Isenau frappe monnaie pour acheter sa survie

Les DiableretsCinquante mille pièces d’une valeur de 10 francs, frappées du sceau de la télécabine, sont mises en circulation ce jeudi.

Pile, une télécabine, face, un diablotin. Reportage dans les ateliers du Haut Médailleur Huguenin qu’ont été frappées ces 50'000 pièces de 10 francs, un outil de plus dans la quête aux 4 millions pour sauver le domaine skiable d'Isenau. Vidéo: Anetka Mühlemann


Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Depuis ce jeudi 1er décembre, on peut acheter sa salée ormonanche et déguster un bitter aux Diablerets en payant en Isenau. Cinquante mille pièces, d’une valeur individuelle de 10 fr., ont été mises en circulation au village. La durée de vie de cette monnaie parallèle sera toutefois courte: elle ne sera acceptée que jusqu’au 30 avril 2017.

Un diablotin et une télécabine

Un diablotin, symbole du tourisme local, sur l’avers, une télécabine sur le revers: la pièce grise et jaune (partie centrale en laiton et le reste en alliage cuivre-nickel, soit une composition similaire aux pièces de deux euros) affiche clairement ses ambitions. Elle se veut un outil de plus dans la quête aux 4 millions de francs pour sauver le domaine skiable ormonan.

«On espère réunir par ce biais 250 000 francs et ainsi rembourser le montant prêté par la Commune d’Ormont-Dessus»

Le but poursuivi est double: «Nous allons certainement réaliser un bénéfice. Il y a fort à parier que de nombreux habitants et touristes vont conserver quelques pièces en souvenir», estime Jean-Marie Schlaubitz, membre de la Fondation pour la défense des intérêts d’Isenau. Outre l’Isenau de 10 fr. en circulation, d’autres pièces d’argent et d’or – valant respectivement 50 et 500 francs –, ainsi qu’un coffret regroupant les trois pièces ont été produits à cet effet. «On espère réunir par ce biais 250 000 francs et ainsi rembourser le montant prêté par la Commune d’Ormont-Dessus» (lire ci-contre). Les pièces qui n’auront pas été troquées contre des francs en mai ne seront plus échangées et leur valeur reviendra à la Fondation. «L’autre objectif est de faire parler de ce projet. Cette monnaie est une manière ludique de le faire.»

Les commerçants accepteront l'Isenau

Mercredi, les premières pièces ont officiellement été frappées au Locle, dans les ateliers du Haut Médailleur Huguenin. Plusieurs commerçants ormonans ont fait le déplacement pour l’occasion, preuve que le projet rencontre un enthousiasme certain. «On a eu une première séance avec les commerçants du village pour leur présenter le concept et les échos ont été très positifs. Tous ont promis qu’ils accepteraient les Isenau», se réjouit Jean-Marie Schlaubitz. Les échoppes qui joueront le jeu pourront être identifiées à l’aide d’un autocollant apposé sur leur devanture.

Les monnaies locales chargées d'histoire

«Premier faux-monnayeur» de la maison Huguenin et directeur commercial retraité, Charles Chammartin rappelle que l’entreprise neuchâteloise a déjà frappé monnaie à de multiples reprises: «Nous avons produit l’Alexis, à l’occasion du 150e anniversaire du canton de Neuchâtel. C’est également notre atelier qui a fabriqué le Farinet valaisan ou encore le Gilles vaudois. Le succès de ces monnaies peut être variable mais, dans le cas de l’Alexis, il avait permis de couvrir une bonne partie du budget des célébrations. Quant au Farinet, il avait connu un vif engouement. Ce sont des objets souvent connotés historiquement, qui intéressent et incitent les gens à s’en procurer.»

Pour obtenir des Isenau, deux solutions: les privés peuvent les acheter dans les succursales de la BCV, partenaire de l’opération. «Il est également possible de se rendre, par exemple, chez le laitier aux Diablerets, d’acheter pour 10 francs de fromage en payant avec un billet de 20 fr. On vous rendra alors un Isenau que vous pourrez dépenser dans un autre commerce, décrit Jean-Marie Schlaubitz. Pour que l’opération réussisse, il faut que ces pièces circulent au maximum.» (24 heures)

Créé: 01.12.2016, 06h57

Aux Diablerets, l’objectif des 4 millions se rapproche

Jeudi prochain, les élus ormonans seront appelés à mettre une nouvelle fois la main au porte-monnaie pour assurer le maintien d’Isenau. En 2013, le Conseil communal avait décidé de verser 1 million de francs à la Fondation pour la défense des intérêts d’Isenau, qui coordonne la levée de fonds. Il s’agira cette fois de débloquer 550'573 francs, sous la forme d’un prêt sans intérêt, convertible, «afin que si la Fondation n’arrive pas à trouver l’entier de la somme nécessaire, ce prêt puisse être converti en don», souligne la Municipalité.

L’idée avait germé lors de la dernière séance du Conseil communal, à l’initiative d’un groupe d’élus qui avaient déposé une motion en ce sens (notre édition du 12 novembre). La Municipalité y a répondu rapidement et pour cause: le délai imparti pour réunir les 4 millions se terminait officiellement hier.

A noter que le montant soumis au vote de jeudi risque d’être revu à la baisse: «Depuis l’envoi au Conseil du texte, nous avons reçu entre 100'000 et 150'000 francs de dons supplémentaires. La mobilisation autour de ce projet est forte», se réjouit Jean-Marie Schlaubitz, membre de la Fondation.

Articles en relation

Un hiver sans Isenau se profile en 2017 aux Diablerets

Ormont-Dessus Le délai est trop court: le remplacement de la télécabine ne démarrera pas ce printemps. L’avenir du domaine est plus que jamais incertain. Plus...

Sous les pylônes d’Isenau, le bras de fer se poursuit

Les Diablerets Lésé par la révision de la LAT, un propriétaire s’oppose toujours au survol de ses terres par la future télécabine. Un sursis de trois mois suffira-t-il à trouver un arrangement? Plus...

«Nous sauverons Isenau car nous n’avons pas le choix»

Les Diablerets Un nouveau sursis de trois mois a été accordé pour réunir les 4 millions de francs nécessaires au maintien de la télécabine. Il manque un quart de la somme. Plus...

Il faudra encore cravacher pour sauver Isenau

Les Diablerets PPA à valider, «chantage» de riverains et taux de fonds propres à risque: la route est encore longue à neuf mois de la fin de la concession du domaine skiable. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.