Isenau appartiendra aux Ormonans

Les DiableretsSi le domaine ressuscite, ce sera sous la forme d’une coopérative.

La télécabine d'Isenau est à l'arrêt depuis 2017.

La télécabine d'Isenau est à l'arrêt depuis 2017.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le délai pour réunir les fonds nécessaires à la résurrection d’Isenau sera encore repoussé. Le groupe Isenau 360° – qui pilote le dossier depuis un an – annonce qu’il se laisse jusqu’au 31 décembre 2021. La télécabine à l’arrêt depuis 2017 passera donc au moins un 5e et un 6e hiver à quai. Les derniers rebondissements l’expliquent en partie: le plan d’affectation du secteur, toujours contesté au Tribunal fédéral, ne respectait pas les limites de protection de marais d’importance nationale. Le groupe de travail précise que, «bien que ce plan ne concerne qu’indirectement la télécabine, les conséquences au niveau procédural ne sont pas connues».

À ces aléas s’ajoute la volonté d’Isenau 360° de revoir le principe d’exploitation. C’est l’option d’une coopérative qui est désormais privilégiée. «Elle sera propriétaire des installations. L’exploitation sera confiée à Télé Villars-Gryon-Les Diablerets», précise Philippe Gallaz, chef de file d’Isenau 360°. Pour s’offrir un bout du domaine, il en coûtera entre 200 et 500 fr. par part.

Du côté de TVGD, on salue l’avancée dans ce dossier et on confirme l’intérêt à exploiter le domaine. «Mais il reste à déterminer qui couvrira un éventuel déficit», réagit le directeur, Christian Dubois. Un récent rapport financier réalisé par Laurent Vanat, le même expert qui avait conclu à un déficit chronique de 200'000 francs de l’ancienne mouture du projet, conclut à la viabilité d’Isenau... sous condition. «La principale est que nous devrons augmenter nos fonds propres», explique Philippe Gallaz. Les 3,5 millions de francs initialement n’y suffiront pas.

«Nous avons pour but de réunir 500'000 à 1 million de francs supplémentaires. Ce montant nous permettra d’assurer le fonctionnement du domaine et de faire face aux années difficiles, explique Philippe Gallaz. Isenau devra «tourner» financièrement sans couverture de déficit de la Commune.»

En parallèle, l’étude pour la reconversion du restaurant d’Isenau en «écocentre» (4 à 5 millions de francs) va de l’avant. «Nous sommes en contact avec plusieurs partenaires privés dans ce but.»

Créé: 12.12.2019, 17h59

Articles en relation

De Quattro s’embourbe dans les marais d’Isenau

Les Diablerets Le plan qui guide l’avenir touristique du secteur ne respecte pas le droit fédéral. La conseillère d’Etat admet une erreur. La discrétion était de mise ces derniers mois. Plus...

L’avenir blanc d’Isenau doit passer par une mise au vert

Les Diablerets Le groupe de travail Isenau 360° livre les premières conclusions de ses travaux: le domaine ormonan n’a pas dit son dernier mot, à condition de viser aussi le tourisme estival. Plus...

«Isenau peut devenir un laboratoire du tourisme de demain»

Les Diablerets Un groupe de travail entame une ultime réflexion pour sauver le domaine. Interview de son chef de file, Philippe Gallaz. Plus...

Isenau a manqué le train d’Alpes vaudoises 2020

Les Diablerets Le domaine ne profitera pas du 4e et dernier soutien cantonal. Un nouveau mode de financement est à l’étude. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 23 janvier 2020
(Image: Bénédicte) Plus...