Privé de télécabine, le domaine d’Isenau passera un tour cet hiver

Les DiableretsLe temps manque pour obtenir le feu vert de l’OFT. Les espoirs convergent vers le projet de nouvelle installation à l’horizon fin 2018.

Les «œufs rouges» d’Isenau, installés en 1974, vont prendre une retraite méritée, remplacés dès 2018 par une nouvelle télécabine à huit places.

Les «œufs rouges» d’Isenau, installés en 1974, vont prendre une retraite méritée, remplacés dès 2018 par une nouvelle télécabine à huit places. Image: Chantal Dervey

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le risque était connu, c’est désormais une réalité: pour la première fois depuis 1953, les télécabines d’Isenau ne tourneront pas cet hiver. Télé Villars-Gryon-Diablerets (TVGD), la Fondation pour la défense des intérêts d’Isenau et la Commune d’Ormont-Dessus ont renoncé à poursuivre les démarches pour ouvrir l’installation en décembre. Cette dernière est à l’arrêt depuis la fin de l’hiver après que l’Office fédéral des transports (OFT) a décrété une énième fois que l’installation n’était plus aux normes. Pour rappel, il s’agissait de la quatrième tentative de prolongation depuis la fin de la concession en avril 2012, après trois demandes acceptées par le passé.

Les «œufs», c’est fini

Pour les bien connues et vétustes cabines dites «œufs rouges» qui ont emmené tant de familles de skieurs sur ces larges pistes, c’est la fin du parcours. Après discussion avec l’OFT, les partenaires du domaine skiable sont en effet arrivés à la conclusion que les délais sont trop courts pour mener à bien les démarches requises. «Il fallait notamment fournir un complément à l’expertise en plus d’autres complications administratives, en trois mois cela aurait été impossible, explique Philippe Grobéty, syndic d’Ormont-Dessus et président de la Fondation pour la défense des intérêts d’Isenau. Nous sommes évidemment très déçus.»

Désormais, les partenaires concentrent tous leurs efforts sur une réouverture à l’hiver 2018-2019 avec des installations flambant neuves. Le dossier de la nouvelle télécabine à huit places Garaventa à 12,5 millions a été déposé courant août à l’OFT, lit-on dans un communiqué. La mise à l’enquête publique est attendue pour l’automne.

Avec le temps, le projet a été revu à la baisse, pour des questions financières et d’oppositions. La nouvelle version suivra le tracé actuel et la nouvelle arrivée de la télécabine sera construite sur l’existante. Résultat: la facture est passée de 17,5 à 12,5 millions, dont 3,5 de fonds propres à charge de la Commune et de la Fondation des intérêts d’Isenau (28%), 37% d’aides à fonds perdu du Canton et 35% de prêt sans intérêt de l’Etat.

Concrètement, c’est la Commune qui pilote le projet de nouvelle télécabine. A elle les déficits, à TVGD l’exploitation, ainsi que stipulé par voie de convention. Les éventuels bénéfices seront reversés sur Isenau.

C’est un secret de Polichinelle, les relations entre la station et la société ne sont pas au beau fixe depuis que TVGD a laissé entendre qu’Isenau n’était pas une priorité stratégique, au contraire du Meilleret, domaine qui accueillera les Jeux olympiques de la jeunesse de Lausanne 2020. La nouvelle télécabine à dix places qui reliera Les Vioz aux Mazots est d’ailleurs à l’enquête depuis la semaine dernière. «Mais la non-ouverture d’Isenau cet hiver est forcément une déception, lâche Pierre Besson, directeur de TVGD, surtout si on se met à la place de ceux qui vivent du ski aux Diablerets.»

Solutions alternatives

Même sans télécabine, les acteurs locaux n’entendent pas laisser le domaine d’Isenau en léthargie cet hiver. Des infrastructures et animations alternatives sont prévues, dont une offre pour skieurs débutants. L’accès à peaux de phoque et raquettes sera en outre facilité le long d’une piste préparée. «Beaucoup de demandes de réservations étaient en attente de savoir si les installations tourneraient, à nous désormais de convaincre les clients de venir quand même», ajoute Philippe Grobéty.

Va pour le court terme. Mais la vraie question reste de savoir si Isenau rouvrira dans une année et demie. Dans les Alpes vaudoises, les cas du Pic-Chaussy aux Mosses et des Monts-Chevreuils à Château-d’Œx sont deux exemples de domaines mis en veille sans connaître de renaissance. «Ce ne sont pas des situations comparables, estime Pierre Besson. Je vois bien plus de chances d’aboutir à Isenau, mais c’est effectivement un dossier difficile.» (24 heures)

Créé: 08.09.2017, 15h03

«Un coup dur, mais il faut rester positif»

La non-réouverture de la télécabine d’Isenau (également à l’arrêt cet été) entraîne forcément des conséquences pour une partie des acteurs économique de la station des Diablerets. Gérante de La Daille, bed and breakfast situé au cœur du village, Francine Pichard est inquiète: «Je m’attends à un hiver très difficile en termes de fréquentation. Je vais avoir une grosse perte, c’est sûr. Déjà cet été avec l’arrêt de l’installation, j’ai eu beaucoup moins de clientèle.»

De la clientèle, Daniel Tougne n’en aura pas cet hiver. Le gérant du Resto d’Isenau, en plein domaine skiable, gardera les portes de son enseigne closes. «On s’en doutait un peu, mais il faut s’accrocher et rester positif en attendant l’hiver prochain avec l’assurance que toutes les installations fonctionneront.» Le restaurateur «va chercher du boulot ailleurs, comme les onze employés fixes qui auraient dû faire la saison chez moi».

Etre constructif semble être le credo dans la station. «Cela a beau être un coup dur – les pertes ne sont pas chiffrables pour l’heure –, il faut aller de l’avant», déclare Stéphane Wartner. Le directeur de l’Eurotel Victoria compte notamment sur les séminaires d’entreprise pour pallier un peu le manque de skieurs. «Les alternatives proposées sont néanmoins positives. Il faut y croire.»

Gérant de Holiday Sport, Claude Paschoud a l’optimisme chevillé au corps. «On regrette pour cette année, mais on a un moral d’acier. On reviendra plus fort et mieux équipé pour la saison d’hiver 2018-2019. Et puis il reste une partie du domaine ouverte, sans compter la chance extraordinaire que représente le glacier. »
Christophe Boillat

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

À défaut d'accord-cadre, Jean-Claude Juncker et Doris Leuthard se sont félicités à Berne de la nouvelle «dynamique positive» entre l'UE et la Suisse, qui débloquera par ailleurs 1,3 milliard pour les pays de l'Est (publié le 24 novembre 2017)
Plus...