Juste Olivier chante Taveyanne depuis 150 ans

GryonEntonnée en 1869 par le poète, la Chanson de la Mi-été sera reprise pour la 150e fois en août.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«En attendant le jour de nous mettre en ménage, dansons sur nos alpages et chantons tour à tour en attendant le jour. Notre salle de bal est la verte pelouse…» À travers son œil romantique, Juste Olivier découvre en 1869 les festivités de la mi-été de Taveyanne. Le poète, qui séjourne alors dans son chalet gryonnais, ne peut retenir son enthousiasme: il compose la bagatelle de 24 quatrains pour vanter ces frivolités. Son hymne (voir la vidéo ci-dessous) continue de faire vibrer les belles toitures en tavillon de l’alpage cent cinquante ans après. Chaque premier dimanche d’août, sans exception, on y reprend cette chanson dans son intégralité. Quelques strophes apparaissent également cet été au programme de la Fête des vignerons, comme à chaque édition.

Si la plupart des villages de montagne ont leur mi-été, celle de Taveyanne (du 1er au 4 août) est sacrée et attire quelque 500 personnes. En 1969, pour le 100e anniversaire, le journaliste de la «Feuille d’avis de Lausanne» dénombrait même «600 voitures, dont de nombreuses à plaques étrangères»! «C’est clairement Juste Olivier qui lui a donné ses lettres de noblesse, salue Pierre-Sam Ravy. Certains connaissent même par cœur les 24 strophes.» Le Gryonnais et cinq de ses concitoyens publient ces jours-ci un livre sur leur commune (lire encadré).

L’ouvrage consacre un large chapitre à l’alpage. Il raconte comment l’abbaye de Saint-Maurice l’achète progressivement au XIIIe siècle et comment les Gryonnais y deviennent de simples locataires: au XVe siècle, ils doivent payer à l’abbé «100 florins et 250 livres de bon fromage» pour y faire paître leurs bêtes. On s’arrête aussi sur l’incendie qui détruisit 36 chalets et 68 autres au village de Gryon. La «montagne bien entretenue» que décrit le poète Eugène Rambert en 1871 a peu changé. Elle s’est progressivement détournée de sa vocation agricole dans les années 1950, pour accueillir les premiers vacanciers. «Au début, une clause spécifiait que les écuries devaient être maintenues, poursuit Pierre-Samuel Ravy. Mais, depuis, Gryon a investi dans une infrastructure commune et ces écuries ont été transformées.»

La soixantaine de petits chalets a malgré tout subi peu de modifications. Et pour cause: la frénésie immobilière, qui voit le hameau gryonnais de l’alpe des Chaux sortir de terre dès 1968, incite à créer une réserve à Taveyanne. Ce sera chose faite le 23 juin 1970, avec le concours de la Ligue vaudoise pour la protection de la nature, devenue depuis Pro Natura.

La mi-été est, elle aussi, restée la même. On vient toujours écouter le culte et la chanson de Juste Olivier et danser le picoulet. «C’est un moment hors du temps, émouvant», décrit Nicole Rahmé, coauteur du livre. L’origine de cette fête se perd dans la nuit des temps. «Les troupeaux étaient à l’époque regroupés en «trains», un berger s’occupant des bêtes de plusieurs propriétaires. Ceux-ci montaient à l’alpage au milieu de l’été pour peser la production laitière et répartir les denrées – fromage, beurre ou serré», explique Éric Dragesco. On en profitait pour ravitailler les «bouèbes». Le rendez-vous économique devint vite l’occasion de festivités endiablées. «C’était aussi l’occasion pour les jeunes filles du village de monter retrouver les garçons qui séjournaient à l’alpage», ajoute Évelyne Moreillon. «Cette fête est à l’origine de pas mal de couples», sourit Nathalie Liechti.

www.150eme.ch

Créé: 22.07.2019, 21h00

200 pages pour conter Gryon

Gryon célèbre un double anniversaire cet été. Le 150e de la «Chanson de la mi-été», de Juste Olivier, et le 300e de l’incendie qui ravagea la commune. L’occasion était tout indiquée pour raconter ces histoires aux Tatchis. Intitulé «Gryon – Village de charme, terroir d’exception», rédigé et illustré par Évelyne Moreillon, Sylviane Borgeaud, Nicole Rahmé, Éric Dragesco, Nathalie Liechti, Pierre-Samuel Ravy et Michel Point, l’ouvrage sera dévoilé dès le 1er Août à l’occasion de la fête de la mi-été.


Gryon – Village de charme, terroir d’exception, collectif. 200 pages, 40 francs

«Le précédent livre sur Gryon datait de 1989, explique Évelyne Moreillon. L’idée d’en rédiger un nouveau remonte à quelques années, mais nous nous sommes dit qu’en donnant un bon coup de collier nous pourrions le sortir pour cet anniversaire.» Long de 200 pages richement illustrées d’images d’archives, de photos récentes et de dessins, le livre évoque Gryon sous toutes ses facettes: historiques, légendaires, architecturales, touristiques, etc. «Nous avons voulu éviter de présenter une encyclopédie, poursuit Évelyne Moreillon. L’ouvrage de 1989 était très historique. Notre livre comporte peu de dates et met en avant les images et des textes faciles d’accès et poétiques.»

Tiré à 4500 exemplaires et financé par la Commune, il sera vendu 40 fr. dans la plupart des commerces de la région.

Articles en relation

Le 13 juillet 1719, 104 chalets partent en fumée à Gryon

Histoire À l’aube, le village et son alpage de Taveyanne sont la proie des flammes. Récit, à quelques jours des commémorations. Plus...

La force des rivières conte le passé des Ormonts

Histoire Les moulins ont fleuri au cours des siècles dans la vallée. Une nouvelle exposition met en scène cette histoire. Plus...

Les estivages maigrissent mais la tradition demeure

La Forclaz Le hameau bichonne son folklore avec une désalpe grand format. Malgré la difficulté croissante à recruter des troupeaux. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.