Des hôtels feront exploser leurs prix durant la Fête

VeveyDes tarifs vont doubler, voire tripler, durant les trois semaines de la Fête des Vignerons. D’autres hôteliers s’y refusent.

Collée à l’arène, l’Hostellerie de Genève proposera des prix plus élevés que la normale. Une situation héritée de l’ancienne direction, annonce le nouveau patron de l’établissement.

Collée à l’arène, l’Hostellerie de Genève proposera des prix plus élevés que la normale. Une situation héritée de l’ancienne direction, annonce le nouveau patron de l’établissement. Image: Chantal Dervey

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Fête des Vignerons (FDV), du 18 juillet au 11 août à Vevey, pourrait se révéler être une très bonne affaire pour les hôteliers de la place. Une étude approfondie sur les réservations proposées par les établissements sur chacun de leurs sites internet (et non pas sur celui d’opérateurs comme booking.com) permet de constater que les prix des chambres vont prendre l’ascenseur durant le grand raout veveysan, qui se déroule une fois tous les vingt ans en moyenne.

Certains vont même jusqu’à doubler, voire tripler, le montant de la nuitée. Comme à l’Astra, qui affichait lundi une chambre double pour le samedi 20 juillet à 690 francs, contre 246 francs sept nuits plus tôt. Le 15 juin, cette double est à 204 francs. «Nous nous adressons à une clientèle aisée qui peut avoir les moyens de se payer ce type de chambre. Nous aurons également pour cette période des charges plus élevées, avec du personnel supplémentaire, plus de présence, plus de services», plaide Nicolas Ming, directeur.


Lire aussi: L’hôtelier, le vigneron et la vache à lait


Son quatre-étoiles situé sur la place de la Gare est partenaire officiel, avec le Grand Hôtel du Lac (cinq-étoiles à Vevey) et le Modern Times Hotel (quatre-étoiles à Saint-Légier). Il peut donc aussi proposer des forfaits nuitées-billets de spectacle. À l’Astra, toujours pour le 20 juillet, la chambre «sèche» est à 789 francs et 1187 avec deux billets en catégorie 3 (199 francs l’unité). «Nous apporterons de la valeur ajoutée, plus de prestations, comme des cadeaux pour la clientèle qui va séjourner chez nous, avec ce type d’offre», poursuit Nicolas Ming.

La tendance est la même chez les deux autres partenaires. Au Grand Hôtel du Lac, une chambre standard passe de 450 francs avant la Fête à 995 francs. Au Modern Times, une double à 172 francs le 13 juillet sera le 20 à 440 francs. L’offre avec deux billets à 359 francs pièce dépasse les 1100 francs. «Avec des prestations étendues, déclare le directeur, Jean-Claude Gétaz. Les prix sont dynamiques. Ils sont en corrélation avec l’offre et la demande, ainsi qu’avec l’occupation déjà enregistrée. Cela fonctionne comme dans l’aviation, où les prix changent tous les jours et peuvent varier du simple au triple, voire plus.» Les tarifs sont donc susceptibles d’être modifiés très régulièrement, en fonction de la demande. «Les prix mis en place pour cette période très particulière tiennent compte du renforcement considérable de nos effectifs afin d’assurer un accueil et un service à la hauteur de la réputation de notre maison et des attentes des visiteurs», argumente Luc Califano, directeur du Grand Hôtel.

«C’est leur responsabilité»

«Nous sommes conscients du fait que, malheureusement, les prix des chambres de certains hôtels seront assez élevés. Notamment concernant les catégories supérieures. En termes d’image, pour la Fête et la région, ça nous ennuie. Après, c’est de la seule responsabilité des hôteliers de pratiquer les prix qu’ils entendent», déclare Frédéric Hohl, directeur de la FDV 2019 (lire l’encadré).


Vidéo officielle de présentation de l'arène de la Fête des Vignerons 2019


Dans des hôtels moins étoilés ou certains bed and breakfast de Vevey et ses hauts, les prix vont aussi doubler. L’Hostellerie de Genève est bien placée: sur la place du Marché, à quelques mètres de l’arène de la FDV. Ici, la double grimpera de 170 à 380 francs, la supérieure de 185 à 490 francs, confirme le nouveau directeur, Hatem Salihu. «La précédente directrice avait fixé les prix avant mon arrivée, en novembre. Septante pour cent des chambres étaient réservées. Je ne peux ainsi pas baisser ces prix vis-à-vis des clients déjà enregistrés. Par ailleurs, nous souffrons terriblement de la situation actuelle et du montage des installations. Nous ne travaillons pas du tout, c’est catastrophique.

