Kempinski? «Je ne crois pas, reprend la responsable. Il se pourrait que des détenteurs de la carte fidélité des hôtels Kempinski décident de ne pas venir, seul l’avenir le dira. Par ailleurs, nous continuons d’être membre des Leadings Hotels of the World et des Swiss Deluxe Hotels.» (24 heures)

Créé: 02.01.2016, 16h06

Articles en relation

Gault & Millau distingue onze nouvelles adresses vaudoises

Gastronomie Les Vaudois figurent en bonne place dans l'édition 2016 du guide gourmand. Alain Montigny, aux fourneaux du Chalet Royalp de Villars-sur-Ollon, est découverte romande de l'année. Plus...

L'ex-patron de Kempinski aurait détourné 6 millions de francs

Hôtellerie La société avait porté plainte auprès de la justice suisse, a-t-on appris le lundi 2 novembre. Plus...

Paid Post

Le casual dating est-il fait pour vous?
L’idée d’une rencontre purement sexuelle sans aucun engagement peut paraître séduisante, mais une petite mise au point s’impose.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 14 novembre 2018
(Image: Bénédicte) Plus...