Passer au contenu principal

Médiation plombée à la Municipalité de Vevey

Les deux membres Vevey Libre accusent le reste de l'Exécutif d'avoir violé les règles du processus et refusent de le poursuivre. La syndique réfute tous leurs arguments.

Michel Agnant et Jérôme Christen ont annoncé ce mercredi matin refuser le processus de médiation entrepris au sein de la Municipalité.
Michel Agnant et Jérôme Christen ont annoncé ce mercredi matin refuser le processus de médiation entrepris au sein de la Municipalité.
KEYSTONE/Laurent Gillieron

Jérôme Christen et Michel Agnant, les deux Municipaux Vevey Libre de la Municipalité de Vevey, sont sortis de leur réserve dans la crise qui secoue l'Exécutif. Lors d'une conférence de presse ce mercredi matin, ils ont annoncé renoncer à poursuivre le processus de médiation qui devait ramener le calme au sein de l'Exécutif de la Ville d'images.

A leur sens, un paragraphe du communiqué envoyé ce mardi au nom de la Municipalité, et qui à leur sens les vise directement, viole les règles du processus de médiation. Ils refuseront donc d'être entendus par Clarisse Schumacher Petoud, la préfète de Lausanne mandatée par le Canton pour résoudre les dissensions internes apparues ces derniers mois. Les deux Municipaux avaient manifesté leurs intentions par le biais d'un courrier d'avocat au cas où leurs homologues persisteraient à vouloir communiquer. «Ce communiqué était tout ce qu'il y avait de plus factuel et ne visait personne en particulier», rétorque la syndique Elina Leimgruber.

Pour rappel, la Municipalité de Vevey est en proie à des dissensions importantes entre le bloc Vevey Libre et les trois autres municipaux: la syndique Elina Leimgruber (Verts), Lionel Girardin (PS) et Etienne Rivier (PLR). Le dossier de la gestion du parc locatif veveysan, aux mains de Michel Agnant mais minorisé, a définitivement mis le feu aux poudres cet automne lorsque le bloc majoritaire a décidé de confier la gérance des immeubles de la Ville à une société externe. Jusqu'ici, aucun Municipal ne s'était exprimé sur les raisons de la crise par souci d'un processus de médiation mené sereinement.

Des dicastères «pourris»

Ce faisant, la Municipalité est revenue sur certains de ses engagements, selon Michel Agnant: «On m'avait promis que le logement serait la pierre angulaire de mon dicastère de la Direction des Affaires sociales, du Logement et de l’Intégration et là on me le retire en externalisant la gestion des biens locatifs. On change les règles en cours de route, et cela, ce n'est pas possible. Pour moi, la base de la confiance est la parole donnée. J'hérite d'un dicastère incomplet». Elina Leimgruber invoque un«souci d'efficience» pour justifier le changement de cap, dans le contexte des finances en délicatesse de la Ville: «Nous n'avons du reste confié que les aspects techniques. Il reste la politique du logement et l'attribution des logements, soit le coeur du métier».

Autre pierre d'achoppement à l'origine des dissensions, la Culture. Le même Michel Agnant héritera au 1er janvier d'un dicastère réunifié jusqu'ici divisé entre Etienne Rivier (musées et bibliothèque) et lui-même (le reste des acteurs culturels). Or, l'élu Vevey Libre dit hériter «d'un dicastère pourri» à la suite de la récente affaire du Musée Jenisch, institution phare de la ville, et dont la directrice a claqué la porte sur fond de dissensions. «Et pourquoi avoir attendu si longtemps pour me confier ce dicastère? Si j'avais pu m'atteler à la tâche plus rapidement, nous n'en serions pas là», clame-t-il. Là aussi, Elina Leimgruber s'inscrit en faux: «Il était convenu que M. Rivier garde les musées jusqu'à l'inauguration du nouveau Cabinet des Estampes au Musée Jenisch et c'était il y a un mois. Il n'y a aucune volonté de savonner la planche à M. Agnant».

Le duo Vevey Libre déplore en outre des intérêts partisans chez ses collègues municipaux, et plus particulièrement ceux du PS. «Il faut peut-être voir dans tout ça une forme de frustration après les dernières élections au cours desquelles le PS a perdu passablement de terrain, lance Jérôme Christen. Je crois que Michel Agnant est simplement une cible idéale.»

Immédiate réponse du PS

Dans ce contexte, il ne faut pas voir qu'un hasard au communiqué du Parti socialiste de Vevey diffusé dans la foulée de la conférence de presse. Le PS y déplore la rupture du processus de médiation: «Le PS Vevey appelle les municipaux de Vevey Libre à prendre leurs responsabilités.» Et de continuer: «Le PS Vevey se demande si les deux Municipaux de Vevey Libre se rappellent leur serment d’être au service des Veveysannes et des Veveysans. En refusant une médiation externe, Jérôme Christen et Michel Agnant enterrent toute chance de réussite d’une amélioration du climat de travail au sein de la Municipalité».

Plus loin encore: «Il n’est pas acceptable que deux membres qui semblent dysfonctionner puissent prendre en otage le bon fonctionnement d’une commune de la taille de Vevey et le travail de leurs collègues.»

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.