Isenau restera à quai un deuxième hiver

Les DiableretsSans permis de construire valable, le renouvellement de la télécabine ne recevra pas d’aide cantonale avant l’automne.


Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L’inquiétude de voir la fermeture d’Isenau se prolonger jusqu’en 2019 devient certitude. Le 8 décembre, le comité de la Communauté des intérêts touristiques des Alpes vaudoises (la CITAV, qui réunit les acteurs politiques et touristiques de la région) a réaffirmé son accord avec la stratégie menée par le Conseil d’État dans le dossier Alpes vaudoises 2020. Il a validé la proposition de reporter à l’automne la demande de crédit au Grand Conseil, dans lequel devrait figurer le financement pour la reconstruction de la télécabine d’Isenau. Cette quatrième et dernière enveloppe d’Alpes vaudoises 2020 permettra également à Télé Leysin-Les Mosses-La Lécherette d’achever le réseau d’enneigement mécanique de Leysin et de développer celui des Mosses. «En deux ans, le Canton a débloqué 35 millions de francs, souligne Philippe Leuba, chef du Département de l’économie, de l’innovation et du sport (lire encadré). C’est un engagement considérable. Il faut désormais du temps pour digérer et consolider ce qui a été mis en route et réaliser les projets financés. Les membres de la CITAV le comprennent et ont pris cette décision à l’unanimité.»

Le domaine skiable cher aux familles restera donc fermé au mieux jusqu’au printemps 2018-2019. «Il est évident que sans ce crédit cantonal, nous ne commencerons pas les travaux, confirme Philippe Grobéty, syndic d’Ormont-Dessus et président de la Fondation pour la défense des intérêts d’Isenau. Mais nous avons écrit à M. Leuba pour le rencontrer prochainement et tenter d’accélérer les choses.»

Le ministre de l’Économie insiste: «L’éventuel retard occasionné sur le renouvellement de cette installation n’est pas lié aux crédits cantonaux, mais au fait que les différents critères de faisabilité ne sont aujourd’hui pas remplis du côté d’Ormont-Dessus. Nous ne pouvons pas nous permettre d’engager des fonds publics sans avoir la certitude que les projets soutenus aboutiront.»

«On est optimistes»

Afin de prétendre à un soutien de l’État, «le porteur de projet doit prouver la faisabilité financière ainsi que la viabilité économique de l’infrastructure concernée, décrit Jean-Marc Udriot, président de la CITAV. Mais aussi sa faisabilité territoriale, en présentant un plan d’affectation valide ou une demande de permis de construire.»

Dans le cas d’Isenau, la Municipalité d’Ormont-Dessus, qui mène le dossier, a déposé une demande de permis. Celle-ci s’est heurtée à trois oppositions. Le plan d’affectation qui doit régir le domaine skiable s’expose par ailleurs à de possibles recours au Tribunal cantonal. Philippe Grobéty nuance toutefois: «Il n’est pas certain que le renouvellement de la télécabine nécessite un plan d’affectation pour prétendre à une aide cantonale: la reconstruction est prévue sur le tracé existant. C’est ce qui devra être discuté avec le Canton.»

À l’annonce d’une fermeture quasi certaine d’Isenau jusqu’en 2019, Steve Grisoni, directeur de l’Office du tourisme des Diablerets, se dit optimiste: «Nous partons de l’idée que ce domaine rouvrira bel et bien cette année. La Municipalité va travailler dans ce sens. Et si tel n’est pas le cas, nous activerons le «plan B»: nous continuerons à animer la station et ce secteur pour le faire vivre, comme nous le faisons cette saison.»


«Aucune région n’a reçu un soutien comparable»

Philippe Leuba
Chef du Département de l’économie, de l’innovation et du sport

Depuis 2015, le Canton a engagé 35 millions dans les Alpes vaudoises. Quel bilan en tirez-vous?
En octobre, j’ai passé trois jours dans la région avec ma femme pour découvrir par moi-même à quoi ressemble l’offre touristique. Je peux vous garantir que le tournant quatre saisons n’y est pas un slogan mais une réalité. Cela me conforte dans l’idée que notre stratégie est la bonne. Il y a aujourd’hui une solidarité des acteurs touristiques, dans une région paralysée, il y a encore dix ans, par l’esprit de clocher.

Cet esprit est-il vraiment vaincu? Certains opposent encore le Meilleret à Isenau, affirmant que la réalisation du premier tuera l’autre.
Que des intérêts privés bloquent le développement de toute une région me désole. Ceux qui veulent couler le Meilleret pour sauver Isenau ne font que condamner la station. Est-ce que l’on préférerait ne rien avoir aux Diablerets? Grâce aux JO de la jeunesse, cette station bénéficiera d’une infrastructure ultramoderne et d’un accès efficace à l’ensemble du réseau de pistes de Villars, Gryon et Les Diablerets. Aucune région du canton n’a bénéficié de soutiens comparables à ceux octroyés aux Alpes vaudoises depuis deux ans.

Isenau passera encore un tour. Ce projet aboutira-t-il un jour?
Ce sont les acteurs locaux qui portent les projets Alpes vaudoises 2020, pas l’État. Ce que je peux dire, c’est qu’Isenau fait partie des pistes validées par le Conseil d’État. Une fois les voyants au vert aux Diablerets, je ne vois aucune raison que ce domaine ne rouvre pas.

(24 heures)

Créé: 10.01.2018, 16h08

Critères adaptés pour les Jeux

Aux Diablerets, la construction d’une télécabine dix places pour desservir les pistes du Meilleret a déjà reçu une aide cantonale – la deuxième octroyée dans le cadre d’Alpes vaudoises 2020. Ce, malgré l’absence de plan d’affectation et de permis de construire, tous deux gelés par des oppositions.
Pourquoi cette exception aux critères fixés par le Conseil d’État pour l’obtention d’une aide à fonds perdu? «Il existe une différence majeure avec les projets financés par ce crédit, relève le conseiller d’État Philippe Leuba. Ils sont nécessaires à l’organisation des Jeux olympiques de la jeunesse Lausanne 2020. Le calendrier nous est imposé, il ne peut pas être modifié.»
La CITAV a d’ailleurs confirmé par son vote du 8 décembre que les mesures inscrites dans le quatrième et dernier crédit Alpes vaudoises (portant notamment sur Isenau) ne présentaient pas de caractère d’urgence.

Articles en relation

Fermé durant l’hiver, Isenau ne restera pas à l’abandon

Les Diablerets Bien que la télécabine qui dessert le domaine skiable reste à quai cet hiver, les projets se multiplient pour faire vivre ce dernier. Plus...

Enième coup de frein pour le domaine d’Isenau

Les Diablerets La mise à l'enquête de la future télécabine a suscité trois oppositions. Plus...

Privé de télécabine, le domaine d’Isenau passera un tour cet hiver

Les Diablerets Le temps manque pour obtenir le feu vert de l’OFT. Les espoirs convergent vers le projet de nouvelle installation à l’horizon fin 2018. Plus...

Un hiver sans Isenau se profile en 2017 aux Diablerets

Ormont-Dessus Le délai est trop court: le remplacement de la télécabine ne démarrera pas ce printemps. L’avenir du domaine est plus que jamais incertain. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Woody Allen dans la tourmente de l'affaire Weinstein, paru le 20 janvier 2018.
(Image: Vallott) Plus...