Les médecins de la Riviera redoutent le futur hôpital

TurbulencesLes praticiens estiment que la région est sacrifiée sur l’autel de l’établissement de Rennaz.

Le nouvel hôpital de Rennaz devrait ouvrir ses portes avec dix-huit mois de retard. Sous l'image, un extrait de la prise de position de la commission médicale, adoptée à l’unanimité.

Le nouvel hôpital de Rennaz devrait ouvrir ses portes avec dix-huit mois de retard. Sous l'image, un extrait de la prise de position de la commission médicale, adoptée à l’unanimité. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le nouveau centre hospitalier de soins aigus, équipé de 304 lits, destiné à remplacer, à Rennaz (VD), le site de la Providence, à Vevey, ainsi que ceux de Montreux, Aigle et Monthey, est loin de séduire tous ceux qui sont appelés à y travailler un jour. Depuis plus d’une année, les médecins de la Riviera s’inquiètent des conséquences de l’ouverture du nouvel hôpital sur la vie quotidienne, et la santé, de la population de leur région.

Dans une prise de position adressée par écrit au Conseil de la Fondation des hôpitaux de la Riviera, en décembre 2013, la commission médicale rappelle que l’acte constitutif de la fondation en question lui impose de veiller «à maintenir l’existence d’un hôpital performant sur la Riviera». Or les services hospitaliers, à l’achèvement de Rennaz, vont s’y déplacer.

La commission médicale, unanime, demande ainsi que subsiste, sur la Riviera, «une véritable policlinique, capable d’assumer des consultations spécialisées, certaines urgences lorsque les conditions de déplacement et de trafic vers Rennaz sont précaires, et des prestations ambulatoires suffisantes pour limiter au mieux les déplacements, les pertes de temps et les surcharges de trafic vers le site principal.»

Pas de réponse

La commission médicale n’a toujours pas reçu, dix mois, plus tard, la moindre réponse, ni de la Fondation, ni de la direction générale de l’Hôpital Riviera-Chablais. Le silence de la hiérarchie n’a toutefois pas découragé les médecins.

Lors d’un collège extraordinaire convoqué par deux doyens le 15 septembre dernier, les praticiens ont à nouveau tapé sur le clou, en rappelant au Conseil de la Fondation sa responsabilité à l’égard de la région et la nécessité, à leurs yeux, de disposer d’un service d’urgences en bonne et due forme à Vevey. Leur espoir d’y parvenir est mince, tant ils sont persuadés que Rennaz accapare tous les efforts et que le CHUV ne serait pas mécontent de «ratisser un peu la Riviera».

Pourtant, depuis la réunion du 15 septembre, la situation ne semble plus figée. Pascal Rubin, directeur général de l’Hôpital Riviera-Chablais, campe sur ses positions mais ne ferme pas totalement la porte: «Le futur hôpital impose une symétrie entre la Riviera et Monthey. L’activité des urgences doit donc être concentrée sur Rennaz, dès 21 heures, parce qu’il est impossible d’offrir et de développer les compétences nécessaires sur trois sites différents, à savoir Rennaz, Monthey et Vevey, précise-t-il. Cela dit, je ne pense pas que la Riviera soit sacrifiée, ni que nos positions respectives soient irréconciliables, et nous poursuivrons donc nos négociations.»

Créé: 17.10.2014, 13h24

Pascal Rubin, directeur général de l’Hôpital Riviera-Chablais: «Je ne pense pas que la Riviera soit le moins du monde sacrifiée».

Articles en relation

L'Hôpital Riviera-Chablais ne veut pas attendre la décision du TF

Santé Suite à la décision du Tribunal cantonal et à deux recours au Tribunal fédéral, l'hôpital a décidé de mettre en soumission un premier lot de travaux d'ici à la fin de l'année. Plus...

Hôpital de Rennaz: l'entreprise Steiner fait recours au TF

Santé L'entreprise suisse avait remporté le concours pour le chantier. La justice vaudoise a toutefois admis deux recours de concurrents. Steiner se dit dans son bon droit et monte au front Plus...

L'Hôpital de Rennaz devra relancer un appel d'offres

Chablais Le Tribunal cantonal vaudois a annulé mercredi la décision d’attribution des travaux de construction. Une décision qui inquiète Pierre-Yves Maillard quant aux futurs marchés publics. Plus...

L’Hôpital de Rennaz privé de l’aide de Berne

Chablais Le Canton et les communes ne pourront pas compter sur une manne fédérale pour prolonger le trolley de Villeneuve aux portes de l’établissement après le rejet du projet Rivelac Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.