Compte tenu de ce constat, nous estimons que ces hausses de tarifs sont raisonnables.» La Municipalité est au courant de cette politique de prix «dynamique». «La fixation des tarifs est de la seule compétence des hôteliers, et un Exécutif n’a pas de moyens pour les influencer. Ce phénomène de majoration est régulièrement constaté lors d’événements importants. Un certain renchérissement est légitime, il doit rester dans une mesure compréhensible par le client. La qualité du service sera déterminante dans sa satisfaction», détaille Elina Leimgruber, syndique.

Certains hôtels ne joueront pas la surenchère. Directrice du cinq-étoiles Mirador au Mont-Pèlerin (Chardonne), qui remplit bien ses chambres pour les trois semaines de la Fête, Yvette Thüring est très claire: «Nous ne voulons pas profiter d’un événement populaire, donc nous n’augmenterons pas d’un seul franc. Nos chambres sont déjà très chères, 650 francs pour les suites, qui sont majoritaires. Nous avons une clientèle fidèle et entendons qu’elle le reste. Augmenter trop est un très mauvais signal.»

L’Hôtel-Restaurant Les Négociants, où les réservations vont bon train, se trouve à moins de 100 mètres de la place du Marché. Ici, la hausse sera très mesurée, environ 10%. «Nos prix vont peu changer, car rien ne justifie de les augmenter de manière importante. Par rapport à la même période l’an passé, la hausse est de 20 francs par chambre, soit 210 francs durant la Fête (ndlr: 165 francs en juillet)», indique Frank Schoellkopf, directeur. Également propriétaire, il ne veut pas se «positionner par rapport à la politique de prix de mes confrères. C’est leur affaire.»

Frédéric Amstein, directeur de l’Abaca, hôtel tout simple dans le quartier Gilamont, note que «le client, informé par internet, aura le libre choix, et finalement c’est lui qui décidera. Nous, nous leur proposons des prix abordables.» Durant la FDV, la chambre double, toute l’année à 80 francs, «grimpera» à 100.

Créé: 02.03.2019, 08h52

Articles en relation

Fête des Vignerons: deux journées complètes

Culture La répétition générale publique et la Journée cantonale de Fribourg sont déjà sold out. L’horaire du couronnement est déplacé devant l’afflux de visiteurs venus d’ailleurs en Suisse. Plus...

«Cette fête a un sens car elle appartient à notre ADN»

Moi figurant Choriste au sein du chœur de la Fête des Vignerons, Nicolas Gyger est fier de «présenter ces chants, qui racontent la Fête». Plus...

Les constructeurs des arènes vivent un moment historique

Fête des Vignerons La dimension historique du chantier n’échappe pas aux ouvriers. Leurs témoignages sont teintés d’émotions. Mais il y a aussi des tensions et de la pression. Car tout retard est interdit. Plus...

«C’est la loi de l’offre et de la demande»

«Si l’hôtelier fixe des prix élevés et trouve à louer à ce prix-là, où est le problème? C’est la loi de l’offre et de la demande, mécanisme qui s’applique à toutes les branches économiques», déclare Alain Becker. Le directeur de l’Association des hôteliers romands regrette que l’on ne parle pas «des hôtels obligés de baisser leurs prix en basse conjoncture, quelquefois jusqu’à 50%». Andreas Banholzer, directeur de l’Office du tourisme du canton, met en avant «le marché libre». Il note aussi que l’offre hôtelière de Vevey n’est de loin pas comparable à celle de Davos, Genève ou Montreux, qui connaissent aussi de grands événements, souvent planétaires.

«La Fête des Vignerons représente une occasion unique. Et ce n’est pas à moi de juger de la politique tarifaire que les hôteliers veulent appliquer.» Directeur adjoint de Montreux Vevey Tourisme (MVT), Grégoire Chappuis rappelle que «le premier client visé pour les chambres d’hôtels de catégorie supérieure est le touriste lointain, et celui-ci est prêt et a l’habitude de payer des tarifs élevés comme à New York, Dubaï ou lors de manifestations d’envergure: BaselWorld, Salon de l’auto, etc.» MVT, en tant que partenaire, vend quasi toutes les classes de billets et propose des forfaits nuitées-billets (sur www.hotelfevi19.ch). «On y trouve une large gamme de tarifs de chambres convenant à tout le monde», conclut Grégoire Chappuis.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.