Jean-Luc Duroux a été plébiscité par les Aiglons

ElectionsL’indépendant siégera à la Municipalité. Il devance largement le PLR Fabrice Cottier et le socialiste Carlo Carrieri.

Jean-Luc Duroux fera partie de l'Exécutif aiglon. Comme sa fille avant lui il y a quelques années.

Jean-Luc Duroux fera partie de l'Exécutif aiglon. Comme sa fille avant lui il y a quelques années. Image: Vanessa Cardoso

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Jean-Luc Duroux a gagné son pari. L’indépendant, ancien ténor du Parti radical aiglon, fait son entrée à l’Hôtel de Ville. Le candidat de Démarche citoyenne a recueilli 958 voix dimanche à l’issue du second tour de l’élection complémentaire à la Municipalité. Deuxième du scrutin, le candidat PLR, Fabrice Cottier, a obtenu 696 suffrages. Le grand perdant de ce deuxième tour est donc le Parti socialiste, qui défendait son siège remis en jeu par la démission de son municipal Piero Ruggiero en octobre dernier. Carlo Carrieri finit dernier avec 585 voix. Le taux de participation ce dimanche a été de 34,1%, soit près de deux points de plus que lors du premier tour il y a trois semaines.

«Je suis très heureux de l’issue de ce vote, d’autant plus que le résultat du premier tour était serré, déclare le nouveau municipal d’Aigle Jean-Luc Duroux. Je ne m’attendais pas à un écart aussi important (ndlr: 262 voix d’écart). Mes qualités de rassembleur, mon engagement auprès de toutes les couches de la population aiglonne et ma disponibilité sont les principales raisons de mon élection.» Pour mémoire, sa fille Marie-Luce avait siégé à la Municipalité sous la bannière AlternativeS entre 2006 et 2011.

Bon report de voix

Jean-Luc Duroux a bénéficié d’un bon report de voix. Son étiquette d’indépendant a sans doute convaincu les militants de l’Entente aiglonne et ceux de l’UDC, formations qui se sont retirées de la course à l’issue du premier tour. Le nouveau municipal a certainement aussi glané des suffrages dans son ancien parti, le PLR, comme dans l’électorat AlternativeS-Les Verts. «Je pense avoir dépolitisé cette campagne. Les Aiglons ont voté pour une personne, pas pour une idéologie ou une étiquette politique», plaide le chef d’entreprise de 63 ans, qui se mettra ces prochaines semaines en préretraite pour assumer sa nouvelle fonction de ministre.

Pour le syndic, Frédéric Borloz, «l’avènement de Jean-Luc Duroux, ancien PLR, est une victoire du centre droit. Il démontre notamment que l’électorat aiglon ne veut pas à la Municipalité de représentants extrémistes ou peu consensuels, qu’il a rejetés au premier tour.»

Devancé bien plus largement qu’il y a trois semaines (quinze voix d’écart seulement), Fabrice Cottier, malgré sa forte déception, dit «ne nourrir aucun regret». Le candidat PLR, très impliqué dans la vie des sociétés locales, regrette néanmoins que le report des voix n’ait pas été en sa faveur. «Pourtant, je reste persuadé que j’ai fait une très belle campagne, qui m’aura apporté une nouvelle expérience très enrichissante. Je vais continuer de m’impliquer dans la politique aiglonne, au service de sa population», dit encore le conseiller communal.

Ce second tour marque aussi – et surtout – un coup d’arrêt pour les socialistes, qui perdent un siège qu’ils détenaient depuis plus de cinq décennies. Même s’il a progressé entre les deux tours, notamment à la suite du retrait des candidats de l’Entente et de l’UDC, le parti à la rose n’a pas su contenir la vague Duroux, perdant des plumes un peu partout.

«Continuer à se battre»

«On s’attendait à un report plus important, c’est sûr, mais nous ne sommes pas parvenus à convaincre», regrette Carlo Carrieri. À l’instar du président du PS, Claudio Mariano, le candidat battu déplore «que les autres mouvements de gauche aiglons aient préféré voter Duroux, et surtout que les classes les plus défavorisées de la ville ne soient plus représentées à l’Exécutif. On va continuer néanmoins de se battre au sein du Conseil communal pour qu’elles puissent continuer à se faire entendre.»

Jean-Luc Duroux entrera en fonctions d’ici à la fin d’avril. L’ancien radical a axé toute sa campagne du 2e tour sur les dicastères – Sécurité publique, Voirie, Jeunesse et sports principalement – laissés vacants par Piero Ruggiero. «Pour autant, je ne revendique rien, relève l’intéressé. Au-delà de la fonction, je veux être à l’écoute de tous. J’aimerais aussi ramener un peu plus de sérénité en ville et contribuer à réinstaurer un climat collégial avec toutes les formations politiques représentées au sein du Conseil communal.» (24 heures)

Créé: 04.02.2018, 17h49

Commentaire

La droite aiglonne se renforce au pouvoir… mais pas forcément là où on l’attendait

L’élection de Jean-Luc Duroux dimanche renforce très clairement la position hégémonique de la droite à la Municipalité d’Aigle, déjà majoritaire avec trois PLR, dont le syndic. Pas de doute sur ses orientations politiques, quand bien même il s’est positionné comme indépendant dès le lancement de sa campagne sous l’étiquette «Démarche citoyenne». Le tout nouvel édile est une ancienne figure majeure du Parti radical aiglon. Il a représenté ses couleurs un quart de siècle durant au Conseil communal, qu’il a présidé. Retiré de la vie politique depuis 10 ans, il était encore récemment dans la mouvance du parti majoritaire.

Mais on peut raisonnablement avancer que l’électorat aiglon a surtout privilégié – bien plus que l’étiquette politique, ancienne ici en l’occurrence – l’homme, sa forte personnalité, la confiance qu’il inspire, son parcours de gestionnaire et de rassembleur. Sa victoire s’appuie sur un vrai vote populaire, l’augmentation du taux de participation au second tour, ce qui n’est pas fréquent lors d’une complémentaire, en est un des éléments.

Si le succès écrasant de Jean-Luc Duroux a d’abord écarté les socialistes des affaires municipales – un fait historique à Aigle –, il fait surtout barrage à un renforcement du seul PLR au pouvoir. Cette épine Duroux dans le pied, les libéraux-radicaux ne sont pas parvenus à l’ôter, alors qu’ils présentaient un bon candidat, également apprécié de la population. Cette dernière, si elle a nettement remis la barre à droite, a fait preuve de cohérence en validant le vote des élections communales de 2016 quand elle a interdit la présence de quatre – vrais – PLR à l’Exécutif.
Christophe Boillat

Articles en relation

Le PS veut conserver son siège, la droite le convoite

Aigle Le second tour de la complémentaire à la Municipalité se jouera le 4 février. Trois candidats sont en lice. Plus...

Le PS se lance face à deux adversaires de «la même famille»

Elections municipales L’indépendant Jean-Luc Duroux, ancien radical, le PLR Fabrice Cottier et le PS Carlo Carrieri se disputeront le siège vacant à l’Exécutif d'Aigle. Plus...

Trois candidats dans un mouchoir de poche à Aigle

Elections Cinq candidats étaient en lice ce dimanche lors de la complémentaire pour repourvoir le siège vacant à la Municipalité. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Laeticia et l'héritage de Johnny
(Image: Valott) Plus...