Ici, on se remuscle le corps et l'espoir

VilleneuveSe retrouver en fauteuil roulant n’empêche pas de remobiliser le corps dans son entier. Un centre unique en Suisse le démontre.

Yves Vionnet (debout) s'entraîne en compagnie de Steven Pichard, avec l'aide de leurs entraîneurs

Yves Vionnet (debout) s'entraîne en compagnie de Steven Pichard, avec l'aide de leurs entraîneurs Image: Chantal Dervey

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L’atmosphère qui règne dans le studio de 100 m2 à Villeneuve est celle d’une salle de sport ordinaire. Si Steven crispe ses traits et pousse des grognements sous l’effort, il termine l’exercice dans un éclat de rire qui contamine ses entraîneurs. La complicité a ici un sens particulier car pour réaliser chaque mouvement, Steven a besoin d’être accompagné par deux coachs spécialisés en activité physique adaptée.

On ne le croirait pas en le voyant déplacer une planche à roulettes à la force des jambes ou étirer ses membres au développé couché, mais Steven a subi une lésion à la moelle épinière qui l’a rendu tétraplégique (ses quatre membres sont paralysés): «Cela fait six ans que je suis en chaise. Depuis janvier, je m’entraîne trois fois trois heures par semaine. Tout de suite j’ai senti que cela me faisait du bien et je peux maintenant constater des progrès. J’ai fait des exercices qu’on ne m’avait jamais fait faire et je vois que j’acquiers une meilleure mobilité. Avant je ne faisais pas grand-chose, depuis, c’est carrément une autre vie!»

Tétraplégique lui aussi, Yves Vionnet est en position verticale et enchaîne les pas en compagnie de Pauline et Lia. Soutenu par un déambulateur, il nous montre que son cerveau peut à nouveau commander ses jambes à force d’entraînement. On lui avait prédit qu’il ne conduirait plus jamais. Il pilote désormais sa voiture et vit de manière autonome. Reconquête de la mobilité

C’est cette reconquête progressive d’une mobilité et d’une liberté que cherche à développer le fondateur de ce Swiss Recovery Center (SRC) de Villeneuve. Il est la preuve vivante que l’activité physique reste possible après une atteinte de la moelle épinière. La pratique est très développée aux États-Unis, où il l’a découverte, mais totalement inexistante en Suisse. Seule la réhabilitation effectuée dans les cliniques Suva sur 6 à 12 mois fait office de suivi. Ensuite, néant. Villeneuve sert donc de projet pilote pour un travail sur la durée, avec six participants et une dizaine d’entraîneurs œuvrant depuis une année, grâce à une Fondation alimentée par des dons privés. Une convention passée avec l’Institut des sciences du sport de l’Université de Lausanne permet aux étudiants de se former, de mener des recherches tout en montant des projets d’entraînement personnalisés et ludiques avec les participants.

L’activation de tous les groupes musculaires a des vertus innombrables. Les pathologies dérivées (infections urinaires, constipation, spasticité, prise de poids, difficultés respiratoires) sont atténuées, voire éliminées. La médication et ses effets secondaires s’en trouvent limités. Beaucoup récupèrent des fonctions qu’ils pensaient perdues. «Il y a aussi l’idée, documentée par la littérature scientifique, que l’on peut reconstruire les réseaux neuronaux et les structures nerveuses», précise Jérôme Barral, maître d’enseignement et de recherche à l’Institut des sciences du sport de l’UNIL (ISSUL). «Sans compter l’aspect social, complète Lia Volpe, spécialiste en activité physique adaptée et santé, qui accompagne Yves Vionnet dans le projet. Au centre, on crée des contacts, on s’ouvre de nouvelles perspectives.»

Mondialement connu pour ses travaux en neuroréhabilitation, Grégoire Courtine, professeur à l’EPFL, salue cette «très belle initiative» et encourage le SRC à pérenniser la structure. Telle est bien l’intention d’Yves Vionnet. Il recherche de nouvelles ressources et entame un travail de reconnaissance auprès des institutions de santé et des assurances. «Il y a plus de 10 000 personnes en fauteuil roulant en Suisse et 200 nouveaux cas chaque année, il nous faut des moyens pour pérenniser cette approche et la rendre accessible au plus grand nombre.» (24 heures)

Créé: 09.06.2018, 09h49

Recherche

L’UNIL prend part à l’élan

Jérôme Barral célébrait jeudi le Master en activité physique adaptée qu’il a créé voilà dix ans. Maître d’enseignement et de recherche de l’Institut des sciences du sport de l’Université de Lausanne, il a formé 200 étudiants à ces techniques dédiées aux personnes en situation vulnérable.
Un savoir-faire encore mal reconnu professionnellement. «Le corps médical est conscient qu’il faudrait apporter un accompagnement autre que celui qui se fait actuellement en Suisse. Ce qui nous manque encore c’est de faire intégrer notre travail dans un protocole sur le parcours des personnes atteintes de handicap. Nous devons encore travailler à cette reconnaissance au niveau du politique et des institutions de santé.»

Infos pratiques

Portes ouvertes
Ce samedi de 10 h à 15 h,
route de Chavalon 78 à Villeneuve. www.swissrecoverycenter.ch

Articles en relation

Un centre pilote pour les accidentés de la moelle épinière

Etagnières Tétraplégique suite à un accident, Yves Vionnet veut faire profiter le plus grand nombre d’une technique d’entraînement qu’il a expérimentée. Son projet a le soutien d’un institut de l'UNIL. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.