L’internat de Saint-Maurice va vivre sa dernière année

ÉducationDès la rentrée d’août 2020, les pensionnaires du Collège de l’Abbaye seront logés en foyer ou chez des privés.

Il y a environ cent ans, voici à quoi ressemblait une dortoir de l'internat du collège de Saint-Maurice.

Il y a environ cent ans, voici à quoi ressemblait une dortoir de l'internat du collège de Saint-Maurice. Image: ARCHIVES DE L'ABBAYE DE SAINT-MAURICE

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«L’internat? Ce fut une expérience extraordinaire, qui a marqué ma vie, se remémore Bernard Nicod. Le promoteur immobilier vaudois fut pensionnaire au Collège de Saint-Maurice (VS) de 1964 à 1968. «Je n’y ai que de bons souvenirs… Exceptionnels, même.» Institution liée à l’abbaye, l’internat de Saint-Maurice a été créé en 1806. Il a ouvert en même temps que le collège, sur demande de la Diète du Valais. Mais la tradition éducative du lieu remonte à plus loin: elle daterait de la fondation du monastère, en 515. Il est aujour­d’hui le plus ancien d’Europe occidentale encore en activité. «Les chanoines étaient des enseignants éminents. Comme Isaac Dayer, Norbert Viatte et Paul Saudan, des calures au charisme extraordinaire, détaille François Lachat, qui y fut lycéen avec Pascal Couchepin. Mais pas seulement. Nous entretenions avec eux une fraternité formidable.» François Lachat, qui fut parmi les pères fondateurs du Canton du Jura, raconte avoir tissé au pensionnat «des amitiés pour la vie».

Le réfectoire des internes il y a près d’un siècle. (ARCHIVES DE L’ABBAYE DE SAINT-MAURICE)

L’internat – pour ainsi dire le seul de Suisse romande – a vu passer des dizaines de milliers de pensionnaires. Mais s’il en comptait 238 en 1907 (sur un total de 277 étudiants), et encore 180 il y a trente ans, il ne fait plus recette. Aujourd’hui, une dizaine seulement des plus de 1100 lycéens y dorment. Au vu de la diminution progressive de pensionnaires depuis vingt ans, il est appelé à fermer. Du reste, la prochaine année scolaire sera la dernière sous cette forme.

Décision difficile à prendre

«La décision a été longtemps mûrie et difficile à prendre», indique le chanoine Alexandre Ineichen, recteur du collège. «Nous arrivons à la fin d’un monde traditionnel», complète le chanoine Olivier Roduit, procureur de l’abbaye, pour qui, «au vu de l’augmentation des besoins de locaux du collège, ceux actuels de l’internat vont être repris pour l’enseignement». Néanmoins, les parents intéressés à continuer à mettre leurs enfants en pension pourront toujours le faire. «Ils seront logés dans des foyers ou chez des privés», poursuit le recteur. L’abbaye elle-même étudie des pistes pour une formule renouvelée d’internat.

«À mon époque, entre 1963 et 1971, nous étions 240 à 250. Petits, nous logions dans des dortoirs de 70, deux par chambre l’année de la maturité», se souvient l’écrivain Jean Romain. Le président du Grand Conseil genevois 2018-2019, qui n’évoque lui aussi que de bons souvenirs, relate sa vie à l’internat dans son roman Les chevaux de la pluie. Pour Alexandre Ineichen, les raisons principales de l’abandon de l’internat sont «une désaffection généralisée des pensionnats; des parents, par exemple, ne souhaitant plus être privés de leurs enfants la semaine, des écoles mieux réparties géographiquement, très bonnes qualitativement parlant, ou encore une mobilité plus efficace avec des transports plus nombreux.» Avec une dizaine d’élèves à 14 000 francs l’année chacun, le fonctionnement de l’internat coûte désormais aussi trop cher.

Les souvenirs comme les anecdotes sont légion. Le foot déjà chevillé au cœur, Sepp Blatter se souvient «qu’une punition collective nous a privés d’un match contre les capucins… le seul qu’on aurait probablement gagné». L’ancien patron du football mondial, interne avec les frères Gianadda, était très lié bien après Saint-Maurice avec Franco Bernasconi, plus tard préfet de l’internat et procureur de l’abbaye: «Un phénomène, un motivateur. Et par-dessus tout mon ami. Fou de foot, il me suivait aussi dans les Coupes du monde et autres événements de la FIFA.»

Syndic d’Aigle, l’interne Frédéric Borloz, qui ne trouvait «pas la nourriture terrible, composée surtout de pâtes au beurre et de salades», appréciait particulièrement le chanoine Bernasconi. «L’internat, c’était quand même dur et, là, il m’a beaucoup soutenu et aidé.» Les cours étaient difficiles, selon Bernard Nicod, qui admet «avoir pas mal sué quand même pour décrocher la matu». Il précise n’avoir «jamais souffert des conditions de vie à l’internat, même quand il fallait casser la glace à 6 h 30 les matins d’hiver pour se laver; ça forme pour l’avenir».

Un groupe d’internes avec Bernard Nicod (en haut à droite). (DR)

Anecdote croquignolette: en 1990, treize internes, âgés de 14 à 19 ans, convaincus de trafic et consommation de drogue, sont virés. Leurs noms sont placardés sur les murs avec un avis expliquant le motif de leur expulsion. «On faisait des bêtises, on s’amusait pas mal, dit François Lachat. Nous, sales gosses, nous nous moquions des profs, certains les caricaturaient, mais ça n’allait pas très loin. L’élève ne rentrait chez lui qu’à Noël, Pâques et pour les vacances d’été.»

«L’internat de Saint-Maurice, fréquenté avant moi par mon père et mon grand-père et auquel j’ai demandé à être intégré, est un univers qui ne permet de s’échapper que par la verticale. C’est un tremplin, pas une prison», conclut Jean Romain.

Créé: 05.07.2019, 07h30

Articles en relation

L'Abbaye de Saint-Maurice va produire sa propre bière

Saint-Maurice Riche de 1500 ans d’histoire, la communauté agaunoise va engager une ou un maître brasseur pour mener à bien son projet. Plus...

Plus de cent squelettes exhumés à Saint-Maurice

Archéologie Les spécialistes annoncent que des vestiges d’église mis au jour sont contemporains de la construction de l’Abbaye. Plus...

Saint-Maurice a aussi son épine de la sainte Couronne de Notre-Dame

Le Matin Dimanche L’abbaye valaisanne vénère le pieux objet, offert par saint Louis, en 1262, en remerciement pour un don de reliques de Maurice d’Agaune. Plus...

La Grande Châsse raconte son histoire

Saint-Maurice (VS) Mis à nu pour être restauré, le précieux reliquaire s’expose au sein du trésor de l’Abbaye. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 22 août 2019
(Image: Bénédicte ) Plus...